4e Newsletter Forêts 2019 (19.12.2019)

Éditorial de Michael Reinhard

Michael Reinhard

Chères lectrices, chers lecteurs de la Newsletter,

Un nouveau Parlement est entré en fonction en ce mois de décembre – d’une manière générale, plus jeune, plus féminin et plus vert. Les urnes ont donné leurs résultats, confirmant par la même occasion les thématiques qui sont devenues de plus en plus présentes dans notre agenda de travail l’an dernier. L’année 2019 a en effet été marquée par de nombreuses interventions parlementaires touchant à la forêt, notamment dans le domaine du déclin des insectes et de l’utilisation de produits phytosanitaires, mais aussi concernant la conservation et la protection des forêts. La biodiversité sera d’ailleurs au cœur de la communication de la Journée internationale des forêts, le 21 mars 2020. Des voix se font également entendre concernant l’avenir de la ressource bois en Suisse. La forêt continue ainsi de préoccuper non seulement les autorités et les professionnels de la filière forêt-bois, mais devient sujet de préoccupation de la population. Avec le lancement de WaMos3 en 2019, nous disposerons dans quelques années de nouvelles données sur les attentes de la population envers l’écosystème forestier.

2020 marquera aussi du changement à la direction de l’OFEV, notre directeur Marc Chardonnens nous quittant pour des raisons de santé à fin janvier. Marc Chardonnens a été un directeur qui nous a mené dans la recherche de bonnes solutions et de compromis et s’est très fortement approprié les thématiques de la forêt et du bois. Son passage lors de la conférence Woodrise à Genève en janvier 2019 l’a bien démontré. Marc Chardonnens prendra de nouvelles fonctions au sein du DETEC. La division Forêts lui adresse ses vifs remerciements pour son investissement dans le travail de l’office et lui souhaite le meilleur dans l’exercice de ses nouvelles fonctions.

2020 amènera aussi du renouveau à la division Forêts de l’OFEV. Trois nouveaux postes et demi ont été octroyés pour faire face aux défis que représentent l’adaptation aux changements climatiques, la prévention des feux de forêts et la mise en œuvre du nouveau droit sur la santé des végétaux. Si la majorité de ces thématiques seront nouvellement réparties sur le personnel actuel, les nouveaux postes seront consacrés aux domaines des dangers biotiques, de la politique forestière et des prestations forestières.

Je vous souhaite, chères lectrices et chers lecteurs, de passer de belles et sereines fêtes de fin d’année et vous adresse mes meilleurs vœux pour 2020.

Michael Reinhard
Chef de la division Forêts, Office fédéral de l’environnement

 


Politique forestière après 2020 – les acquis, les perspectives

Les travaux entamés pour mettre à jour le plan de mesures relatif à la politique forestière après 2020 vont bon train. Dans les newsletters précédentes, nous avions déjà fait le point sur la situation et présenté l’échéancier des processus.

Comme prévu, la consultation écrite du plan de mesures actualisé a été menée de juillet à août auprès d’une sélection d’acteurs, tels que les cantons, les associations et les ONG. Sur les 56 partenaires invités, 24 ont répondu. La majorité des participants ont affirmé que tant les mesures de la Confédération que le rôle des cantons et d’autres acteurs étaient plausibles. Plusieurs partenaires, notamment parmi les cantons, ont également fait remarquer qu’ils souhaitaient être davantage impliqués dans le futur programme d’action. À l’issue de la consultation, les adaptations de contenu ont été discutées et finalisées avec les acteurs clés (Forum Forêt, comité CIC et interlocuteurs concernés de Forum Bois) le 25 septembre dans le cadre d’un atelier.

L’OFEV tient à remercier les cantons et les organisations qui ont participé à ce processus et qui ont contribué, par leurs prises de position et leurs échanges constructifs, à façonner la politique forestière après 2020.

La publication adaptée de la politique forestière après 2020 et le plan de mesures actualisé sont actuellement soumis à la direction de l’OFEV pour approbation. Ils seront remis ensuite au DETEC, qui devrait les adopter au printemps 2020, avant d’être publiés.


Convention-programme dans le domaine de la forêt 2020-2024

L’année prochaine commencera la 4e période des conventions-programmes conclues dans le domaine de l’environnement (2020-2024). Dans le cadre de la mise à jour du Manuel sur les conventions-programmes, les programmes « Forêts protectrices », « Biodiversité en forêt » et « Gestion des forêts » ont été rassemblés sous la nouvelle convention « Forêts » (CP Forêts). Celle-ci répond en particulier au souhait des cantons de disposer de plus de souplesse pour l’engagement des moyens financiers et d’optimiser l’interface entre les cantons et la Confédération. Sur le plan technique, les programmes actuels ne subissent pas de modifications importantes.

Pour la période de 2020 à 2024, un budget de quelque 571 millions de francs est à la disposition de la CP Forêts. Cette somme est répartie entre les programmes partiels comme suit : 363 millions pour les forêts protectrices, 99,4 millions pour la biodiversité en forêt et 108,9 millions pour la gestion des forêts.

