Plan d’action Biodiversité Suisse: Mission possible

12.02.2014 - Le plan d’action qui doit concrétiser la Stratégie Biodiversité Suisse a été préparé par des centaines d’experts issus de tous les secteurs de la société et comprend 110 mesures.

Favoriser la biodiversité est avantageux à plus d’un titre: ce ruisseau remis à ciel ouvert dans le quartier zurichois d’Affoltern sert aussi de place de jeux aux enfants.
© Raffael Waldner/OFEV

Texte: Gregor Klaus

Quel est le point commun entre l’Association des Communes Suisses, BirdLife Suisse, l’Université de Berne, Swiss Snowsports, economiesuisse et l’Association suisse pour l’aménagement des eaux? Le souci de la diversité biologique dans notre pays. Avec de nombreuses autres organisations, elles ont participé l’an dernier à des discussions intensives pour trouver comment mettre un terme au recul constant des populations animales et végétales, de la diversité génétique et des milieux proches de l’état naturel, et inverser la tendance. Cette démarche intersectorielle est une première dans l’histoire de la protection de la nature en Suisse.

Le ton a été donné par le Conseil fédéral, sur mandat du Parlement: le but général de la Stratégie Biodiversité Suisse adoptée par le gouvernement en 2012 est de garantir une biodiversité riche et de la sauvegarder à long terme. Cette stratégie est la réponse du Parlement et du Conseil fédéral à des travaux scientifiques attestant un recul préoccupant de la diversité biologique. Le phénomène pourrait menacer notre bien-être en empêchant les écosystèmes de fournir certains services: pureté de l’eau et de l’air, stabilité des versants, fertilité des sols, pollinisation des cultures, attrait des zones de détente.

Notre existence dépend des organismes qui, depuis la dernière période glaciaire, ont formé des biocénoses équilibrées. Les préserver est aussi un impératif éthique, a souligné la conseillère fédérale Doris Leuthard: il s’agit de « protéger la vie dans toute sa diversité, pour nous et pour les générations futures ».

Une assise solide

La stratégie a permis pour la première fois une démarche ciblée dans ce domaine. L’OFEV a été chargé d’élaborer un plan d’action proposant des mesures concrètes. Toutes les personnes et organisations intéressées ont été invitées à participer. « La biodiversité est enfin devenue une affaire nationale concernant l’ensemble de la société », se réjouit Sarah Pearson, responsable du projet à l’OFEV. Ce qui semblait à l’origine une mission impossible se révèle une opportunité pour donner à ce thème l’importance qui lui revient, en le sortant définitivement du domaine exclusif de la protection de la nature où il était cantonné.

Au premier semestre 2013, plus de 250 organisations et plus de 650 experts de tous les secteurs de la société ont pris part à de multiples ateliers en petits et grands groupes pour réfléchir ensemble aux moyens de protéger et de favoriser la biodiversité. « Nous voulions nous appuyer sur un consensus le plus large possible », explique Sarah Pearson. Tous étaient unanimes: il faut faire quelque chose pour maintenir voire améliorer la qualité de vie en Suisse. « La conservation de la biodiversité est vitale même pour l’économie », estime Urs Näf, d’economiesuisse.

Plusieurs centaines de mesures ont été identifiées et débattues dans les ateliers. « Le potentiel de créativité déployé est impressionnant », affirme Sarah Pearson. « Il n’y a jamais eu d’état des lieux aussi détaillé dans le domaine de la protection de la nature en Suisse. »

Une dynamique s’est instaurée. Soutenus par l’OFEV, le Forum Biodiversité Suisse de l’Académie suisse des sciences naturelles et le centre de formation environnementale « sanu future learning », les services cantonaux de la nature et du paysage ont créé une plateforme consacrée au sujet. Les directeurs des offices se sont réunis régulièrement pour élaborer des dispositions et s’accorder sur une position commune à adopter dans les ateliers officiels.

