Conséquences de la mobilité sur l'environnement

Quel est l'impact environnemental de la mobilité? Incidences de la mobilité sur le calme, l’air, le climat, le sol, le paysage, la biodiversité, les déchets et matières premières.


Calme

Les transports sont la principale cause de la pollution sonore en Suisse. Selon les modélisations, une personne sur sept est exposée à un bruit nuisible ou incommodant lié au trafic routier. Quelque 1 à 2 % de la population sont exposés à un bruit excessif lié au rail et une même proportion est exposée au bruit du trafic aérien.

Air

Le trafic motorisé est responsable de plus de la moitié des émissions d’oxydes d’azote et d’un quart de la charge de poussières fines dans l’air. En été, les oxydes d’azote et les composés organiques volatils forment de l’ozone, une substance également nocive pour la santé.

Climat

31,7 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre en Suisse étaient imputables en 2016 au trafic motorisé. En 2000, la part de ce même trafic s’élevait encore à 30,6 %. Alors que les émissions de gaz à effet de serre du secteur des bâtiments ont nettement reculé, celles des transports ont légèrement progressé depuis 1990. Ces chiffres ne contiennent pas les émissions du trafic aérien international.

Sols

Les routes, les voies ferrées et les autres infrastructures de transport occupent 2,3 % de la surface du pays, ce qui représente une part de la ressource limitée qu’est le sol.

Paysage

Les infrastructures de transport sont, avec le logement, une cause majeure du mitage du territoire.

Biodiversité

La construction d’infrastructures de transport détruit les milieux naturels directement touchés (imperméabilisation) et morcelle les milieux voisins.

Déchets et matières premières

En Suisse, dans le secteur de la mobilité, la masse globale de matériaux s’élève à environ 11 tonnes. L’acier avec près de 7 millions de tonnes constitue de loin la part la plus importante. La catégorie des voitures de tourisme représente presque deux tiers de la masse mobile globale, soit 7 millions de tonnes.

La charge environnementale globale de la mobilité en Suisse est principalement due à la consommation d’énergie, la part des matériaux ne se montant qu’à un quart environ. Parmi ces derniers, les métaux (avec une part cumulée de 14,9 %) sont responsables d’atteintes écologiques considérables. Malgré sa faible part de 0,1 %, l’électronique joue un rôle non négligeable avec 4,3 % de la charge environnementale globale.

Contact
Dernière modification 30.11.2018

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/alimentation-logement-mobilite/mobilite/consequences.html