Indicateur biodiversité

Biotopes d’importance nationale

De nombreux habitats autrefois répandus n’existent plus que sous une forme fortement réduite. Afin de préserver la diversité des habitats et des espèces rares et menacées qui les peuplent, les zones alluviales, les marais, les sites de reproduction de batraciens et les prairies et pâturages secs sont protégés via les inventaires des biotopes d’importance nationale.

Les habitats abritent des espèces particulières qui se sont adaptées aux conditions qui y règnent. Tout changement de la qualité du site risque d’entraîner la perte de ces espèces spécialisées. Demeurent alors les « généralistes » largement répandus, rejoints par des espèces nouvelles. L’habitat d’origine et les espèces spécifiques qui lui sont liées disparaissent et les fonctions de l’écosystème se perdent.

Evaluation de l'état
mauvais mauvais
Evaluation de la tendance
négative négative
Détérioriation qualitative Bas-marais non turfigènes: 18 Aucun changement qualitatif notable Bas-marais non turfigènes: 80 Amélioration qualitative Bas-marais non turfigènes: 2 Détérioriation qualitative Bas-marais turfigènes: 21 Aucun changement qualitatif notable Bas-marais turfigènes: 75 Amélioration qualitative Bas-marais turfigènes: 4 Détérioriation qualitative Hauts-marais: 29 Aucun changement qualitatif notable Hauts-marais: 62 Amélioration qualitative Hauts-marais: 9
Évolution des conditions trophiques des hauts et bas-marais entre les deux périodes de relevés de 1997/2001 à 2002/2006

Données du graphique: Excel
Source: Office fédéral de l’environnement : Monitoring de la Biodiversité en Suisse MBD
Commentaire

Entre les deux périodes de relevés de 1997/2001 à 2002/2006, les conditions trophiques se sont détériorées dans 61 des 268 hauts et bas-marais. La situation est restée inchangée dans 194 marais, tandis que seuls 13 marais ont vu leurs conditions s’améliorer. L’évolution des conditions trophiques des hauts et bas-marais est considérée comme négative car elle va à l’encontre des objectifs de conservation inscrits dans la loi. Cette détérioration est avant tout attribuable aux apports atmosphériques d’azote, qui exposent les marais à une surfertilisation indésirable. De plus, les bas-marais pâtissent dans de nombreux cas d’apports d’engrais provenant des terrains agricoles adjacents ou des cours d’eau qui les alimentent.

Aucune évaluation systématique n'est encore disponible pour les autres biotopes inventoriés ; des relevés sont en cours.

 

 

 

Méthode

Les hauts et bas-marais sont à l’heure actuelle les seules aires protégées d’importance nationales pour lesquelles il existe une évaluation systématique de la qualité des habitats. Des relevés sont en cours pour les autres biotopes inventoriés.

Dans 102 carrés d’échantillonnage d’un kilomètre de côté répartis à travers toute la Suisse, toutes les portions d’objets inscrits à l’Inventaire des hauts-marais et des marais de transition et à l’Inventaire des bas-marais d’importance nationale ont été cartographiées à l’aide de photos aériennes. Dans les surfaces cartographiées, la présence d’espèces de plantes et de mousses et leur degré de couverture a ensuite été déterminée sur le terrain. Pour chaque espèce, il existe des valeurs écologiques indicatrices qui montrent dans quelle mesure l’espèce réagit à certaines conditions écologiques (humidité, nutriments, etc.). Les conditions trophiques de chaque objet découlent des moyennes des valeurs écologiques indicatrices.

 
Dernière mise à jour le: 06.11.2018

Informations complémentaires

Liens

inidkatoren_hirun

Indicateurs

Recherche et liste de tous les indicateurs

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themen/thema-biodiversitaet/biodiversitaet--daten--indikatoren-und-karten/biodiversitaet--indikatoren/indikator-biodiversitaet.pt.html/aHR0cHM6Ly93d3cuaW5kaWthdG9yZW4uYWRtaW4uY2gvUHVibG/ljL0FlbURldGFpbD9pbmQ9QkQxNTEmbG5nPWZyJlN1Ymo9Tg==.html