Santé de la faune

Les maladies peuvent affaiblir sensiblement les populations d’animaux sauvages et de poissons. À l’échelon fédéral, les services spécialisés dans les maladies animales sont l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) et le Centre pour la médecine des poissons et des animaux sauvages (FIWI). L’OFEV soutient la recherche sur les maladies animales et la surveillance de ces dernières.

Santé de la faune sauvage

L'ordonnance sur la chasse et la protection des mammifères et oiseaux sauvages (OChP) charge la Confédération de soutenir la recherche sur les maladies des animaux sauvages (art. 11, al. 3).

Le programme WILDVET assure la surveillance de l'état de santé de la faune sauvage en Suisse. Il comprend le diagnostic des causes de décès des animaux retrouvés morts et la recherche des causes et des possibilités de traitement des maladies problématiques.

Les trois maladies qui affectent le plus la faune sauvage sont la gale, la peste porcine et la cécité du chamois. Leur risque de propagation est élevé. La tuberculose n'a encore jamais été mise en évidence chez les animaux sauvages en Suisse. Toutefois, il existe un risque de contamination des populations dans les régions frontalières.

Détention et soins temporaires des hérissons

Le hérisson est un animal sauvage et pas un animal de compagnie. Mais comme en Suisse il vit la plupart du temps dans les zones urbanisées, les animaux malades ou blessés sont donc souvent visibles. Ces animaux peuvent être soignés temporairement par des personnes compétentes.  

La détention et les soins temporaires prodigués aux hérissons par des personnes compétentes (dans des stations de soins d’urgence) doivent satisfaire à certaines exigences. La protection du Hérisson d’Europe (Erinaceus europaeus) est régie de diverses manières dans les cantons, mais il n’est pas prévu de détenir ces animaux à titre privé en dehors des stations de soins d’urgence. Les soins ont pour unique but de permettre aux rescapés de retourner vivre dans la nature à l’état sauvage. Il faut éviter d’habituer un hérisson à l’homme, donc limiter autant que possible la durée du séjour de chaque hérisson sous la garde de l’homme. Le hérisson doit toujours être respecté en tant qu’animal sauvage et ne doit jamais être considéré comme un simple « animal domestique de jardin » ! Les services cantonaux de la conservation de la nature renseignent sur les modalités.

Santé des poissons et des écrevisses

La santé des poissons et des écrevisses est essentielle pour permettre à ceux-ci de maintenir et de développer leurs effectifs. Ces animaux sont principalement affectés par deux maladies : la maladie rénale proliférative (MRP) et la peste de l'écrevisse.

Ihr Browser kann leider keine eingebetteten Frames anzeigen: Sie können die eingebettete Seite über den folgenden Verweis aufrufen: SELFHTML

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 11.04.2017

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themen/thema-biodiversitaet/biodiversitaet--fachinformationen/massnahmen-zur-erhaltung-und-foerderung-der-biodiversitaet/erhaltung-und-foerderung-von-arten/regulation-von-wildtierbestaenden-und-wildtiergesundheit/tiergesundheit.html