Métabolites du chlorothalonil dans les eaux souterraines

Avec des concentrations supérieures à 0,1 microgramme par litre, plusieurs métabolites du chlorothalonil portent atteinte aux eaux souterraines en de nombreux endroits de Suisse. Plus de la moitié des cantons enregistrent de telles concentrations. Les régions du Plateau vouées à une agriculture intensive sont les plus touchées.


Le chlorothalonil a été utilisé comme fongicide dès les années 1970 dans l’agriculture suisse. À la suite de la réévaluation du risque sanitaire de cette substance active par l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires en 2019, l’attention s’est focalisée sur les produits de dégradation (métabolites) du chlorothalonil et les conséquences sur l’approvisionnement en eau potable.

Sachant que, en Suisse, 80 % de l’eau potable provient des eaux souterraines et compte tenu du fait que ces métabolites ne peuvent y être éliminés que moyennant un traitement très sophistiqué, l’état des eaux souterraines revêt d’une importance particulière.

Dans le cadre d’une étude pilote s’inscrivant dans l’Observation nationale des eaux souterraines NAQUA et menée par l’OFEV en étroite collaboration avec les services cantonaux spécialisés, les métabolites du chlorothalonil ont pour la première fois été décelés en 2017 dans les eaux souterraines. L’Institut Fédéral Suisse des Sciences et Technologies de l’Eau (Eawag) a mis en place un procédé complexe pour analyser spécifiquement des centaines de substances dans les échantillons prélevés à 31 stations de mesure sélectionnées.

En 2018, ces analyses ont été étendues à d’autres stations de mesure. Grâce aux informations obtenues aux stations de mesure NAQUA, un jeu de données représente, pour 2019, la situation dans l’ensemble du pays pour l’un des métabolites du chlorothalonil (R417888).

Plus de la moitié des cantons sont concernés

Plusieurs métabolites du chlorothalonil sont présents dans les eaux souterraines dans des concentrations supérieures à 0,1 microgramme par litre (µg/l). En particulier les deux métabolites R471811 et R417888 polluent à large échelle les eaux souterraines de nombreuses régions agricoles du Plateau. Des valeurs supérieures à 0,1 µg/l sont mesurées dans les cantons d’Argovie, de Bâle-Campagne, de Berne, de Fribourg, de Genève, du Jura, de Lucerne, de Schaffhouse, de Soleure, de Thurgovie, du Tessin, du Valais, de Vaud, de Zoug et de Zurich. Les métabolites R419492, R611968, SYN507900 et SYN548580 sont décelés à quelques stations de mesure.

Le chlorothalonil R417888, métabolite le plus documenté pour l’heure, est détecté dans des concentrations supérieures à 0,1 µg/l à plus de 20 % des stations du Plateau.

Chlorothalonil R417888 dans les eaux souterraines
Concentration maximale par station de mesure NAQUA. LQ : limite de quantification analytique. Fondée sur les résultats de quelque 400 stations de mesure (étude pilote 2017/2018 et monitoring à long terme 2019), la carte présente une large présence du chlorothalonil R417888 dans les eaux souterraines du Plateau et de certaines grandes vallées.
© OFEV

Le chlorothalonil R471811, qui affiche à chaque station de mesure les concentrations les plus élevées, pollue les eaux souterraines encore plus que le précédent. À certaines stations, ses concentrations sont nettement supérieures à 1 µg/l. Bien que les données disponibles ne soient pas encore représentatives de l’ensemble du pays, il est possible d’en extrapoler la concentration du chlorothalonil R471811 à partir de celle du chlorothalonil R417888. Le chlorothalonil R471811 devrait ainsi dépasser la valeur de 0,1 µg/l à plus de la moitié des stations de mesure du Plateau. Les analyses actuellement en cours sur ce métabolite aboutiront vraisemblablement à l’été 2021 à un jeu de données complet, réunissant les données des presque 550 stations de mesure NAQUA.

Étant donné que les eaux souterraines ne se renouvellent que très lentement et que les métabolites du chlorothalonil sont particulièrement persistants, il faut partir du principe que ces substances porteront fortement atteinte à la qualité des eaux souterraines à large échelle pendant des années encore.

Chlorothalonil R471811 dans les eaux souterraines
Concentration maximale par station de mesure NAQUA. LQ : limite de quantification analytique. Fondée sur les résultats de 160 stations de mesure (étude pilote 2017/2018 et monitoring à long terme 2019), la carte montre que le métabolite R471811 est largement présent dans les eaux souterraines du Plateau. La part des valeurs supérieures à 0,1 µg/l est élevée.
© OFEV

Informations locales sur la qualité des eaux souterraines

Toutes les données recueillies dans le cadre de l’Observation nationale des eaux souterraines NAQUA ont été mises à la disposition des services cantonaux spécialisés. Les services des eaux concernés ont également été informés des résultats. Il revient aux services cantonaux spécialisés de fournir des renseignements spécifiques sur les eaux souterraines des régions et des communes. Des informations détaillées sur la qualité de l’eau potable sont mises à la disposition des consommateurs par les services des eaux.

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 08.02.2021

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/eaux/info-specialistes/etat-des-eaux/etat-des-eaux-souterraines/eaux-souterraines--qualite/produits-phytosanitaires-dans-les-eaux-souterraines/metabolites-chlorothalonil-dans-les-eaux-souterraines.html