Pour un air sain

L'environnement est un facteur essentiel pour la santé des êtres vivants. Le 5 juin est une journée consacrée au thème "Combattre la pollution de l'air" qui vise à informer l’ensemble du monde sur l’importance de la qualité de l’air.      

Selon l'Organisation mondiale pour la santé (OMS), ce sont près de 20% de tous les cas de décès en Europe qui sont engendrés par un environnement néfaste. Cela peut être dû à la pollution de l'air comme les poussières fines, le dioxyde d'azote et l'ozone, mais aussi au bruit, aux canicules estivales qui affectent le bien-être, aggravent les maladies et peuvent même entraîner des décès prématurés. La pollution de l'air est le facteur néfaste déterminant.

Chaque personne respire quotidiennement environ 15'000 litres d'air, qui contiennent aussi en partie des polluants en provenance du trafic, de l'industrie, de l'artisanat, des ménages, des installations de combustion, des matériaux de construction, ainsi que de la fumée de tabac. Ces polluants peuvent provoquer ou aggraver les crises d'asthme, les bronchites et les toux chroniques ou d'autres maladies des voies respiratoires et des poumons, et même des cancers du poumon. Ils agissent aussi par un raccourcissement de l'espérance de vie en raison de l'aggravation des maladies cardio-vasculaires. Ce sont les personnes âgées, les malades, ainsi que les enfants qui sont particulièrement sensibles. Les mesures les plus importantes et les plus efficaces pour lutter contre ces charges polluantes sont de réduire durablement les émissions autant que le permet la technique.

Ainsi la pollution de l'air a pu être considérablement diminuée en Suisse au cours des 30 dernières années grâce à la mise en place de différentes mesures de limitations des émissions dans les différents secteurs d'activités. Les graphiques donnent une vue d'ensemble sur l’évolution des concentrations annuelles de poussières fines (PM10) et de dioxyde d'azote (NO2) par rapport aux valeurs limites d’immission (VLI).
 

Les réductions combinées du bruit et de la pollution de l'air permettent aussi d'obtenir des améliorations significatives en faveur de la santé. Depuis longtemps, il est connu que les différentes mesures de promotion du trafic lent, des déplacements à pied ou à vélo fournissent des prestations non seulement utiles pour la mobilité et l’air, mais aussi pour la santé des pratiquants et améliorent la qualité de la vie de la population.

L'OFEV, Santé Publique Suisse et la Ligue suisse contre le cancer fournissent dans ce contexte de nombreuses informations à la population par le biais de différents canaux. 

 

Ainsi des cartes sur les principaux polluants en Suisse sont remisent à jour sur une base horaire. 

 

Ainsi des cartes sur les principaux polluants en Suisse sont remises à jour sur une base horaire. Par ailleurs, les données actuelles du réseau national NABEL, ainsi que les moyennes annuelles, se trouvent sur Teletext page 521. Des applications pour smartphone ont été développées et sont à disposition gratuitement telles que airCHeck ou l’Apps de MétéoSuisse avec des informations sur la santé pour informer en continu la population sur l'état de la situation.

De son côté Santé Publique Suisse organise des symposiums et sa conférence annuelle. Lors de ces manifestations, les résultats de recherches scientifiques et les expériences pratiques sur les thèmes environnementaux sont régulièrement à l'ordre du jour. 

La Ligue suisse contre le cancer s’engage à l’interface entre la santé et l’environnement en vue d’un environnement favorable pour la santé Elle sensibilise la population notamment par l’intermédiaire de feuilles d’information au sujet de la pollution de l’air afin de limiter autant que possible les risques de cancer en relation avec l’environnement.

L'OFEV avec d'autres partenaires, dont la Ligue contre le cancer, a également développé un laboratoire d'expérimentation sur l'air (Explor’air) à l'intention des écoliers du niveau secondaire I pour prendre conscience de l'air que l'on respire et de la nécessité d'en préserver la qualité. 

Tous ces engagements et cette collaboration interdisciplinaire sont fructueuses dans le sens de "mettre la promotion de la santé au milieu des politiques". Une amélioration s'est dessinée au cours des 30 dernières années. L'air s'est améliorée grâce aux prescriptions légales basées sur les progrès technologiques ce qui se traduit aussi par une baisse des effets néfastes sur la santé. Plus d'informations à ce sujet sont rapportées dans l'interview du Professeur Nino Künzli du Swiss Tropical and Public Health Institute à Bâle.

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 04.06.2019

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/air/info-specialistes/effets-de-la-pollution-atmospherique/tag-der-sauberen-luft.html