Premier rapport de monitoring du rayonnement non ionisant : l’exposition est inférieure à la valeur limite

Berne, 15.06.2022 - Le premier rapport de monitoring du rayonnement non ionisant (RNI) en Suisse est désormais disponible. Les résultats indiquent que l’exposition de la population au rayonnement est globalement modérée. L’Office fédéral de l’environnement (OFEV) avait été mandaté par le Conseil fédéral en 2019 pour mettre en place un monitoring du RNI en Suisse.

Les antennes de téléphonie fixe et mobile, les émetteurs de radio, les réseaux informatiques sans fil (WLAN) et autres applications de radiocommunication, mais également les lignes électriques, les lignes de contact et les appareils électroménagers génèrent un rayonnement non ionisant. Pour la première fois en 2021, des mesures ont été effectuées dans l’ensemble de la Suisse pour déterminer le niveau d’exposition de la population. L’OFEV avait donné mandat au consortium de projet SwissNIS d’effectuer les mesures (voir l’encadré 1).

Les premiers résultats du rapport de monitoring montrent que la protection de la santé est garantie. Dans les lieux fréquentés de manière habituelle, les intensités de champ se situent clairement en dessous la valeur limite d’immission. Les valeurs les plus élevées ont été mesurées aux stations de tram, dans les zones industrielles et au centre des grandes villes, tandis que les valeurs les plus faibles ont été enregistrées dans les zones agricoles et dans les espaces naturels. Les mesures concernant les logements n’en sont qu’à leur début. Les mesures effectuées jusqu’à présent révèlent des valeurs d’exposition faibles, mais sont toutefois sont peu nombreuses. C’est pourquoi il n’est pas encore possible d’en tirer des conclusions générales. 

Différentes sources de rayonnement

Dans les lieux publics extérieurs, ce sont les antennes de téléphonie mobile qui contribuent le plus au rayonnement électromagnétique. Dans le train, ce sont principalement les téléphones des passagers, comme le montre le premier rapport de monitoring. Ces données ne sont toutefois valables que pour les personnes ne faisant pas usage de leur téléphone mobile. En effet, par rapport à d’autres sources de rayonnement, l’exposition est maximale lorsque l’on téléphone avec son propre appareil, comme l’ont démontré d’autres études.

En comparaison avec une campagne de mesures menée en 2014, les immissions du RNI semblent avoir eu tendance à baisser. Cette comparaison doit toutefois être relativisée parce que les bandes de fréquences ne sont plus les mêmes entre temps et que d’autres méthodes et appareils de mesure sont utilisés dans le cadre du monitoring tel qu’il est réalisé aujourd’hui. Les mesures régulières effectuées par le consortium SwissNIS doivent à l’avenir permettre une comparaison des données.

Mise en œuvre des mesures décidées par le Parlement

Dans le cadre de la révision de l’ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant (ORNI) en 2019, le Conseil fédéral avait chargé l’OFEV de mettre en place un monitoring de l’exposition au rayonnement, au moyen de mesures périodiques, afin de bénéficier d’une vue d’ensemble au niveau national. Cette mesure répond également aux recommandations faites par le groupe de travail Téléphonie mobile et rayonnement.

Une autre recommandation de ce groupe de travail, dont le Conseil fédéral a décidé la mise en œuvre en 2020, était de renforcer l’information et la sensibilisation de la population. L’OFEV, l’Office fédéral de la communication et l’Office fédéral de la santé publique ont ainsi développé un nouveau site Internet à ce sujet. Les réponses aux principales questions concernant le thème de la téléphonie mobile et de la 5G sont disponibles sous 5g-info.ch.

Un système de mesure innovant

Pour le monitoring du RNI, le consortium de projet SwissNIS a misé sur un système de mesure innovant reposant sur trois méthodes différentes. Des appareils de mesure mobiles, intégrés dans des sacs à dos prévus à cet effet, permettent d’effectuer ce que l’on appelle des « mesures d’itinérantes ». Celles-ci recouvrent les lieux publics et les transports en commun. On utilise à cette fin des appareils mesurant le rayonnement de haute fréquence (téléphonie mobile, WLAN, p. ex) ainsi que les champs de basse fréquence (ceux des lignes à haute tension p. ex.). Les mesures effectuées dans des lieux privés intérieurs, appelées « mesures spot », comportent des mesures mobiles réalisées dans l’ensemble du logement et des mesures 24h/24 dans la chambre à coucher. Enfin, des mesures permanentes stationnaires sont effectuées à partir de stations de mesure implantées dans des lieux fixes. Ce système permet de mesurer le rayonnement dans près de 70 communes réparties sur l’ensemble de la Suisse.


Adresse pour l'envoi de questions

Section Médias OFEV
Téléphone: +41 58 462 90 00
Courriel: mediendienst@bafu.admin.ch



Auteur

Office fédéral de l'environnement OFEV
http://www.bafu.admin.ch/fr

Office fédéral de la communication
http://www.ofcom.admin.ch

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/electrosmog/communiques.msg-id-89276.html