Recommandations pour une meilleure efficacité des ressources

Berne, 14.11.2016 - Pour mieux utiliser les ressources naturelles, il faut miser sur la coopération et l’innovation et se concentrer sur l’essentiel. Tel est le constat du groupe d’impulsion « Dialogue Économie Verte », mis sur pied par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), dont les conclusions ont été présentées au public aujourd’hui sous le titre « GO FOR IMPACT », lors du symposium « Swiss Green Economy ».

Des représentants des milieux économiques, de la communauté scientifique, de la société civile et des pouvoirs publics ont été invités par l'OFEV à réfléchir pendant une année aux moyens de muter vers des modes de gestion et de consommation qui, en plus d'être économes en ressources, présentent également un potentiel économique. Le groupe d'impulsion « Dialogue Économie Verte » s'est appuyé sur la législation environnementale en vigueur et sur le principe de l'engagement volontaire pour respecter la volonté politique du Parlement et du peuple.

Les conclusions du groupe sont résumées dans le livre blanc « GO FOR IMPACT ». Il s'agit là d'un modèle de réflexion, d'une impulsion en faveur d'une transition vers une économie durable, qui s'inscrit dans la continuité des objectifs de développement durable (ODD) élaborés par la communauté internationale. 

Les idées maîtresses de GO FOR IMPACT sont les suivantes :

  • La Suisse parviendra plus rapidement et plus efficacement à des modes de gestion et de consommation économes en ressources si les milieux économiques, la communauté scientifique, la société civile et les pouvoirs publics travaillent main dans la main. De nombreuses entreprises cherchent désormais à développer des collaborations non seulement avec leurs fournisseurs, leurs concurrents et leurs clients, mais aussi avec les autorités et les acteurs de la société civile. Il y a encore du potentiel à exploiter.
  • La transition vers une utilisation sobre en ressources représente tant un défi qu'une opportunité. Elle stimule l'innovation économique et scientifique. Les tendances qui émergent dans d'autres domaines et recèlent également un potentiel en matière de préservation des ressources (numérisation, économie collaborative, etc.) doivent aussi être prises en considération.
  • La Suisse veut évoluer vers des modes de gestion et de consommation économes en ressources pour contribuer à la maîtrise des défis mondiaux en matière de limites planétaires. Cela implique qu'elle se concentre là où son économie peut avoir le plus d'impact.

« Accélérateurs »

Le changement doit avancer à un rythme soutenu et dynamique. Le groupe a identifié différents facteurs pouvant accélérer le processus : une vision novatrice, des flux financiers adéquats, la sensibilisation des acteurs et de la population mais aussi la garantie d'une marge de manœuvre suffisante permettant de développer des modèles innovants d'une part et, d'autre part, de tester des solutions. Il faut des acteurs du changement ambitieux qui, de par leurs idées et leur force de persuasion, prennent les devants.

La présentation des résultats conclut les travaux du groupe d'impulsion. L'OFEV tiendra compte de ces recommandations dans ses discussions avec les milieux économiques et scientifiques et la société civile.


Adresse pour l'envoi de questions

Section Médias OFEV
Téléphone: +41 58 462 90 00
Courriel: mediendienst@bafu.admin.ch



Auteur

Office fédéral de l'environnement OFEV
http://www.bafu.admin.ch/fr

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/economie-consommation/communiques.msg-id-64495.html