«La Suisse doit trouver des solutions pour réduire sa production de déchets»

30.05.2016 - Les déchets que nous produisons reflètent notre comportement en matière de consommation: nous sommes de gros consommateurs et générons par conséquent beaucoup de déchets. À l'occasion de la Journée mondiale de l'environnement, le 5 juin 2016, l'OFEV publie le rapport «Élimination des déchets. Illustration en Suisse», qui donne un aperçu de la prévention et de l'élimination des déchets. Marc Chardonnens, directeur de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV), explique dans une interview où la Suisse se situe en matière de gestion des déchets et quels sont les enjeux de demain.

Portrait Marc Chardonnens
Marc Chardonnens, directeur de l’OFEV

Le 5 juin est la Journée mondiale de l'environnement. Quelles sont vos réflexions à ce sujet en tant que nouveau directeur de l'OFEV?

«Il y a du travail», voilà ce qui me vient spontanément à l'esprit si je pense à l'état de l'environnement. Il y a du travail en Suisse et à l'étranger, même si les problématiques sont bien sûr différentes. Chaque collectivité, chaque pays doit assumer ses responsabilités en premier lieu sur son territoire et prendre soin de l'environnement qui lui est confié. Il faut toutefois garder à l'esprit que notre consommation est à la base d'un impact important à l'étranger, où sont fabriqués nombre de produits que nous consommons. L'environnement est un héritage et un patrimoine, pour nous et pour les générations à venir. Les enjeux sont déterminants pour la qualité de vie dans nos sociétés. Il suffit de penser à la protection du climat, à la biodiversité ou à la gestion de nos ressources. Les pays industrialisés, et la Suisse en particulier, ont une responsabilité particulière à cet égard.

L'OFEV publie un nouveau rapport sur l'élimination des déchets. Un aspect important est la prévention des déchets: que pense faire l'OFEV dans ce domaine?

C'est un fait incontestable que notre consommation est élevée, ce qui se reflète notamment dans une production considérable de déchets. « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » disait Lavoisier il y a près de 250 ans. Aujourd'hui, la Suisse doit s'attaquer à cette question délicate: comment réduire notre production de déchets? Nous avons beaucoup amélioré le traitement ainsi que la récupération des déchets, qui atteint plus de 50% pour les déchets urbains. Toutefois, au cours de ces 30 dernières années, nous ne sommes pas parvenus à découpler la production de déchets de la croissance économique. La limitation de la production des déchets à la source en est encore à ses balbutiements.

Infographie: Quelle est la quantité annuelle de déchets en Suisse ?

Où se situe donc la Suisse en matière de gestion des déchets en comparaison internationale?La qualité de vie et le niveau de consommation de notre pays sont élevés en comparaison internationale. Il n'est donc pas étonnant que la Suisse figure également parmi les plus gros producteurs de déchets, avec 729 kg par habitant et par an. Mais il faut rester prudent dans les comparaisons avec l'étranger: les statistiques reposent sur des bases différentes et ne sont pas directement comparables. Ce qui est important, c'est que la Suisse a développé un système de gestion des déchets très performant et très respectueux de l'environnement. Concrètement, cela signifie que nous recyclons une proportion importante de nos déchets et que nous éliminons de façon écologique les fractions qui ne peuvent pas être valorisées. Malgré tout, l'évolution des quantités de déchets dans notre pays montre que la prévention et la diminution à la source n'ont pas encore eu d'effet. C'est sur ces tâches qu'il faut concentrer nos efforts à l'avenir.Quels sont les principaux enjeux qui nous attendent dans le domaine des déchets?Il faut que nous agissions à la source, pour préserver les ressources, et que nous réduisions notre consommation. Un récent article de presse indique qu'en Suisse environ un tiers des achats en ligne sur Internet sont motivés par l'ennui. De là, il n'y a qu'un pas pour que ces biens soient jetés rapidement. Par ailleurs, l'obsolescence programmée de certains produits n'est pas une chimère et l'écoconception n'en est qu'à ses débuts. Nos sociétés doivent oser poser la question du sens de la consommation.
Les aspects plus traditionnels de la gestion des déchets ne doivent pas être négligés pour autant. Le niveau atteint en Suisse en matière de recyclage et d'élimination des déchets est élevé, il faut le maintenir, et pour certains aspects encore l'améliorer. Je pense ici aux gisements que constituent les déchets de chantier, à certains plastiques, aux déchets alimentaires, au phosphore des boues d'épuration ou encore aux métaux tels que le cuivre ou le zinc dans les résidus d'incinération. Ce sont là aussi de véritables défis que la Suisse se doit de relever.

Infographie: Comment réduire les déchets ?

Que pouvons nous faire, individuellement nous, pour contribuer à réduire la montagne de déchets en Suisse?Il s'agit tout d'abord de prendre conscience du problème. Dans le monde de l'entreprise, les déchets sont en général un facteur de coût et il y a une logique économique à en réduire la production. Dans le domaine de la consommation individuelle, les facteurs d'influence sont par contre plus diffus. En Suisse, la plupart des gens participent facilement à la valorisation: l'offre est large et de qualité, les mécanismes bien établis. Le recyclage fait pratiquement partie de nos gènes et nous le pratiquons sans nous poser de questions. Un changement dans les modes de consommation est en revanche beaucoup plus difficile à obtenir. Il y va en fin de compte de la responsabilité de chacun, ce qui ne se règle pas par simple décret.

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 30.05.2016

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/dechets/dossiers/solutions-reduction-production-dechets.html