Oiseaux piscivores

En Suisse, les effectifs de Héron cendré et de Harle bièvre se sont rétablis au cours des dernières décennies ; Grand Cormoran vient désormais nicher un peu partout en Europe centrale. L’OFEV s’emploie à désamorcer les conflits entre la protection des oiseaux, celle des poissons et la pêche.

Oiseaux piscivores
© Josef Griffel

Les oiseaux piscivores (Grand Cormoran, Héron cendré, Harle bièvre) peuvent être à la source de divers problèmes :

  • Les cormorans ont une influence sur les peuplements d'espèces de poissons menacées (p. ex. l'ombre).
  • Les cormorans endommagent les filets des pêcheurs professionnels et y dérobent des poissons déjà pris.
  • Les besoins en nourriture des cormorans, hérons et harles entraînent un conflit d'intérêt avec la pêche à la ligne.
  • Les hérons cendrés qui entrent dans les piscicultures malgré les mesures de protection peuvent y causer beaucoup de dommages.

Le cormoran en Suisse n'est plus seulement présent durant la période hivernale, mais on les rencontre de plus en plus souvent aussi durant l'été. Depuis l'annonce des deux premiers couples nicheurs en 2001, près de 1504 couples reproducteurs se sont installés (état : 2014).

Comme en été les poissons évoluent dans les couches d'eau superficielles, ils sont particulièrement faciles à atteindre à cette période, c'est-à-dire que la recherche de nourriture des cormorans est particulièrement efficace en été, ce qui renforce le conflit entre la protection des oiseaux et la pêche.

Mesures

L'OFEV s'engage à améliorer le milieu naturel des poissons en renaturant les cours d'eau canalisés et peu structurés. La libre circulation des poissons dans les rivières doit être en outre rétablie. Ces méthodes permettent aussi de désenvenimer de nombreux conflits avec les oiseaux piscivores.

L'OFEV prévoit d'élaborer avec les cantons une aide à l'exécution afin de résoudre les conflits concrets concernant d'importants dommages (protection des populations des espèces de poisson menacées, dommages causés aux filets de pêche des professionnel, pertes dans les piscicultures).

Comme auparavant, les principes fondamentaux suivants sont considérés comme important :

  • En priorité, il faut appliquer des mesures de prévention, p. ex.
    • protection de piscicultures avec des moyens techniques, et
    • effarouchement des cormorans aux abords des filets de pêcheurs professionnels.
  • C'est seulement si ces dernières se montrent inefficaces qu'il est possible de prendre des mesures plus poussées concernant des oiseaux piscivores protégés, en respectant des critères stricts et avec l'autorisation des autorités.

Erfolgskontrolle Kormoran und Fischerei sowie neuer Massnahmenplan 2005 (PDF, 1 MB, 04.08.2005)rapport de l'OFEV en allemand avec résumé et chapitre "Plan de mesures 2005" en français

Indemnisations

Les dommages causés par les oiseaux piscivores ne sont pas, au sens juridique (art. 13, LChP), des dommages causés par la faune sauvage. Les cantons ne sont donc pas obligés de verser des indemnités.

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 30.06.2015

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/biodiversite/info-specialistes/mesures-de-conservation-de-la-biodiversite/protection-et-conservation-des-especes/regulation-des-effectifs-et-sante-de-la-faune/oiseaux-piscivores.html