Décharge de La Pila, Hauterive (FR)

La Pila
Vue aérienne de la décharge de La Pila dans un coude de la Sarine près d'Hauterive (FR).
© Jean-Claude Balmer

Un défi de taille à proximité de la Sarine

À partir de 1952, la ville de Fribourg et les communes voisines stockent leurs déchets dans la décharge de La Pila, une zone boisée autrefois utilisée à des fins agricoles dans un méandre de la Sarine. Jusqu’à la fermeture de la décharge en 1975, près de 195 000 m3 de déchets sont entreposés sur plus de 20 000 m2. Les déchets atteignent par endroits une hauteur de 20 m. Les investigations historiques et les analyses détaillées effectuées à partir de 2004 révèlent que le site est contaminé par des polychlorobiphényles (PCB), cancérigènes, lesquels ont également pollué la Sarine. Le canton prononce une interdiction de la pêche pour le tronçon entre les barrages de Rossens et de Schiffenen.

Pour éviter la chute dans la Sarine de matériaux contaminés, des murs de soutènement sont construits en 2009, mesure renforcée par l’excavation de la partie instable de déchets. D’autres mesures préliminaires, mises en œuvre à partir de 2011, permettent le captage des eaux souterraines non polluées en amont de la décharge et leur rejet plus en aval dans la Sarine. Le confinement partiel de la décharge par une paroi de palplanches contribue quant à lui à limiter le transfert de polluants de la décharge vers la Sarine : les eaux souterraines polluées sont collectées derrière le rideau de palplanches, dépolluées puis rejetées dans la Sarine. 3 500 m3 de matériaux contaminés ont également été excavés en 2013 des berges et du lit de la Sarine à proximité immédiate de la décharge.

Si ces mesures ont permis de stopper provisoirement les émissions de substances dangereuses dans la Sarine, la cause de la pollution – la décharge elle-même – existe toujours. En 2010, les coûts pour une excavation complète ont été estimés à 250 millions de francs. Compte tenu de leur ampleur et dans un souci de mieux cerner l’impact des mesures d’assainissement sur la Sarine, d’autres options ont été étudiées. Le canton a présenté le 15 février 2019 les quatre variantes examinées et les avis respectifs de l’Etat de Fribourg, de la Ville de Fribourg ainsi que de l’OFEV. La variante optimale devra être précisée lors de l’établissement du projet d’assainissement en 2021.

Lutte contre les PCB

En tant que polluants organiques persistants (POPs), les PCB ne se dégradent pas et restent intacts dans l’environnement durant des périodes exceptionnellement longues. Ils sont distribués largement dans tous les compartiments de l’environnement et sont propagés par l’air, l’eau et les espèces migratrices par-delà les frontières internationales et déposés loin de leur site d’origine, où ils s’accumulent dans les écosystèmes terrestres et aquatiques. Ils s’accumulent dans les tissus graisseux des organismes vivants, y compris des humains, et se retrouvent ainsi à de hautes concentrations dans la chaine alimentaire. Ils sont toxiques, reprotoxiques et cancérigènes aussi bien pour les humains que pour les autres organismes vivants. La Suisse, qui a ratifié la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants, a une obligation de lutte contre ces substances.

Contact
Dernière modification 06.01.2021

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themen/thema-altlasten/altlasten--fachinformationen/altlastenbearbeitung/grosse-sanierungen/deponie-la-pila-hauterive.html