Indicateur biodiversité

Biotopes d’importance nationale

De nombreux habitats autrefois répandus n’existent plus que sous une forme fortement réduite. Afin de préserver la diversité des habitats et des espèces rares et menacées qui les peuplent, les zones alluviales, les marais, les sites de reproduction de batraciens et les prairies et pâturages secs sont protégés via les inventaires des biotopes d’importance nationale.

Les habitats abritent des espèces particulières qui se sont adaptées aux conditions qui y règnent. Tout changement de la qualité du site risque d’entraîner la perte de ces espèces spécialisées. Demeurent alors les « généralistes » largement répandus, rejoints par des espèces nouvelles. L’habitat d’origine et les espèces spécifiques qui lui sont liées disparaissent et les fonctions de l’écosystème se perdent.

Evaluation de l'état
mauvais mauvais
Evaluation de la tendance
négative négative
Prairies et pâturages secs 2017: 101.260504 Prairies et pâturages secs 2006: 100 Bas-marais 2017: 100.64 Bas-marais 2006: 101.05 Bas-marais 2001: 100 Hauts-marais 2017: 100.94 Hauts-marais 2006: 100.31 Hauts-marais 2001: 100
Évolution des conditions trophiques des hauts et bas-marais ainsi que des prairies et des pâturages secs. Une augmentation de l’indice illustre une hausse des apports d’azote dans l’environnement.

Données du graphique: Excel
Source: WSL : Suivi des effets de la protection des biotopes en Suisse
TWW 2017: 102.145923 TWW 2006: 100 Flachmoore 2017: 98.17 Flachmoore 2006: 98.73 Flachmoore 2001: 100 Hochmoore 2017: 98.19 Hochmoore 2006: 99.07 Hochmoore 2001: 100
Evolution de l'humidité dans les hauts-marais, les bas-marais et les prairies et pâturages secs. Une augmentation de l’indice illustre une hausse de l’humidité (positif pour les marais, négatif pour les prairies et pâturages secs).

Données du graphique: Excel
Source: WSL : Suivi des effets de la protection des biotopes en Suisse
TWW 2017: 99.4764398 TWW 2006: 100 Flachmoore 2017: 98.17 Flachmoore 2006: 98.73 Flachmoore 2001: 100 Hochmoore 2017: 98.65 Hochmoore 2006: 98.79 Hochmoore 2001: 100
Evolution de l'indice de lumière dans les hauts-marais, les bas-marais et les prairies et pâturages secs. Une diminution de l’indice illustre une densification négative de la couverture végétale.

Données du graphique: Excel
Source: WSL : Suivi des effets de la protection des biotopes en Suisse
Commentaire

La période entre 2001 (période de relevés de 1997/2001) et 2006 (période de relevés de 2002/2006) a déjà permis de constater que près d’un tiers des marais se sont asséchés, enrichis en nutriments et embroussaillés. Dans l’ensemble, ces évolutions négatives semblent s’être poursuivies jusqu’en 2017 (période de relevés de 2011/2017).

La valeur indicatrice moyenne de substances nutritives a avant tout progressé dans les haut-marais en raison de la poursuite de travaux de drainage actif dans nombre d’entre eux. L’extraction de tourbe dans des tourbières sèches libère des nutriments et favorise la colonisation de plantes ayant des besoins élevés en nutriments. De plus, les apports d’azote atmosphérique entraînent la surfertilisation des marais, ce qui n’est pas souhaitable. De manière générale, aucune hausse notable n’a été observée dans les bas-marais. Quant aux pairies et pâturages secs, ils se sont également enrichis en nutriments.

La valeur indicatrice d’humidité accuse un recul considérable dans presque tous les types de marais, qui continuent donc de s’assécher. À l’inverse, les prairies et pâturages secs se sont humidifiés depuis 2016 (période de relevé 1998/2006), ce qui constitue une évolution négative pour ces milieux. Le degré d’embroussaillement a presque partout progressé et indique que les peuplements tendent généralement à se densifier et à s’assombrir.

Méthode

Pour déterminer les modifications de la végétation dans les haut et bas-marais, les prairies et les pâturages secs ainsi que les zones alluviales d’importance nationale, des échantillons ont été prélevés au hasard dans les inventaires correspondants, puis pondérés de sorte à représenter les régions (biogéographiques), les types de végétation ainsi que les différentes grandeurs et altitudes des objets.

Afin de pouvoir tirer des conclusions à l’issue du premier relevé du suivi des effets de la protection des biotopes en Suisse, les données qui avaient déjà été relevées dans nombre des objets sélectionnés ont été saisies à nouveau. Pour ce qui est des marais, 130 des 255 objets avaient déjà fait l’objet de relevés (767 lots provenant de surfaces de relevé dans le cadre du suivi des effets de la protection des marais réparties entre les bas-marais [539] et les haut-marais [192]). Quant aux prairies et pâturages secs, 591 surfaces tests ont fait l’objet de nouveaux relevés même si elles l’avaient déjà été dans le cadre de l’inventaire des prairies et pâturages secs.

Dans les surfaces cartographiées, la présence d’espèces de plantes et leur degré de couverture ont ensuite été déterminés sur le terrain. Pour chaque espèce, il existe des valeurs écologiques indicatrices qui montrent dans quelle mesure l’espèce réagit à certaines conditions écologiques (humidité, nutriments, etc.). Les conditions trophiques de chaque objet découlent des moyennes des valeurs écologiques indicatrices.

 
Dernière mise à jour le: 04.07.2019

Informations complémentaires

Liens

inidkatoren_hirun

Indicateurs

Recherche et liste de tous les indicateurs

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themen/thema-biodiversitaet/biodiversitaet--daten--indikatoren-und-karten/biodiversitaet--indikatoren/indikator-biodiversitaet.pt.html/aHR0cHM6Ly93d3cuaW5kaWthdG9yZW4uYWRtaW4uY2gvUHVibG/ljL0FlbURldGFpbD9pbmQ9QkQxNTEmbG5nPWZyJlN1Ymo9Tg==.html