Agir au quotidien

Comment développer un style de vie moins nuisible au climat? Comment diminuer ses émissions de CO2? Au quotidien, chacun peut faire sa part.

Texte: Carla Gross, OFEV, et Cornélia Mühlberger de Preux

En tenant compte des émissions grises dues aux biens et aux services importés, chaque Suisse produit environ 11,6 t de CO2 par an. La moyenne mondiale, elle, est évaluée à quelque 5,3 t par personne (chiffres de 2011). Plusieurs domaines ont leur importance dans le bilan personnel des gaz à effet de serre. Logement, alimentation, mobilité, loisirs sont des secteurs-clés dans lesquels il est possible d’agir.

Outre des conseils d’ordre général (voir les textes en gras ci-contre et pages suivantes), l’OFEV propose douze tuyaux plus spécifiques montrant le gain de CO2 et l’économie financière que tel comportement ou décision d’achat peut engendrer par année (voir illustrations). Le calcul a été effectué au moyen de sources diverses. Les valeurs obtenues se basent sur des appareils, des moyens de transport, des habitudes de consommation du Suisse moyen. Les chiffres obtenus sont indicatifs. Ce sont des ordres de grandeur. Les économies en dioxyde de carbone incluent les émissions de tous les gaz à effet de serre convertis en CO2.

Le fait que les consommateurs pensent encore trop peu à protéger le climat lors de leurs achats n’est pas dû à une absence de volonté, mais à un manque de connaissances. Il s’agit de disposer d’une meilleure information, de formations adéquates et de conseils avisés. A cet effet, l’OFEV est en train d’élaborer un vaste programme pour le climat.

Logement et construction

La consommation d’énergie et le chauffage sont les deux postes qui pèsent le plus lourd au niveau du climat en ce qui concerne le logement.
Pour réduire la consommation d’énergie, il est recommandé de se munir d’appareils efficaces A+++ et d’éteindre lampes et appareils quand c’est possible. Comme de nombreux appareils restent automatiquement en stand-by, utiliser une multiprise à interrupteur pour stopper le courant s’avère fort utile. Il est aussi possible de réduire les émissions de CO2 de façon ciblée en se procurant du courant certifié vert. Au niveau du chauffage, chaque degré de moins dans une pièce permet d’économiser 6 % d’émissions de CO2 ainsi que des coûts. Si l’on est propriétaire, il convient de construire selon la norme Minergie ou d’assainir son logement en prenant diverses mesures d’efficacité énergétique.

Alimentation et consommation

S’approvisionner en légumes et en fruits de saison, de la région et si possible biologiques est le b.a.-ba du « locavore » respectueux du climat. Celui-ci sait qu’il faut éviter de consommer des aliments ayant voyagé en avion ou ayant poussé dans des serres chauffées. Il est conscient du fait que manger moins de viande et de produits laitiers permet d’économiser aussi des quantités importantes de CO2. Il est à noter que la production de bœuf a plus d’impact que celle de poulet ou de porc.

Voyages et loisirs

Voyager en avion alourdit sensiblement plus le bilan CO2 personnel que nombre d’autres activités. Avec ses 1900 kg d’émissions de CO2, un vol aller-retour vers Bangkok (18 000 km) équivaut ainsi à 9800 km parcourus en voiture. Les Suisses effectuent en moyenne cette distance en véhicule motorisé (voiture et moto) chaque année. On sait par ailleurs que 54 % des déplacements des Suisses à l’intérieur du pays comme à l’étranger sont dus aux loisirs. Quand on se déplace ou qu’on pratique un hobby, les composantes « proximité » et « modes de locomotion » ont donc un impact non négligeable sur le climat. De même, du côté de l’hébergement ainsi que des activités de loisir, moins de luxe et d’équipements signifie aussi moins d’émissions de CO2.

Mobilité

Aller au travail ou faire ses courses à vélo ou à pied, quand c’est possible, est bon à la fois pour le climat, le porte-monnaie et la santé. Les transports publics présentent un bilan carbone nettement plus positif que la voiture individuelle. On peut aussi partager son automobile en pratiquant le covoiturage ou avoir recours au car-sharing. Autres manières de diminuer son empreinte: acquérir un véhicule à faible consommation d’essence (voir la liste de l’ATE) et adopter une conduite écologique. En conduisant de façon écologique, si on utilise un véhicule conventionnel, on économise pas moins d’un litre d’essence et de 2 kg de CO2 tous les cent km!

Source: cf. version imprimée ou ePaper

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 26.11.2014

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/climat/dossiers/magazine-environnement-climat/agir-au-quotidien.html