Matières plastiques dans l’environnement : l’OFEV publie une vue d’ensemble des connaissances

Berne, 14.05.2020 - Les matières plastiques n’ont rien à faire dans l’environnement. Et pourtant, près de 14 000 tonnes de matières plastiques aboutissent chaque année dans les sols et les eaux en Suisse – principalement par l’abrasion et la dégradation de produits en plastique ainsi que par l’élimination inappropriée de déchets plastiques. Le 14 mai 2020, l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) a publié une vue d’ensemble sur cette problématique. Avec le concours des branches concernées, il proposera dans une seconde étape des mesures de réduction de cette pollution. Le Parlement a adopté plusieurs interventions dans ce domaine.

De grandes quantités de matières plastiques sont utilisées en Suisse. Ainsi, 1 million de tonnes de matières plastiques servent chaque année à fabriquer aussi bien des produits destinés à un usage unique et de courte durée, comme des emballages ou de la vaisselle, que des produits qui ont une durée d'utilisation plus longue, comme des cadres de fenêtre ou des pièces de carrosserie. Près de 780 000 tonnes de matières plastiques sont éliminées chaque année. Or l'impact environnemental de l'utilisation de ces matières est encore peu étudié.

Le bureau de conseil Ernst Basler + Partner a été mandaté par l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) pour élaborer, sur la base d'études déjà réalisées, un rapport sur la problématique (cf. lien). Ce rapport identifie les principales sources de matières plastiques dans l'environnement, indique par quelles voies celles-ci parviennent dans l'environnement et quelles mesures existantes permettent de les retenir. En outre, il décrit les effets possibles connus à ce jour de cette pollution sur les êtres humains et les animaux (cf. encadré).

Se fondant sur ce rapport, l'OFEV évalue à quelque 14 000 tonnes la quantité de matières plastiques rejetées chaque année dans les sols et les eaux en Suisse, la plus grande partie provenant en particulier de l'abrasion des pneus (env. 8000 tonnes) et du littering (env. 2700 tonnes).

Nouvelle page Internet et fiches d'information

L'OFEV a résumé les principales connaissances sur la pollution de l'environnement par les matières plastiques dans dix fiches d'information, qui portent sur les thèmes suivants : abrasion des pneus, littering, cours d'eau et lacs, sols, air, océans, êtres humains et animaux, emballages plastiques, matières plastiques dans les déchets verts et matières plastiques biodégradables. Une nouvelle page Internet fournit des renseignements sur les quantités de matières plastiques et les principaux flux de substances.

Réduire le plus possible les matières plastiques dans l'environnement

Comme les matières plastiques se dégradent très lentement et s'accumulent dans l'environnement, cette pollution doit être réduite autant que possible en vertu du principe de précaution. En outre, il est impératif de combler les lacunes dans les connaissances, notamment sur le comportement et la dégradation des matières plastiques dans l'environnement ainsi que sur les effets à long terme de cette pollution sur les organismes vivants et les êtres humains.

Sur la base de cette vue d'ensemble, l'OFEV mettra en œuvre les nombreuses interventions parlementaires portant sur ce thème. Ainsi, la motion « Réduire la pollution plastique dans les eaux et les sols », déposée par la CEATE-CN, demande à la Confédération de proposer des mesures, avec les branches concernées, afin de lutter efficacement contre les atteintes à l'environnement dues aux matières plastiques. Par ailleurs, l'office suit les travaux relatifs à la stratégie de l'Union européenne sur les matières plastiques dans une économie circulaire. Pour réduire la pollution de l'environnement par les matières plastiques, il s'agit également de renforcer la prévention des déchets et de développer des produits en plastique qui soient davantage réutilisables.

ENCADRÉ : Matières plastiques dans l'environnement - sources, voies d'apport, mécanismes de rétention et puits
L'abrasion et la dégradation de produits en plastique, notamment les pneus, les films plastiques et d'autres produits utilisés dans la construction et l'agriculture, constituent les principales sources de microplastiques (particules inférieures à 5 mm). Les microplastiques ajoutés volontairement dans des produits (cosmétiques, p. ex.) ou rejetés dans les eaux usées par le lavage de textiles synthétiques polluent surtout les eaux de surface. Les macroplastiques (particules supérieures à 5 mm et déchets plastiques) parviennent quant à eux dans l'environnement via le littering et l'élimination incorrecte de produits en plastique. L'élimination inappropriée d'emballages plastiques et de sacs en plastique dans les déchets verts constitue entre autres une source importante de matières plastiques dans les sols. Si les macroplastiques ne sont pas retirés de l'environnement, ils se désintègrent lentement en microplastiques. Les matières plastiques aboutissent également dans les sols et les eaux via les eaux de pluie et l'air ou dans les cours d'eau via les eaux usées. L'élimination des déchets, le nettoyage de l'espace public, l'évacuation des eaux sur les routes et le traitement des eaux usées permettent de retenir une grande partie des matières plastiques. Selon les connaissances actuelles, les apports de matières plastiques sont bien plus élevés dans les sols que dans les eaux.


Adresse pour l'envoi de questions

Section Médias OFEV
Téléphone: +41 58 462 90 00
Courriel: mediendienst@bafu.admin.ch



Auteur

Office fédéral de l'environnement OFEV
http://www.bafu.admin.ch/fr

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/documentation/communique/anzeige-nsb-unter-medienmitteilungen.msg-id-79088.html