Indicateur climat

Stock de carbone en forêt

Durant leur croissance, les arbres stockent du carbone dans leur biomasse. Ainsi, la forêt est capable d’absorber de grandes quantités de CO2 présentes dans l’atmosphère. À l’inverse, lorsqu’un arbre meurt ou est exploité, sa décomposition ou sa combustion libère le carbone stocké dans sa biomasse. Une exploitation forestière durable qui tient compte du stockage du carbone peut donc contribuer à la protection du climat. L’utilisation du bois (p. ex. bois de construction, meuble) représente un autre réservoir (temporaire) judicieux pour le carbone.

Evaluation de l'état
bon bon
Evaluation de la tendance
pas évaluable pas évaluable
Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 2016: -0.21 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 2016: -2.22 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 2016: 0.132 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 2015: -0.2273 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 2015: -2.493 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 2015: 0.104 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 2014: -0.3005 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 2014: -0.978 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 2014: 0.122 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 2013: -0.0897 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 2013: -2.349 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 2013: 0.137 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 2012: -0.2939 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 2012: -2.377 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 2012: 0.139 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 2011: -0.4588 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 2011: -0.949 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 2011: 0.137 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 2010: -0.4151 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 2010: -2.136 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 2010: 0.135 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 2009: -0.4101 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 2009: -2.207 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 2009: 0.122 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 2008: -0.3859 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 2008: -1.193 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 2008: 0.086 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 2007: -0.517 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 2007: 0.16 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 2007: 0.111 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 2006: -0.5438 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 2006: -0.112 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 2006: 0.122 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 2005: -0.74 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 2005: -2.458 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 2005: 0.124 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 2004: -0.6063 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 2004: -2.418 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 2004: 0.128 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 2003: -0.4405 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 2003: -2.724 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 2003: 0.127 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 2002: -0.408 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 2002: -2.831 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 2002: 0.126 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 2001: -0.5428 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 2001: -1.314 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 2001: 0.125 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 2000: -0.7093 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 2000: 5.23 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 2000: 0.124 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 1999: -0.4039 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 1999: -2.785 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 1999: 0.124 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 1998: -0.2511 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 1998: -2.73 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 1998: 0.122 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 1997: -0.2553 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 1997: -3.689 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 1997: 0.113 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 1996: -0.2863 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 1996: -5.335 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 1996: 0.11 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 1995: -0.504 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 1995: -3.681 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 1995: 0.109 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 1994: -0.3631 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 1994: -2.939 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 1994: 0.101 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 1993: -0.4756 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 1993: -4.024 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 1993: 0.09 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 1992: -0.5306 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 1992: -3.548 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 1992: 0.089 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 1991: -0.823 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 1991: -3.85 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 1991: 0.089 Puits de carbone associés à l'utilisation du bois*  (= PK art. 3.4) 1990: -1.3048 Puits et sources de carbone associés à l'exploitation forestière*  (= PK art. 3.4) 1990: -0.439 Sources de carbone associées au reboisement/défrichement*   (= PK art. 3.3) 1990: 0.09
* Valeurs négatives : effets de puits de carbone ; valeurs positives : émissions (source)

Données du graphique: Excel
Source: Office fédéral de l‘environnement
Commentaire

La Suisse s’est engagée, en ratifiant le protocole de Kyoto, à comptabiliser les variations du stock de carbone du secteur forestier engendrées par le reboisement et le défrichement (art. 3.3) ainsi que par l’exploitation forestière et de l’utilisation du bois (art. 3.4).

Les surfaces de reboisement et de défrichement représentent une partie relativement petite de l’ensemble des aires forestières. Vu la lenteur avec laquelle la biomasse s’accroît dans les reboisements, mais qu’un défrichement provoque d’un seul coup le prélèvement de la totalité du bois, les émissions dues au défrichement sont bien plus élevées que le stockage des émissions dû au reboisement. Au vu de l’art. 3.3, les activités de reboisement et défrichements représentent donc chaque année une source de carbone.

Le bilan CO2 des forêts tient compte de l’absorption de CO2 due à la croissance des arbres et des variations du stock de carbone dans les litières, dans le sol et dans le bois mort, auxquelles on soustrait les pertes résultant de l’exploitation des forêts (récolte) et les pertes naturelles. Des variations du stock de carbone dans les produits en bois suisse, dits « harvested wood products » (HWP), doivent également être comptabilisées. Exception faite des années de fortes tempêtes, qui entraînent une importante mortalité des forêts (p. ex. après la tempête Lothar en décembre 1999), l’exploitation forestière (art. 3.4) conduit à un puits de carbone net dans la biomasse vivante et morte. L’utilisation du bois conformément à l’art. 3.4 représente depuis 1990 un autre puits de carbone qui ne cesse toutefois de se rétrécir depuis quelques années.

Pour la prise en compte selon le Protocole de Kyoto, ce bilan CO2 de l’exploitation des forêts et l’utilisation du bois à la fin de la période d’engagement est calculé par rapport à une valeur de référence préalablement définie.

Une récolte accrue du bois, telle qu’elle est prévue ces prochaines années par la politique forestière suisse, réduirait l’effet de puits de carbone de la forêt. Une utilisation en cascade appropriée du bois permettrait toutefois d’amortir cette conséquence et de maintenir la prestation de protection du climat du carbone stocké. Étant donné que les grosses tempêtes ou les parasites exercent également une influence sur la quantité de carbone stockée, la tendance est difficile à évaluer.

Comparaison internationale

Comparaison avec les autres Parties au Protocole de Kyoto.

Méthode

Les émissions et l’effet puits de gaz à effet de serre du secteur forestier sont publiés dans l’inventaire national des émissions de gaz à effet de serre selon le Protocole de Kyoto. Les méthodes sont conformes les lignes directrices du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC, IPCC en anglais).

Pour calculer les variations du stock de carbone, exprimé en équivalents CO2, les quantités de carbone libérées par les activités de défrichement et celles capturées par le reboisement sont prises en compte en plus du bilan d’équivalent carbone de l’exploitation forestière. L’utilisation du bois suisse est aussi incluse depuis le début de la deuxième période d’engagement (2013–2020). Dans le cadre de la comptabilisation fixée par le Protocole de Kyoto, l’exploitation forestière est calculée par rapport à une valeur de référence, que la Suisse a communiquée au secrétariat de l’ONU sur les changements climatiques au moyen du rapport 2016 (Initial Report). Le dioxyde de carbone (CO2) est de loin le gaz le plus important. Le méthane (CH4) et le protoxyde d’azote (N2O) provenant d’incendies de forêt et des sols marécageux drainés contribuent dans une moindre mesure aux émissions de gaz à effet de serre.

 
Dernière mise à jour le: 18.06.2018

Informations complémentaires

Liens

inidkatoren_hirun

Indicateurs

Recherche et liste de tous les indicateurs

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themen/thema-klima/klima--daten--indikatoren-und-karten/klima--indikatoren/indikator-klima.pt.html/aHR0cHM6Ly93d3cuaW5kaWthdG9yZW4uYWRtaW4uY2gvUHVibG/ljL0FlbURldGFpbD9pbmQ9S0wwMzYmbG5nPWZyJlN1Ymo9Tg==.html