Protection contre les crues : les enseignements de 1987 portent leurs fruits

L’importante crue de la Reuss, survenue dans le canton d’Uri début octobre 2020, le prouve : les concepts de protection fonctionnent. La réalisation de nombreuses mesures coordonnées de protection, comme la fermeture de l’autoroute A2 afin d’y dévier l’excédent d’eau, a permis d’éviter d’importants dommages. Cette gestion réussie trouve sa source dans les crues de 1987 et les investissements réalisés en faveur d’un concept de protection intégrée. À l’époque, les intempéries avaient touché une grande partie du pays, fait huit morts, causé des dommages se chiffrant à environ 1,3 milliard de francs et avaient notablement dévasté la plaine de la Reuss uranaise.

1. Intempéries et crue de 1987

En 1987, des intempéries ont touché une grande partie de la Suisse et causé la mort de huit personnes. Les dégâts matériels se sont montés à quelque 1,3 milliard de francs. Les 24 et 25 août 1987, les habitants du canton d’Uri, notamment, ont subi une crue particulièrement forte, dont les dommages, estimés à environ 500 millions de francs, se sont étendus de Realp au lac l’Uri.
Das grosse Hochwasser von 1987: die Urnerreuss tritt unkontrolliert über die Ufer und flutet den Talboden
Figure 1 : Crus de 1987 - la Reuss déborde et inonde le fond de la vallée
© Luzerner Neueste Nachrichten, Bruno Voser

2. L’analyse de l’événement, amorce d’un changement de paradigme

Suite aux dégâts sans précédent causés par les intempéries de 1987, le Conseil fédéral a commandé une analyse des causes à l’échelle nationale. Cette analyse de l’événement a permis de dégager des principes décisifs concernant la gestion des dangers naturels et la protection contre ces derniers. Prendre conscience du fait que la nature ne peut être contrôlée a conduit à un changement de paradigme « De la défense contre les dangers à la gestion du risque ».

Il a été reconnu qu’en matière de dangers naturels, l’idée de sécurité absolue n’est qu’une illusion. Si prendre des mesures adéquates limite les risques existants, adapter les affectations (construction proscrite dans les zones à risque, p. ex.) permet de prévenir de nouveaux risques inacceptables. La gestion des risques résiduels, comme le débordement contrôlé des eaux au-dessus des digues en cas de surcharge, s’est également imposée comme une composante essentielle de la gestion des risques.

3. Prévention et préparation

L’analyse de l’événement de 1987 a également servi de base à l’élaboration d’un concept de protection intégrée pour la Reuss uranaise (prise en compte de l’ensemble des dangers naturels, des acteurs impliqués et des mesures). Puis le plan d’action « Gesamtkonzept Reuss » a été créé. En cas de crue, ce dernier prévoit la possibilité de, déverser une partie des eaux de la Reuss vers l’autoroute et ses environs, et ceci sur plusieurs tronçons.

Les mesures de construction nécessaires à cette fin vont de pair avec des mesures d’organisation et de planification. Pour développer et mettre en œuvre ce concept, il a fallu impliquer suffisamment tôt les différents acteurs. Ce processus participatif était en effet primordial afin que le concept de protection intégrée soiet accepté et mis en œuvre.

Graphique
Structures de protection contre les inondations de la Reuss directement à proximité l'A2
Structures de protection contre les inondations de la Reuss directement à proximité l'A2
© Office du génie civil du canton d’Uri

4. Événement de 2020

Le week-end des 2 et 3 octobre 2020, le concept de protection pour la Reuss élaboré à la suite de l’événement de 1987 a fait ses grands débuts. Pour la première fois depuis 1987, la Reuss uranaise est sortie de son lit, comme il lui arrive de le faire tous les 50 ans, et les digues n’ont pas suffi à contenir les masses d’eau. L’excédent a alors été dévié vers l’autoroute A2 et ses environs, tel que prévu dans le concept de protection. Bien que les niveaux d’eau soient montés très rapidement, l’autoroute a été fermée durant seulement 20 heures. Les mesures mises en place à la suite des crues de 1987 ont donc fait leurs preuves, grâce également à l’engagement sans faille de nombreux acteurs.

Si la plaine de la Reuss uranaise avait connu des dégâts considérables en 1987, la crue de 2020 ne laisse dans son sillage que des débris à nettoyer. Loin d’un débordement incontrôlé, la Reuss a pu être canalisée le long de ses berges et les eaux se sont déversées dans le lac d’Uri. Il est maintenant temps, 33 ans après la crue de 1987, d’analyser l’événement de 2020 et d’en tirer de nouveaux enseignements. Le cycle de la gestion intégrée des risques est bouclé et reprend depuis le début.

La Reuss a débordé au début du mois d'octobre 2020 et a été dirigé vers le lac d'Uri via l'autoroute
Figure 4 : La Reuss a débordé au début du mois d'octobre 2020 et a été dirigé vers le lac d'Uri via l'autoroute
© Valentin Luthiger
En raison des inondations du début octobre 2020 de la Reuss à Uri, une grande quantité d'eau. de matériaux et de débris flottants ont été transportés vers le lac d'Uri
Figure 5 : En raison des inondations du début octobre 2020 de la Reuss à Uri, une grande quantité d'eau. de matériaux et de débris flottants ont été transportés vers le lac d'Uri
© Angel Sanchez, Direction des travaux du canton d’Uri

Contact
Dernière modification 21.12.2020

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/dangers-naturels/info-specialistes/dommages-et-enseignements-des-evenements-naturels/dangers-naturels--analyses-d-evenement/evenement-octobre-2020.html