Projet pilote adaptation aux changements climatiques «Programme national de surveillance du moustique tigre asiatique»

Originaire du Sud-Est asiatique, le moustique tigre s’est répandu dans le monde entier. Depuis 2003, il est aussi établi dans le canton du Tessin. Le projet a recensé la présence de cet insecte ainsi que d’autres espèces exotiques de moustiques et ainsi créée les bases pour évaluer le potentiel de risque actuel pour la santé de la population et l’environnement.

Situation initiale

L’habitat d’origine du moustique tigre asiatique (Aedes albopictus) est le Sud-Est asiatique. Cet insecte s’est toutefois répandu dans le monde entier sous l’effet du développement croissant des échanges commerciaux et des voyages internationaux, d’une part, et des changements climatiques, d’autre part. Le moustique tigre est établi dans tout le nord de l’Italie depuis 1990, au Tessin depuis 2003 et dans les Grisons (sud du val Mesolcina) depuis 2015. Il est probable que ce moustique s’introduira dans d’autres régions de Suisse. Le moustique tigre représente un risque pour la santé puisqu’il peut transmettre des maladies comme la dengue et le chikungunya. En Suisse, il manquait jusqu’à présent une surveillance systématique de cet insecte et d’autres espèces exotiques de moustiques.

Objectifs

Le projet consistait à poser des pièges le long des voies de communication principales afin de surveiller l’introduction et la propagation du moustique tigre et du moustique japonais (Aedes japonicus) en Suisse. Les données récoltées devaient permettre d’évaluer le potentiel de risque actuel pour l’homme et l’environnement et de prendre d’éventuelles mesures de contrôle. Il s’agissait de sensibiliser à cette problématique par l’information et par la collaboration avec les autorités concernées.

Démarche

  • Définition de l’emplacement des pièges
  • Pose des pièges dans les noeuds de transport de personnes et de marchandises (relais d’autoroutes, aéroports, ports rhénans) et collecte des échantillons
  • Analyse des échantillons recueillis
  • Échange et évaluation des résultats avec un groupe d’accompagnement composé d’experts suisses et internationaux
  • Répétition annuelle du monitorage
  • Élaboration d’informations et de recommandations pour la population, les autorités fédérales et les services cantonaux de l’environnement et de la santé

Résultats

Les résultats montrent que, pendant la période de 2014 à 2016, le moustique tigre asiatique n’était pas seulement présent au Tessin mais aussi au nord des Alpes. L’autoroute A2 (Chiasso–Bâle) constitue le principal axe de propagation passive de cette espèce de moustique. Les résultats du projet laissent supposer que l’axe du Saint-Bernard joue lui aussi un rôle analogue. En 2015, des spécimens ont été signalés pour la première fois par des habitants de la région bâloise. Les conditions climatiques y sont très similaires à celles de Fribourg-en-Brisgau (Allemagne), où une population locale et stable de moustiques tigres avait été identifiée en 2014. On peut donc supposer la présence, en région bâloise également, d’une population permanente de moustiques tigres asiatiques. Le moustique japonais a été localisé pour la première fois en 2007 en Suisse. Dans les années qui ont suivi, l’insecte s’est propagé sur tout le Plateau alémanique. Les résultats du projet indiquent que sa population a crû depuis. Parallèlement, en 2015 et 2016, quelques spécimens de moustiques de Corée (Aedes koreicus), une espèce envahissante, ont été signalés pour la première fois au nord des Alpes. Ces deux espèces sont bien adaptées au climat local du Plateau et il n’est pas à exclure que le moustique de Corée se propage à large échelle et s’établisse durablement dans la région. On peut toutefois partir du principe que ces deux espèces sont nettement moins problématiques sur le plan de la santé publique que le moustique tigre asiatique.

Conclusions

Les résultats de cette surveillance nationale, les expériences réalisées dans les régions limitrophes de la Suisse, le développement croissant de la mobilité et les changements climatiques laissent présager une accentuation de la problématique des espèces exotiques invasives de moustiques en Suisse. La surveillance nationale devra donc se poursuivre. Parallèlement, il faudra renforcer la collaboration entre les autorités fédérales et cantonales compétentes afin d’éviter autant que possible ou, s’il est déjà trop tard, au moins limiter au maximum la propagation du moustique tigre et des autres espèces exotiques invasives de moustiques.


Porteur de projet: Institut Tropical et de Santé Publique Suisse

Zone pilote: Suisse entière

Durée: 2014 - 2016

Suivi du projet: Office fédéral de l'environnement

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 13.10.2017

Début de la page

Contact

Institut Tropical et de Santé Publique Suisse
Pie Müller

pie.mueller@swisstph.ch

Imprimer contact

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/climat/info-specialistes/adaptation-aux-changements-climatiques/programme-pilote-adaptation-aux-changements-climatiques/projets-pilotes-adaptation-aux-changements-climatiques--cluster-1/projet-pilote-adaptation-aux-changements-climatiques--programme-.html