Les décharges "Stadtmist", Soleure (SO)

Stadtmist
Les eaux de surface le long des décharges « Stadtmist », qui doivent être écologiquement améliorées après l’assainissement.

Les décharges d’ordures ménagères de la ville

Entre 1925 et 1976, la ville de Soleure a entreposé ses ordures sur trois sites (Unterhof, Oberer Einschlag et Spitelfeld) géographiquement proches, dans une zone agricole située à l’ouest de son territoire. Les déchets (près de 360 000 m3, majoritairement des déchets organiques) reposent directement sur des couches de sédiments peu perméables. Les eaux d’infiltration polluent les eaux des deux canaux, le Brunngraben et le Brühlgraben, qui se jettent dans l’Aar environ 200 m plus au sud. Sous le plus grand des sites, Spitelfeld, les eaux souterraines sont par ailleurs contaminées par des hydrocarbures chlorés.

L’assainissement de la décharge Unterhof s’impose du fait de teneurs élevées de cuivre dans le sol et des concentrations problématiques d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et de plomb dans les eaux d’infiltration qui parviennent dans le Brühlgraben. À Spitelfeld, l’objectif est de ramener les concentrations d’hydrocarbures chlorés à des valeurs admises. De plus, le lessivage depuis les sites Oberer Einschlag et Spitelfeld est responsable des fortes concentrations d’ammonium observées dans le Brühl- et le Brunngraben.

Les coûts d’une excavation totale des trois décharges avaient tout d’abord été estimés par les experts à 290 millions de francs. Cette somme est disproportionnée par rapport aux risques engendrés par les trois décharges. Sceptiques envers ces coûts, le canton et la ville ont mis au concours les travaux d’excavation totale. Les résultats de cet appel d’offres ont montré qu’avec 120 millions de francs, les coûts de l’excavation et le traitement des déchets des trois décharges, sont nettement moins élevés. Partant, le canton et la ville se sont décidés en faveur d’une excavation totale.

Situation actuelle

Tout comme le canton, la Confédération considère l’excavation des déchets des deux plus petites décharges (Unterhof et Oberer Einschlag) comme la solution la plus adaptée, dans la mesure où, pour un coût similaire, elle s’avère plus efficace que l’assainissement in situ. 90 000 m3 de déchets seront ainsi excavés. L’allocation OTAS demandée par le canton a déjà été partiellement accordée.

Par contre, concernant Spitelfeld, la plus grande des trois décharges, l’OFEV s’est prononcé tout d’abord en faveur d’une option sans excavation. Cependant, de nouvelles investigations menées par le canton montrent que la décontamination totale par excavation est beaucoup plus compatible avec l'environnement et prometteuse pour atteindre les buts d’assainissement. L'OFEV examine actuellement les nouveaux rapports et clarifie avec le canton dans quelle mesure les canaux (Brunn- et Brühlgraben) peuvent être revitalisés après l'assainissement afin d'obtenir la plus grande valeur ajoutée écologique possible en même temps que l'assainissement du site contaminé. En outre, une fois la décharge excavée, il faudra s'attaquer au problème des hydrocarbures chlorés, qui se sont déjà presque entièrement infiltrés en profondeur dans le sous-sol. Ces polluants devront être détruits par une mesure in situ.

Les mesures d’assainissement seront financées à hauteur de 40 % par l’OFEV via le fonds OTAS à condition que l'équilibre entre les gains pour l’environnement et les coûts soit maintenu.

Contact
Dernière modification 06.01.2021

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themen/thema-altlasten/altlasten--fachinformationen/altlastenbearbeitung/grosse-sanierungen/stadtmist-deponie-solothurn.html