Types de bruit

En Suisse, environ 1,1 million de personnes sont exposées à un niveau de bruit issu du trafic qui dépasse les valeurs limites admises. La principale source de bruit est, de loin, la circulation routière, suivie des trafics ferroviaire et aérien. Les autres nuisances sonores proviennent des installations de tir, de l’industrie et de l’artisanat, des chantiers, des machines, des installations sportives et des restaurants.

Bruit de la circulation routière

Une personne sur sept est exposée durant la journée à son domicile à un bruit nuisible ou incommodant dû au trafic routier et une personne sur huit durant la nuit. En dépit des progrès réalisés dans la lutte contre le bruit, la population continue d’être exposée en maints endroits à des nuisances sonores élevées.

Le bruit est principalement imputable à l'augmentation du trafic en général et à une densification croissante. Avec une conduite constante, le bruit de roulement des pneus couvre le bruit du moteur dès 25 km/h pour les voitures de tourisme et dès 55 km/h pour les poids lourds.
Parallèlement aux innovations techniques apportées aux véhicules, des pneus silencieux, des revêtements de route phonoabsorbants, des limitations de vitesse et une conduite responsable contribuent à réduire la pollution phonique.

Bruit des chemins de fer

Quelque 16 000 personnes le jour et 87 000 personnes la nuit sont exposées à leur domicile à un bruit nuisible ou incommodant dû au trafic ferroviaire.

Les convois qui occasionnent des nuisances particulièrement importantes sont les trains internationaux de marchandises. Ces dernières années, un programme d'assainissement a permis de protéger de nombreuses zones d'habitation situées le long de voies ferrées en érigeant des parois antibruit. La mise en service de trains très silencieux et des mesures au niveau de l'infrastructure doivent permettre de réduire encore davantage le bruit des trains.

Bruit du trafic aérien

Ce sont environ 24 000 personnes qui sont exposées à des nuisances sonores excessives dues au trafic aérien durant la journée et environplus 75 000 pendant la nuit. La plupart d'entre elles vivent dans les zones urbanisées tout autour des grands aéroports nationaux et à proximité des aérodromes militaires.

Le choix des itinéraires de vol permet de diminuer le nombre de personnes importunées. Des taxes d'atterrissage et de décollage en fonction du bruit sont un moyen d'encourager une aviation civile moins bruyante.

Bruit de l'industrie et de l'artisanat

Le nombre de personnes exposées au bruit imputable à l'industrie et à l'artisanat, aux exploitations agricoles, aux installations de production d'énergie et de loisirs, aux parkings couverts ou au transbordement de marchandises n'est pas connu. En règle générale, l'exposition ne concerne qu'une zone limitée située à proximité immédiate des aires d'exploitation. Des mesures d'assainissement phonique ont permis de réduire sensiblement  les nuisances sonores.

Tirs militaires

Bruit de tir

A proximité des places d'armes et d'exercices militaires, 20 000 personnes environ sont exposées à des nuisances sonores qui dépassent les valeurs limites admises. Le nombre de personnes dérangées par le bruit des stands de tir civils a fortement diminué à la suite de mesures d'assainissement phonique et du regroupement des installations. Des mesures doivent encore être prises pour les places militaires et les petits stands de tir dédiés aux armes de sport et de chasse.

Bruit des chantiers

Le nombre de personnes importunées par le bruit des chantiers n'est pas connu. Les travaux de construction tels que dynamitage, battage, fraisage ou excavation causent un bruit élevé, généralement ponctuel et limité géographiquement. Les nuisances sonores peuvent toutefois durer plusieurs années lors de gros chantiers.

En raison des fortes variations des bruits de chantier, le conseil fédéral a renoncé à fixer des valeurs limites d'exposition. La directive sur le bruit des chantiers élaborée par l'OFEV présente toute une série de mesures de construction et d'exploitation destinées à limiter les nuisances sonores. Ces mesures sont notamment fonction de la distance par rapport aux zones d'exposition, du degré d'intensité des travaux et du trafic généré par le chantier.

Bruit des appareils et des machines

Le bruit d'appareils et de machines comme les souffleurs de feuilles, les tondeuses à gazon, les équipements de chantier peut déranger. Il est difficile d'estimer le nombre de personnes exposées à ce type de nuisances. Ce bruit trouble la quiétude de zones généralement calmes, à des heures habituellement tranquilles, mais n'est pas permanent.

L'ordonnance sur le bruit des machines fixe des valeurs limites d'émission pour différents appareils et machines. Pour certains, la Confédération exige que la puissance acoustique maximale figure sur l'équipement.

Autres sources de bruit

Les sources de bruit pour lesquelles l'ordonnance sur la protection contre le bruit ne fixe pas de valeurs limites d'exposition sont appelées « autres sources de bruit ». Des installations sportives, des restaurants, des points de collecte de verre, des activités de la vie quotidienne, entre autres, peuvent être source de nuisances sonores.

Vibrations

Les vibrations sont souvent provoquées par le passage de trains. On estime qu'à proximité de lignes ferroviaires, environ 30 000 personnes sont exposées à ce type de nuisances à leur lieu de domicile.

Contact
Dernière modification 25.07.2018

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/bruit/info-specialistes/types-de-bruit.html