Les forêts urbaines et les espaces verts profitent à tous

21.03.2018 – Cette année, la Journée internationale des forêts (21.03.2018) est consacrée à l’importance que ces dernières revêtent dans le développement durable des villes. En effet, les forêts urbaines et les espaces verts ont une influence considérable sur la qualité de vie et contribuent de manière essentielle à la durabilité des villes. Pourtant, ils sont soumis à une forte pression et subissent toujours plus les aléas climatiques.

Véritables poumons des villes, les forêts urbaines, les parcs et les espaces verts offrent bien plus qu’un paysage vert et des lieux de détente.

Fonctions multiples des espaces verts

Les forêts urbaines, les arbres et les espaces verts tels que les parcs, les haies et les prés contribuent de manière essentielle à améliorer la qualité de vie dans les zones urbanisées, car ils répondent à de nombreux besoins de la population. Leurs diverses prestations sont appelées services écosystémiques et possèdent une valeur non seulement écologique, mais également économique et culturelle. En effet, les espaces verts dans les villes améliorent la qualité de l’air, régulent la température, fournissent de l’ombre et de la fraîcheur en été, filtrent les substances polluantes et absorbent le CO2 ainsi que l’eau de pluie. Ils sont les garants d’une grande diversité végétale et constituent des habitats précieux pour nombre d’animaux. Les espaces verts sont en outre particulièrement importants et appréciés en raison de la fonction de détente qu’ils offrent aux citadins et peuvent même devenir un argument déterminant dans le choix du logement.


Marjo Kunnala

Marjo Kunnala, étudiante à la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires

«Les habitats urbains sont valorisés par les services écosystémiques naturels et revêtent une importance croissante. Ils sont considérés comme les fondements de la planification sociale.»


L’exploitation du bois représente une autre prestation importante des forêts urbaines : elle garantit une gestion durable de celles-ci et, partant, leur développement. De cette manière, elle garantit une sécurité aux personnes à la recherche de détente. En outre, l’utilisation du bois dans la construction de bâtiments urbains permet de contribuer davantage à la durabilité régionale, étant donné que le bois de construction et les produits en bois sont constitués d’une matière première durable, stockent le CO2 à long terme et peuvent remplacer des matériaux gourmands en énergie comme le ciment. Le bois est également de plus en plus utilisé comme combustible pour l’approvisionnement énergétique des zones urbanisées, remplaçant ainsi les combustibles fossiles.


Frédéric Schneider, Chef du 1er arrondissement forestier du canton de Fribourg

Frédéric Schneider, chef du 1er arrondissement forestier du canton de Fribourg

«Aujourd’hui, le citadin façonne la forêt à son image, demain, c’est elle qui devrait le guider dans ses choix afin d’aspirer à plus de naturalité.»


Fortes d’une longue histoire dans la planification urbaine, les allées d’arbres servent à baliser les voies de circulation, à conférer aux villes un caractère particulier à travers les essences choisies et à donner aux villes une image plus verte. Si elles étaient auparavant aménagées de manière solennelle avec une seule essence, elles sont aujourd’hui plus variées et comprennent plusieurs essences différentes afin d’augmenter la diversité et de permettre une utilisation optimale de la place à disposition et une gestion idéale de l’eau.

Parc, Turbinenplatz, Zurich
Parc, Turbinenplatz, Zurich
© ZHAW

Équilibre fragile

Les espaces verts sont exposés à de nombreuses influences aux effets très variés. Ils sont par exemple mis sous pression par l’espace toujours plus restreint dans les régions urbaines et par les charges en polluants trop importantes. Les vieux arbres en particulier peinent à s’adapter, de sorte qu’ils atteignent en ville un âge moins avancé qu’à la campagne. Les arbres plantés le long des voies de circulation sont particulièrement touchés, car ils subissent des apports de sel et le compactage du sol et manquent de place pour leurs racines. Ces prochaines années, les changements climatiques mettront les arbres encore plus sous pression, notamment en raison de l’augmentation de la fréquence des tempêtes, des précipitations intensives et des périodes de sécheresse.


Axel Heinrich, zhaw Wädenswil

Axel Heinrich, Haute école des sciences appliquées de Wädenswil

«Pour l’avenir, je vois un changement de paradigme : il ne s’agira plus uniquement de conserver, mais de véritablement créer des espaces verts. Des infrastructures vertes intactes et reliées entre elles fleuriront dans nos villes.»


Les multiples prestations des espaces verts sont une composante essentielle du développement durable des villes. Afin qu’elles puissent continuer à être fournies, une plus grande attention doit être portée à la gestion globale de ces zones et à leur équilibre fragile. Le développement durable ne dépend pas uniquement d’une place économique forte, mais également d’une quantité suffisante d’espaces verts, qui garantissent une bonne qualité de vie.

Défis pour l’avenir

La densification des villes entraîne une diminution de la place disponible pour les espaces verts ; de nouvelles solutions créatives doivent donc être trouvées en matière de planification des zones habitées ainsi que des infrastructures de transport et de la gestion de l’eau de pluie. Ainsi, les arbres devraient être plantés dans des trous plus grands et des substrats spéciaux, composés de gravier et d’humus, devraient être utilisés.

Des surfaces vertes pourraient également orner les façades, les toits et les balcons. De plus, les zones en friche et les terrains vagues permettent, à leur manière, également d’apporter un côté « sauvage » aux villes. Les architectes et les responsables de la planification urbaine devront toujours plus s’inspirer d’une architecture « verte », qui intègre des plantes et des espaces verts dans les constructions.

Jardinage urbain, Breitenrain, Berne
Jardinage urbain, Breitenrain, Berne
© Stadtgrün Bern

Le jardinage, l’agriculture et la sylviculture urbains sont autant de phénomènes qui reflètent le désir des citadins de participer à l’aménagement et à l’entretien de leur environnement. Il existe donc un fort potentiel dans ce domaine, qui ne demande qu’à être exploité.

Exemple de la ville de Baden (en allemand)

La pédagogie forestière enseignée dans les écoles ou dans un cadre extrascolaire offre également de nombreuses possibilités. Ce n’est qu’en tissant des liens spéciaux avec les espaces verts dès notre plus jeune âge que nous pouvons les apprécier à leur juste valeur.


Christian Stocker, SILVIVA

Christian Stocker, SILVIVA
«Le caractère pédagogique des forêts urbaines et des espaces verts gagnera en importance à l’avenir. En effet, toujours plus de personnes profiteront des nombreux bienfaits de l’apprentissage dans la nature.»


Informations complémentaires

Impulsions pour une adaptation de la Suisse aux changements climatiques

UI-1703-F_PilotprogrammKlima

Conclusions de 31 projets pilotes sur l’adaptation aux changements climatiques. 2017

Contact
Dernière modification 21.03.2018

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/forets/dossiers/forets-urbaines-et-espaces-verts.html