Synergies et « double utilité »

Dans un deuxième temps, les mesures ont été retravaillées sous la direction de l’OFEV. Les doublons ont été éliminés; la faisabilité et l’efficacité ont été examinées. « Au final, nous en avons retenu 110 », a déclaré Evelyne Marendaz, cheffe de la division Espèces, écosystèmes, paysages à l’OFEV, lors de la clôture de la démarche participative en novembre 2013, devant plus de 300 personnes. Markus Fischer, président du Forum Biodiversité Suisse et professeur à l’Université de Berne, a parlé de moment historique.

Les mesures prévues concernent la plupart des activités humaines ayant des conséquences pour la diversité biologique. Elles vont de l’exploitation renforcée des synergies entre biodiversité et sylviculture à l’enseignement plus poussé de ces questions à l’école et dans les formations professionnelles, en passant par la poursuite des mesures de reconstitution et de remplacement ou par l’examen, l’optimisation et le développement d’incitations, par exemple en matière de jardinage biologique. On notera l’importance cruciale de la création d’une infrastructure écologique comprenant toutes les surfaces protégées et les aires de mise en réseau du pays.

De nombreuses dispositions visent à améliorer le respect de la biodiversité dans les activités qui se déploient sur le territoire. « Double utilité » est le mot d’ordre. Ainsi, en ville, les parcs servent à la fois de refuge à la flore et à la faune urbaines et d’espace-découverte aux enfants. Les surfaces de compensation - bandes culturales, pâturages secs - permettent la survie de nombreux animaux et végétaux du paysage rural ainsi que la production de denrées alimentaires. Les réserves forestières particulières fournissent du bois de même qu’un habitat pour les espèces affectionnant la chaleur et la lumière. « Le potentiel de synergies est encore loin d’être exploité », précise Sarah Pearson. Les spécialistes présents à la clôture s’accordaient largement sur le caractère exemplaire de la démarche, qui a été menée avec courage et ouverture, dans la neutralité, de manière constructive, en veillant toujours à garantir l’assise scientifique des mesures. Ils ont également apprécié les informations communiquées régulièrement à tous, qui se faisaient aussi l’écho des critiques.

Les personnes impliquées ont été bien sensibilisées à l’enjeu. Marcel Locher, de la société Weleda, affirme avoir pris conscience, au cours des échanges, des liens entre économie et diversité biologique. Pour Daniela Pauli, secrétaire exécutive du Forum Biodiversité Suisse, la transmission de connaissances est capitale: « Une fois qu’on a compris que la biodiversité est essentielle à la vie, une grande partie du plan d’action va de soi. »

Vers la mise en œuvre

Les mesures sont efficaces, cela a été largement relevé lors de la manifestation de clôture. Reste à savoir si elles seront réalisées. « C’est la procédure politique qui décidera », explique Evelyne Marendaz.

L’automne dernier, deux groupes composés de représentants des milieux politiques, des cantons, de groupements d’intérêts et de l’administration fédérale ont examiné la capacité des 110 mesures à rallier une majorité politique, ainsi que leur faisabilité. Ils ont également accompagné la mise au point du plan d’action, actuellement en cours de discussion dans les services fédéraux. Pourra-t-il être mis en œuvre et apporter un peu plus de vie dans le paysage, pour le bien de tous? Le Conseil fédéral tranchera à la fin 2014.

« Il ne suffit pas d’aimer la nature, il faut aussi parfois en assumer le coût », déclare Sarah Pearson, qui ajoute aussitôt: « En fait, il ne s’agit pas vraiment d’un coût, mais plutôt d’un investissement pour un avenir meilleur. » Tout être humain a droit à la biodiversité. Etant donné le nombre d’organisations ayant participé à l’élaboration du plan d’action, les politiques ne pourront pas l’ignorer. Quoi qu’il en soit, Bertrand von Arx, président de la Conférence des délégués à la protection de la nature et du paysage, se réjouit déjà de pouvoir l’appliquer en collaboration avec des partenaires d’autres secteurs.

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 12.02.2014

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/biodiversite/dossiers/plan-action-biodiversite.html