Ces derniers mois, les cantons et l’OFEV ont fourni un travail intense pour préparer les conventions-programmes et les négociations en la matière. L’OFEV tient à remercier les personnes impliquées d’avoir ainsi contribué à ce que les conventions-programmes puissent être conclues avec tous les cantons. Ceux-ci ont reçu les contrats correspondants vers la mi-décembre pour signature.

Vous trouverez de plus amples informations dans le dernier bulletin d’information sur les conventions-programmes conclues dans le domaine de l’environnement.

Manuel sur les conventions-programmes 2020-24 dans le domaine de l’environnement

Cover Manuel sur les conventions-programmes 2020–2024 dans le domaine de l’environnement

Communication de l’OFEV en tant qu’autorité d’exécution. 2018


Nouvelle législation phytosanitaire au 1er janvier 2020

Le nouveau droit sur la santé des végétaux entrera en vigueur au 1er janvier. La Suisse a ainsi marqué une étape décisive dans le domaine de la protection contre les organismes nuisibles particulièrement dangereux. En novembre, Mme Sommaruga et M. Parmelin, les deux conseillers fédéraux responsables du dossier, ont signé un nouvel acte interdépartemental, soit l’ordonnance sur la santé des végétaux, et l’OFEV a procédé à la première révision de l’ordonnance de l’OFEV sur les mesures phytosanitaires au profit de la forêt.
L’année qui vient sera consacrée à la mise en œuvre. L’OFEV, le WSL et cinq services forestiers cantonaux ont lancé un projet pilote pour deux ans afin de surveiller de manière efficace et en fonction des risques l’apparition, sur le territoire, d’organismes de quarantaine prioritaires.
Le régime du passeport phytosanitaire s’appliquera à partir de 2020 à tous les végétaux destinés à la plantation. Le nouveau passeport sera une étiquette au contenu uniforme que les entreprises agréées à cet effet devront apposer sur toute unité commerciale.

Fin janvier, le Service phytosanitaire fédéral lancera en outre avec divers partenaires (notamment ForêtSuisse, Jardin Suisse et Union suisse des paysans) une campagne d’information afin de faire connaître les nouvelles règles, plus strictes, en matière d’importation. Il inscrira cette campagne dans le contexte de l’Année internationale de la santé des végétaux, comme le font de nombreuses autres organisations de protection des végétaux l’année prochaine.


Rétrospective 2019 de la protection des forêts

Du point de vue de la protection des forêts, l’année 2019 a été marquée par un manque d’eau toujours plus prononcé. Dans de nombreuses régions de Suisse, mais en particulier le long de l’arc jurassien, les arbres témoignent de la sécheresse qui a sévi en 2018. En effet, le canton du Jura compte d’importantes populations de hêtres décimées, tandis que l’Office des forêts des cantons de Bâle-Ville et de Bâle-Campagne s’est vu contraint de fermer la Hard, forêt de prédilection des habitants en quête de repos, les arbres desséchés constituant un risque réel pour la sécurité.

En 2019, du fait de la croissance des populations de bostryches typographes, de grandes quantités de bois infesté ont dû être traitées dans de nombreux cantons du Plateau. Outre les épicéas et les hêtres, la sécheresse et les organismes nuisibles ont également mis à mal les sapins blancs et les chênes. Lorsque les quantités de bois à traiter sont importantes, les scieries atteignent les limites de leurs capacités. Par conséquent, le recours aux produits phytosanitaires pour protéger les réserves de bois en forêt contre le bostryche risque de s’accroître. L’OFEV a commandé une étude pilote examinant, avec le soutien de la branche, s’il existe des solutions viables pour remplacer les produits phytosanitaires.

Un réel succès a été remporté dans la lutte contre le capricorne asiatique, la bonne coordination entre toutes les parties impliquées ayant permis d’éradiquer, cette année, le quatrième et dernier foyer, à Berikon, dans le canton d’Argovie. La Suisse s’est donc ainsi officiellement débarrassée de cet organisme de quarantaine tant redouté.

 

Projet « Plantations expérimentales d’essences d’avenir »  

Le projet consiste en la création d’un réseau de plantations expérimentales d’essences d’avenir au cours des trois prochaines années. À cette fin, 57 parcelles d’essai ont été sélectionnées dans 20 cantons. Il s’agira sur cette base de se prononcer sur l’adéquation des essences forestières par grands gradients environnementaux. Au total, 18 essences seront plantées pour étudier leur capacité à croître en conditions réelles durant les prochaines décennies. Par ce projet, le WSL et l’OFEV cherchent à répondre à la question de savoir lesquelles des essences réputées adaptées à une station vers la fin du XXIe siècle selon les résultats du programme de recherche commun « Forêts et changements climatiques » pourraient déjà y croître aujourd’hui. L’OFEV soutient ce projet du WSL par une contribution financière substantielle. Les résultats permettront aux spécialistes et aux propriétaires forestiers d’adapter les forêts en temps opportun aux effets des changements climatiques.

