2e Newsletter Forêts 2021 (01.07.2021)

Éditorial d’Alfred Kammerhofer

Kammerhofer Alfred

Chères lectrices, chers lecteurs,

Depuis le début de l’année, les marchés des matières premières connaissent un véritable essor dans le monde entier. Ainsi, la part belle est faite, de fil en aiguille, aux matières plastiques, à l’acier, aux semi-conducteurs ou aux produits chimiques comme les colles, notamment. Cette situation s’explique principalement par la forte hausse mondiale de la demande, certains effets de la pandémie ainsi que des conflits commerciaux. Le marché du bois est lui aussi très touché, avec pour conséquence des augmentations des prix et des prolongations des délais de livraison pour de nombreux produits en bois (p. ex. bois lamellé-collé, bois de sciage, bois d’emballage). Les prix du bois brut réagissent pour leur part timidement. De manière générale, la tendance « Construire durablement avec du bois » se poursuit voire gagne du terrain en raison des débats actuels sur le climat et l’énergie.

Mi-mai 2021, le Conseil fédéral a adopté l’ordonnance sur le commerce du bois, qui se fonde sur les nouvelles dispositions de la loi sur la protection de l’environnement (LPE) et entrera en vigueur au 1er janvier 2022. Le marché du bois suisse sera ainsi réglementé de manière analogue à celui de l’UE (RBUE). Les entreprises et les exploitations qui mettent pour la première fois du bois sur le marché (importateurs de l’UE et de pays tiers tout comme propriétaires forestiers et leurs entreprises forestières en Suisse) devront dès l’année prochaine s’assurer que le bois a été récolté et commercialisé de manière légale (système de diligence). Les commerçants sont quant à eux tenus de garantir la traçabilité. Des services d’inspection reconnus peuvent aider les entreprises et les commerçants à respecter leur devoir de diligence. L’Office fédéral de l’environnement (OFEV) contrôle les importateurs de bois et de produits en bois, tandis que les cantons surveillent le bois issu des forêts suisses. Il organisera des séances d’information à l’automne afin d’informer les entreprises, les exploitations et les acteurs concernés de leurs nouvelles obligations. L’obligation de déclarer le bois et les produits en bois reste en vigueur (dans la même ampleur que jusqu’à présent).

Le 24 juin 2021, l’économie forestière et l’industrie du bois ont informé l’OFEV en détail de la situation qui prévaut sur les marchés du bois. De plus, de nombreuses interventions parlementaires ont été déposées concernant les tensions sur le marché suisse du bois.

Alfred W. Kammerhofer
Chef de la section Industrie du bois et économie forestière, Office fédéral de l'environnement OFEV



Politique forestière – quoi de neuf ?

Le 26 mai 2021, la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a adopté le plan de mesures actualisé visant à poursuivre la Politique forestière après 2020 (titre officiel : Politique forestière : plan de mesures actualisé 2021-2024). Celui-ci sera traduit et finalisé en vue de sa publication.

Élaboré avec le concours des cantons, des propriétaires forestiers, des représentants de l’économie forestière et de l’industrie du bois ainsi que d’autres acteurs, le plan de mesures 2021-2024 a fait l’objet de deux consultations au sein de l’administration fédérale. Il a ainsi été soumis d’abord aux offices les plus concernés lors du processus de définition des mesures, puis présenté une fois consolidé à une échelle plus large de l’administration.

La période de 2021 à 2024 est délibérément plus courte que celle initialement prévue afin de pouvoir tenir compte des conditions environnementales en prompte mutation dans les forêts et répondre rapidement aux intérêts en matière de protection et d’utilisation sur la base d’orientations stratégiques adaptées. Le plan de mesures intervient également dans le cadre de dossiers politiques importants, comme la mise en œuvre de la motion 20.3745 « Garantir un entretien et une exploitation durables des forêts », déposée par le conseiller aux États Daniel Fässler, ou encore l’élaboration d’une stratégie globale pour l’adaptation de la forêt face aux changements climatiques en réponse à la motion 19.4177, déposée par le conseiller aux États Claude Hêche, et au postulat 20.3750, déposé par la conseillère aux États Céline Vara.

Nous remercions chaleureusement toutes les personnes qui ont participé à ce projet d’envergure. De plus amples informations sur la politique forestière mise à jour suivront dès la publication du plan de mesures.


Ordonnance sur le commerce du bois – Nouvelles obligations pour les opérateurs

Holzhandelsregulierung

Le Conseil fédéral a mis en vigueur au 1er janvier 2022 la révision de la LPE, qui vise à interdire le commerce de bois récolté illégalement ainsi que des produits fabriqués avec ce bois. Le principal élément de l’ordonnance est l’introduction d’un devoir de diligence pour les personnes qui mettent pour la première fois du bois ou des produits dérivés du bois sur le marché en Suisse, appelées opérateurs.

Les propriétaires forestiers qui récoltent du bois dans les forêts suisses sont également soumis à cette réglementation. Ils peuvent partir du principe que les autorisations cantonales d’exploitation prévues par la législation sur les forêts et, le cas échéant, les autres documents admis pertinents en matière d’exploitation (plan d’exploitation, p. ex.) contiennent les informations requises. Ils sont donc tenus de conserver ces preuves de récolte légale du bois. Généralement, l’évaluation et l’atténuation des risques sont remplies grâce à la remise des documents susmentionnés.

