Médicaments dans les eaux souterraines

À l’échelle du pays, près de 13 % des stations de mesure détectent la présence de médicaments dans les eaux souterraines. Les aquifères en roches meubles proches d’un cours d’eau sont les plus touchés. Les médicaments transitent par les canalisations et les stations d’épuration, parviennent dans les rivières et les ruisseaux et s’infiltrent avec ces derniers dans les eaux souterraines.  

Conformément à l’ordonnance sur la protection des eaux, les eaux souterraines ne doivent pas contenir de substances de synthèse persistantes. Cependant, des médicaments et des produits de contraste utilisés en radiologie provenant de la médecine humaine y sont détectés. Néanmoins, leurs concentrations sont généralement faibles et, dans la plupart des cas, inférieures à 0,1 microgramme par litre.

 
ABW_Arzneimittel_2017_Karte_Internet_FR
Médicaments dans les eaux souterraines (2017), eaux usées traitées dans les cours d’eau et zones urbanisées. Concentration maximale par station de mesure NAQUA.
© OFEV

Les quatre substances actives rencontrées le plus fréquemment comprennent le sulfaméthoxazole (un antibiotique), la carbamazépine (un antiépileptique), de même que l’acide diatrizoïque et l’iopamidol (deux produits de contraste utilisés en radiologie). Des médicaments sont surtout détectés aux stations de mesure NAQUA situées dans les bassins d’alimentation où des eaux superficielles chargées en eaux usées s’infiltrent dans les eaux souterraines.

 

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 15.08.2019

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themen/thema-wasser/wasser--fachinformationen/zustand-der-gewaesser/zustand-des-grundwassers/grundwasser-qualitaet/arzneimittel-im-grundwasser.html