La transparence, un impératif

Editorial de Christine Hofmann, directrice suppléante de l’OFEV

Le label Minergie-Eco recouvre différents aspects. Les bâtiments qui en bénéficient se distinguent par leur efficacité énergétique, mais aussi par le confort qu’offre leur ventilation contrôlée. Les habitants y vivent à l’abri des nuisances sonores. Les matériaux utilisés sont choisis en fonction de critères écologiques.
© Ruth Schürmann

Les deux substantifs qui composent l'expression « transparence du marché » peuvent sembler contradictoires. D'un côté, le marché évoque de grandes quantités de lourdes marchandises qui changent de propriétaires. La transparence, elle, constitue l'une des principales caractéristiques de l'air, léger et insaisissable. L'étymologie fait remonter ces deux termes au latin. «Marché» vient de «mercatus», du verbe «mercari» pour «commercer, acheter». «Transparence» dérive du latin «transparere», qui signifie «paraître à travers». Utilisé tout d'abord au sens littéral en se référant par exemple à de fines étoffes, ce mot a désigné de plus en plus souvent, de manière figurée, une situation que la raison comprend et approuve. Le latin «parere» a cependant aussi une autre acception: «obéir». La transparence du marché peut ainsi être vue comme un impératif auquel nous devons nous soumettre: ce n'est que si nous connaissons le cycle de vie des biens de consommation que nous pouvons évaluer s'ils ont été produits - et pourront être éliminés - dans le respect du principe de développement durable. La plupart des citoyens souhaitent faire leurs achats sans craindre que les processus de production qu'ils financent ainsi nuisent à l'homme ou à l'environnement. De nombreux acteurs économiques reconnaissent d'ailleurs que les filières de fabrication transparentes présentent un avantage concurrentiel. Ils ont donc développé leur propre stratégie pour s'assurer que les matières premières qu'ils utilisent ont été produites et transformées de manière responsable.

Le dossier de ce numéro d'environnement met en avant quelques-uns de ces pionniers. Il expose également les principales méthodes utilisées pour estimer l'impact environnemental de divers produits et les comparer entre eux. Il s'arrête enfin sur des projets lancés par d'autres offices fédéraux afin d'augmenter la traçabilité des marchandises et de clarifier les relations économiques. Toutes ces contributions soulignent une fois de plus que la transparence du marché constitue un élément important de l'économie verte promue par le Conseil fédéral en collaboration avec les milieux économiques, l'administration et les organisations non gouvernementales.

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 14.02.2012

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/economie-consommation/dossiers/magazine-environnement-1-2012/la-transparence--un-imperatif.html