Le Conseil fédéral adopte le rapport sur l’environnement 2018

Berne, 03.12.2018 - La politique environnementale de la Suisse connaît des succès notables, notamment grâce aux mesures techniques et aux dispositions légales. La qualité des eaux et de l’air s’est améliorée. L’environnement subit toutefois toujours de fortes pressions. Les modes de consommation et de production indigènes pèsent trop fortement sur les ressources, en particulier à l’étranger. Telles sont les conclusions du rapport Environnement Suisse 2018, que le Conseil fédéral a approuvé le 30 novembre 2018.

Globalement, l’impact environnemental de la Suisse a diminué ces 20 dernières années. Les bases légales et les développements technologiques ont permis d’améliorer la qualité de l’eau et de l’air dans le pays. La plupart des forêts sont saines et les sites contaminés sont de moins en moins nombreux grâce aux mesures d’assainissement. En outre, l’économie suisse améliore en continu l’efficacité des ressources en utilisant les matériaux de manière plus ciblée. De plus, la Suisse a réussi à découpler croissance économique, d’une part, et consommation d’énergie et émissions de gaz à effet de serre, d’autre part.

En dépit des progrès réalisés, les ressources naturelles demeurent sous pression. L’utilisation croissante du sol à des fins d’urbanisation et de transport, la surfertilisation des écosystèmes par l’ammoniac et le nitrate, la présence de produits phytosanitaires dans le sol et les eaux et la perte de biodiversité qui en découle, les grandes quantités de déchets ainsi que les changements climatiques constituent les principaux défis en la matière. Ces atteintes ont des répercussions négatives sur la santé et le bien-être de la population, sur les habitats naturels et sur la diversité des espèces et occasionnent des coûts élevés. C’est pourquoi le Conseil fédéral met l’accent, dans sa politique environnementale, sur la protection du climat, l’utilisation efficace des ressources et la préservation de la biodiversité.

Déplacement de l’impact environnemental à l’étranger

En raison des modes de consommation et de production, la Suisse dépasse de plus de trois fois la capacité de régénération de l’environnement. Une part croissante des biens consommés provient de l’étranger ou requiert des matières premières ou des produits préfabriqués importés. Les trois quarts de l’impact environnemental total de la Suisse sont produits aujourd’hui à l’étranger, où ils sont particulièrement néfastes pour le climat, la biodiversité et la disponibilité en eau.

Changements dans les habitudes d’alimentation, de logement et de mobilité

Les mesures techniques ne suffisent pas à réduire les atteintes environnementales. En effet, pour pouvoir préserver les ressources et l’environnement, les modes de consommation et de production doivent être remaniés en profondeur. Les objectifs de développement durable de l’ONU vont également dans ce sens. Ce sont les secteurs de l’alimentation (28 %), du logement (24 %) et de la mobilité (12 %) qui ont le plus grand impact sur l’environnement, en Suisse et à l’étranger.

Dans ces domaines, des changements peuvent être apportés tant du côté de la demande que de celui de l’offre. Pour réussir cette mutation, il convient d’appliquer différents instruments, dont notamment des investissements durables, des technologies propres et efficaces, le renforcement de l’exécution des dispositions environnementales sur les plans national et international. Des données environnementales de bonne qualité sont nécessaires à cette fin, comme une intensification de la collaboration entre la Confédération, l’économie, les cantons et les pays voisins. La numérisation et le progrès technologique offrent également des opportunités pour réduire la consommation de ressources naturelles, de matériaux ainsi que d’énergie et augmenter l’efficacité à tous les niveaux.

Rapport Environnement Suisse 2018

Le rapport Environnement Suisse 2018 du Conseil fédéral expose l’état et l’évolution de l’environnement dans notre pays. Il donne un aperçu de l’influence de la Suisse sur l’état mondial des ressources naturelles et détaille les différences régionales et les évolutions majeures observées sur le Plateau, dans le Jura, les Préalpes, les Alpes et au sud de celles-ci. Le rapport dresse également un bilan de la mise en œuvre de la politique environnementale et identifie les principaux défis.

Parallèlement à la publication du rapport, l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) a mis en ligne un site Internet dédié aux innovations dans les secteurs de l’alimentation, du logement et de la mobilité. Les personnes intéressées y trouveront des informations sur l’impact écologique de ces domaines et des conseils sur la façon de diminuer leur empreinte environnementale.


Adresse pour l'envoi de questions

M. Marc Chardonnens, directeur de l’OFEV, tél. +41 58 462 90 00
Section Médias, OFEV, tél. +41 58 462 90 00



Auteur

Conseil fédéral
https://www.admin.ch/gov/fr/accueil.html

Secrétariat général DETEC
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html

Office fédéral de l'environnement OFEV
http://www.bafu.admin.ch/fr

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/documentation/communique/anzeige-nsb-unter-medienmitteilungen.msg-id-73196.html