Questions-réponses: Décharges aujourd’hui, sites contaminés demain?

Christiane Wermeille, cheffe de la section Sites contaminés à l’OFEV, répond à des questions concernant le traitement et l’assainissement des sites pollués.

Christiane Wermeille
Christiane Wermeille, OFEV

Est-il vraiment nécessaire que la Suisse dépense 5 milliards de francs pour traiter ses sites pollués?

L’essor économique de l’après-guerre a laissé des traces dans l’environnement: 38‘000 sites pollués ont vu le jour en Suisse, dont 40 % nécessitent une investigation et 4000 environ, un assainissement. Les travaux sont déjà partiellement terminés. Les coûts se montent à 1,5 milliard de francs rien que pour les décharges de déchets spéciaux de Kölliken (AG), Bonfol (JU) et Monthey (VS). C’est une grosse somme, mais de l’argent bien investi. En effet, il serait tout simplement immoral de léguer ces sites contaminés aux générations futures. En outre, les assainissements protègent nos eaux souterraines, qui deviendront de plus en plus précieuses et essentielles.

Pourquoi tous les sites contaminés ne sont-ils pas « complètement assainis »?

Excaver tous les sites contaminés ne serait ni écologique ni économique, car les déblais doivent être remis en décharge après traitement. Cela occasionne des transports considérables et requiert de l’espace de stockage supplémentaire. Il serait tout à fait déraisonnable d’assainir complètement les sites contaminés par principe. Il faut seulement éliminer autant de matériau pollué que nécessaire afin d’éviter tout danger pour la population et l’environnement.

Comment fonctionne le contrôle? La Confédération a-t-elle la garantie que ces assainissements sont effectués correctement?

Les assainissements de très grande envergure sont suivis par l’OFEV. De plus, en 2013, la Confédération a institué une plate-forme sur laquelle les autorités cantonales d’exécution en charge de grands projets peuvent échanger leurs expériences. La Confédération est directement impliquée dans tous les assainissements bénéficiant d’indemnités conformément à l’ordonnance relative à la taxe pour l’assainissement des sites contaminés (OTAS; voir aussi page 16); elle peut ainsi influer sur les projets.

Pourquoi même des sites sans danger, qui n’exigent ni surveillance ni assainissement, sont-ils inscrits au cadastre des sites pollués?

Il est important que ces sites y soient inscrits. D’une part, pour conserver la connaissance de la pollution en cas de changement de propriétaire, de l’autre, pour que les matériaux pollués excavés au cours d’un éventuel chantier puissent être éliminés dans le respect de l’environnement.

Qu’en est-il des décharges actuelles? Deviendront-elles les sites contaminés de demain?

L’ordonnance sur le traitement des déchets (OTD), en vigueur depuis 1990, soumet les décharges à des exigences strictes, relatives aussi bien à leur emplacement qu’aux mesures techniques de sécurité, à la surveillance et, tout particulièrement, aux caractéristiques des déchets à entreposer. Les problèmes que la Suisse combat aujourd’hui à grand renfort de moyens ne devraient donc plus se poser à l’avenir. Il est même possible que les décharges actuelles soient utilisées un jour comme source de matières premières secondaires. Ce « landfill mining » (ou post-valorisation) est totalement tributaire des prix et de la demande. Ces dernières années, par exemple, des mâchefers déjà anciens provenant de l’incinération des ordures ménagères ont été traités pour en récupérer les métaux, puis ont été remis en décharge. Il est tout à fait envisageable qu’à l’avenir, le recyclage d’autres substances issues des déchets devienne techniquement faisable et économiquement intéressant.

Que se passe-t-il lorsque de nouveaux sites pollués sont découverts aujourd’hui?

Les relevés destinés au cadastre des sites pollués ont été effectués très minutieusement par les cantons avec l’aide des communes, ainsi que par certains offices fédéraux. Il n’est cependant pas exclu qu’à l’avenir, un certain nombre de sites de moindre importance doivent y être ajoutés. Mais nous n’aurons probablement pas de grosse surprise, ou alors plutôt dans le domaine des pollutions diffuses (voir article page 23).

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 25.11.2015

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/sites-contamines/dossiers/magazine-environnement-sites-contamines/questions-reponses--decharges-aujourdhui--sites-contamines-demai.html