N’hésitez pas à vous abonner à la newsletter « Commerce légal de bois en Suisse » pour davantage d’informations.

www.bafu.admin.ch/commercedubois

Nous vous prions de transmettre également ces informations à vos partenaires.


Surveillance du territoire et organismes nuisibles

En 2020, la division Forêts a lancé, avec le concours du service Protection de la forêt suisse (WSL) et cinq cantons pilotes (les deux Bâle, les Grisons, le Tessin, Vaud et Zurich), un projet pilote sur trois ans visant à surveiller dans une zone donnée la présence d’organismes particulièrement dangereux. En effet, les infestations d’organismes de quarantaine prioritaires doivent être repérées le plus tôt possible afin d’accroître les chances d’éradication. De plus amples informations seront publiées dans les mois à venir sous :


Le secteur du bois et de la forêt dans l’inventaire des gaz à effet de serre de la Suisse de 2021

En ratifiant le Protocole de Kyoto, la Suisse s’est engagée à l’échelle internationale à réduire ses émissions de gaz à effet de serre et en fait rapport chaque année dans un inventaire des gaz à effet de serre. L’OFEV a publié l’inventaire des gaz à effet de serre de 1990 à 2019 en avril 2021. Avec seulement 0,3 million de tonnes de moins qu’en 2018, les émissions de la Suisse ont à peine diminué en 2019.

Le secteur de la forêt et du bois peut lui aussi contribuer à la réalisation des objectifs de réduction de la Suisse. De 2013 à 2019, il a permis l’absorption, grâce à ses effets de puits de carbone, chaque année de 2,6 millions de tonnes de CO2 en moyenne. Conformément aux règles de calcul en vigueur au niveau mondial, les États calculent la différence entre le bilan CO2 du secteur forêts et bois et une valeur de référence. La comptabilisation des réductions effectives aura lieu à la fin de la période d’engagement de 2013 à 2020, lorsque l’inventaire 2022 sera publié (une fois les chiffres définitifs disponibles).

Sur la base des données actuelles, l’OFEV estime que les effets imputables permettront une baisse imputable de quelques centaines de milliers de tonnes de CO2 et ne contribueront donc pas de manière notable à l’objectif de réduction du pays.


Mise à jour des modèles de la hauteur de la végétation et du degré de mixité des forêts de l’Inventaire forestier national

Grâce à des processus d’évaluation rôdés, l’Inventaire forestier national fournit des données actualisées en continu sur la hauteur de la végétation et le degré de mixité des forêts. Le modèle de la hauteur de la végétation s’appuie sur les analyses de vues aériennes. Il est mis à jour régulièrement à mesure que de nouvelles photos des arbres en feuilles sont évaluées. Ainsi, chaque région est actualisée environ tous les six ans.

Ces données servent également à la création de produits dérivés comme les cartes des peuplements, les plans d’exploitation, etc. ou trouvent une application pratique en réponse à des problématiques spécifiques.


Informations complémentaires

Étude : Déterminer la vitalité des arbres à l’aide de données satellites
Les nouvelles technologies se font de plus en plus leur place également dans la gestion forestière. Parmi leurs différentes applications possibles, les systèmes de détection précoce sortent notamment du lot : ils permettent d’identifier les arbres affaiblis, instables ou morts. L’étude présentée ci-après montre aussi que la collaboration entre les différents acteurs est un véritable atout qui profite à tous.

Wissenstransfer: Erkennen der Vitalität von Bäumen anhand von Satellitendaten (PDF, 33 MB, 17.03.2021)(disponible en allemand uniquement)
Projet pilote financé par le fonds d’innovation des CFF et réalisé avec le soutien de l’OFEV et d’autres partenaires

Newsletter Plan d'action bois

Thèmes:

  • Politique de la ressource bois 2030 en ligne
  • Plan d’action bois 2021-2026 en ligne
  • Plan d’action bois 2021-2026 – les demandes
  • Nouvelle ordonnance sur le commerce du bois à partir du 1.1.2022
  • Agenda

Publications

Politique de la ressource bois 2030

UI-2103-F

Stratégie, objectifs et plan d’action bois 2021-2026

Réseau d’exploitations forestières de la Suisse

Forstwirtschaftliches_Testbetriebsnetz_f

ESélection des principales connaissances sur la situation économique des entreprises forestières suisses : la brochure ci-après vient s’ajouter aux publications du Réseau d’exploitations forestières pour les périodes de 2008 à 2010, de 2011 à 2013 et de 2014 à 2016.


Personnel

Nous souhaitons la bienvenue à Robert Jenni qui, dès le 1er juillet 2021, succède en tant que collaborateur scientifique à Pierre Alfter au sein de la section Services écosystémiques et sylviculture. Il traitera les dossiers en lien avec la sylviculture, l’adaptation aux changements climatiques et les soins aux jeunes peuplements. Ingénieur forestier diplômé d’une École polytechnique fédérale, il possède un solide bagage en matière de sylviculture de par son expérience au sein du service forestier du canton de Fribourg et en tant qu’ingénieur forestier indépendant.

Contact
Dernière modification 01.07.2021

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/forets/newsletter/2-newsletter-foret-01-07-2021.html