 

La politique de la ressource bois et son instrument de mise en œuvre dès 2021

Plusieurs ateliers ont été organisés cette année en interne et avec les acteurs concernés afin d’esquisser la future politique de la ressource bois et son plan d’action pour la période après 2021. Mi-novembre, la direction de l’OFEV a donné son aval pour une nouvelle période de six ans à partir de 2021. La politique de la ressource bois et les mesures idoines doivent contribuer au développement biosourcé de la Suisse. La politique de la ressource bois est étroitement corrélée avec la Politique forestière 2020.


Le Fonds pour les recherches forestières et l’utilisation du bois devient le Soutien à la Recherche Forêt et Bois en Suisse

Depuis 73 ans, la Confédération et les cantons soutiennent ensemble des projets visant à développer l’économie et l’industrie du bois en Suisse et à accroître leur compétitivité. Le Contrôle fédéral des finances a décrété que le fonds devait être dissous, car il lui manquait la base légale. Au 1er janvier 2020, le fonds sera donc remplacé par le Soutien à la Recherche Forêt et Bois en Suisse (FOBO-CH). La nouvelle structure comportera des flux financiers fédéraux et cantonaux distincts. Le FOBO-CH bénéficie ainsi chaque année de 470 000 francs versés par la Confédération et de 300 000 francs versés par les cantons.

Les demandes peuvent être adressées jusqu’au 31 mars 2020 à l’adresse whff@bafu.admin.ch. Des informations plus détaillées seront communiquées ultérieurement.


Audit concernant le crédit d’investissement forestier

Le crédit d’investissement forestier est alloué pour financer des acquisitions et des projets dans le domaine de la protection contre les catastrophes naturelles ainsi que de l’entretien et de l’exploitation des forêts.

L’OFEV a lancé un appel d’offres pour faire examiner le crédit d’investissement forestier. L’adjudication a été faite à l’entreprise BSS Volkswirtschaftliche Beratung. Le mandat porte essentiellement sur l’analyse de l’effet de cet instrument de financement, aux niveaux de l’emprunteur (propriétaires de forêts, exploitants forestiers, entreprises spécialisées), du canton (services forestiers) et de la Confédération/de l’économie globale. Le rapport final devrait être présenté en été 2020. Vous trouverez des informations générales sur le crédit d’investissement forestier à l’adresse suivante:

 

Informations complémentaires

Wald, Kanton Schwyz

Mon beau sapin

12.12.2019 – La période de l’Avent fait la part belle aux sapins de Noël. Saisissons cette occasion pour leur donner la parole.
Ci-après, un sapin nous explique comment il perçoit les humains, ce que ceux-ci font de lui et de ses congénères et quelles fonctions il remplit en dehors de la période des fêtes de fin d’année en tant qu’essence au feuillage toujours vert.

pof-fr.JPG

Bon pour le climat – mauvais pour la qualité de l’air ?

16.12.2019 – Les poêles suédois ou les cheminées sont des chauffages respectueux du climat. Toutefois, s’ils ne sont pas utilisés correctement, ils dégagent de nombreuses poussières fines, sous forme de fumée et de suie. Actuellement, les petits chauffages au bois génèrent en Suisse encore davantage de poussières fines nuisibles que le trafic routier, en particulier en hiver, lesquelles pourraient être évitées à 80 % en appliquant la méthode d’allumage par le haut. C’est un jeu d’enfant, affirment les spécialistes.


Publications

 

Comment réussir des coopérations forestières en Suisse

Cover Kooperationen in der Schweizer Waldwirtschaft

Guide pratique et exemples concrets. 2019


Personnel

Depuis le 1er août 2019, M. Marc Barben soutient la section Conservation des forêts et politique forestière en tant que collaborateur spécialisé dans la conservation des forêts. Il est titulaire d’un Master en sciences de l’environnement, qu’il a obtenu auprès de l’EPF de Zurich. L’équipe bénéficiera en outre du soutien de Mme Cristiana Maineri à partir du 1er janvier 2020. Après une formation initiale de commerce, elle s’est spécialisée et a obtenu le brevet fédéral d’assistante de direction et de technicienne en marketing.
Cristiana Maineri et Marc Barben seront chargés de tâches relatives au traitement de projets de défrichement, à l’évaluation d’études de l’impact sur l’environnement dans le domaine forestier, au contrôle de l’exécution en matière de conservation de la forêt et à la statistique des défrichements. Ils remplacent Mmes Jacqueline Oggier et Jeannette Jaussi.

Nous remercions Jeannette Jaussi et Jacqueline Oggier du travail précieux qu’elles ont fourni ces dernières années et souhaitons la bienvenue à nos deux nouveaux collègues.

Contact
Dernière modification 19.12.2019

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/forets/newsletter/4-newsletter-forets-19-12-2019.html