Augmentation de la menace pour les poissons et les écrevisses

Berne, 15.10.2019 - Les poissons et les écrevisses comptent, en Suisse, parmi les espèces les plus menacées. À l’issue de la collecte de données sur leur distribution à l’échelle nationale, leur statut de menace doit être adapté en conséquence dans l’ordonnance relative à la loi fédérale sur la pêche (OLFP). L’anguille et l’ombre de rivière, notamment, ont vu leur situation s’aggraver. Le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) a ouvert le 15 octobre 2019 la procédure de consultation sur la modification du statut de menace de 23 espèces de poissons et d’écrevisses.

Les conditions de dix espèces se sont détériorées. L'anguille et l'ombre de rivière sont particulièrement touchés, passant respectivement de « menacée » à « menacée d'extinction » et de « menacé » à « fortement menacé ». Les cantons doivent déployer des efforts supplémentaires pour protéger les espèces dont le statut de menace s'est détérioré. Les mesures mises en œuvre pour protéger les espèces plus fortement menacées bénéficient d'un soutien financier accru de la part de la Confédération. Seules trois espèces, dont la carpe et le silure glane, profitent d'une meilleure situation. Classifiés auparavant comme « menacés », ils sont désormais « potentiellement menacés ».

La Suisse se doit de préserver cette grande diversité de poissons et d'écrevisses, aujourd'hui menacée. Pour ce faire, les écosystèmes aquatiques doivent retrouver une qualité suffisante. Les projets de renaturation des eaux, les mesures visant à améliorer la qualité des eaux ainsi que la conservation des rares cours d'eau encore à l'état naturel y contribuent.

Si les modifications proposées sont adoptées, l'annexe 1 OLFP comprendra 73 espèces de poissons et d'écrevisses, dont 9 sont d'ores et déjà éteintes, 14 menacées d'extinction, 10 fortement menacées, 12 menacées et 9 potentiellement menacées. Seul un quart des espèces indigènes (soit 14) sont considérées comme non menacées. Enfin, les données relatives à cinq espèces ne suffisent pas à déterminer un statut de menace.

La procédure de consultation s'étend jusqu'au 29.01.2019.


Adresse pour l'envoi de questions

Section Médias OFEV
Téléphone: +41 58 462 90 00
Courriel: mediendienst@bafu.admin.ch



Auteur

Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/biodiversite/communiques.msg-id-76644.html