Indicateur paysage

Imperméabilisation du sol

On parle d'imperméabilisation lorsque le sol est recouvert de matériaux pratiquement étanches, par exemple à la suite de constructions de bâtiments ou de routes. De ce fait, le sol ne peut plus absorber d’eau de pluie, produire de biomasse ni capter de CO2. En principe, l'imperméabilisation peut être supprimée par un décapage du sol. Mais les fonctions écologiques du sol sont tellement perturbées qu'un retour à l'état initial n'est pas possible à moyen terme.

Evaluation de l'état
mauvais mauvais
Evaluation de la tendance
négative négative
Taux d'imperméabilisation du sol 2004/09: 4.7 Taux d'imperméabilisation du sol 1992/97: 4.2 Taux d'imperméabilisation du sol 1979/ 85: 3.6

Données du graphique: Excel
Source: Office fédéral de la statistique : Statistique de la superficie
Commentaire

Depuis 1979/85, la surface totale des sols imperméabilisés augmente fortement à chaque relevé de la statistique de la superficie (15,7 % entre 1979/85 et 1992/97 ; 11,6 % entre 1992/97 et 2004/09). La surface imperméable couvrait environ 1920 km2en 2004/09, soit 4,7 % de la superficie du pays.

On observe cependant des différences importantes entre les cinq grandes régions de Suisse. L’imperméabilisation des sols concernait 214 km2 dans le Jura, 1111 km2 sur le Plateau, 335 km2 sur le versant nord des Alpes, 156 km2 dans les Alpes centrales et 101 km2 sur le versant sud des Alpes. Le taux d'imperméabilisation est le plus faible dans les Alpes centrales. Il est presque deux fois plus élevé sur les versants sud et nord des Alpes et environ trois fois dans le Jura. C'est le Plateau qui enregistre le taux le plus haut (six fois celui des Alpes centrales).

L'imperméabilisation croissante est principalement due à l’urbanisation et à l'accroissement de la mobilité. La hausse des exigences en matière de surface habitable explique la flambée observée jusqu’en 2000, puis c’est la forte croissance démographique qui prend le relais au tournant du siècle.

Les efforts pour densifier les zones d’habitation montrent leurs premiers résultats dans la mesure où l’extension des zones de construction de logements après 2000 est due essentiellement à la croissance démographique, et non plus à des exigences plus grandes en matière de surface habitable. De plus, l’imperméabilisation a légèrement ralenti entre 1992/97 et 2004/09 (11,6 % contre 15,7 %). Quelques rares localités en Suisse déconstruisent des surfaces imperméabilisées et l’écologie urbaine déploie des efforts importants pour atténuer une partie des conséquences négatives grâce aux toitures végétalisées et à la désimperméabilisation.

Comparaison internationale

Copernicus Land Monitoring Services propose une statistique appelée impervious area layer, qui est mise à jour pour toute l’Europe tous les 3 ans (2006, 2009, 2012). Des analyses approfondies sont en cours pour déterminer le degré de cohérence avec les jeux de données terrestres. Aucun système européen d’indicateurs ne consacre d’indicateur é l’imperméabilisation du sol. Il n’existe pas encore de valeurs de référence systématiques. L’Allemagne fait état d’une superficie imperméabilisée représentant 6,1 % de son territoire en 2010 (http://www.stadtentwicklung.berlin.de/umwelt/umweltatlas/edc102_01.htm). Avec 4,7 %, la Suisse est largement au-dessous.

Méthode

La méthode de relevé pour cet indicateur s'appuie sur la statistique suisse de la superficie. Sur les 27 catégories de base d’occupation du sol prises en compte dans la statistique NOLC04, trois peuvent être utilisées pour estimer l’imperméabilisation du sol, à savoir les catégories 11 (surfaces compactées), 12 (bâtiments) et 13 (serres). La catégorie 11 comprend les surfaces partiellement imperméabilisées, comme les sols recouverts de graviers. L'intervalle entre les relevés de la statistique de la superficie est de douze ans ; c’est pourquoi les modifications à court terme de l’imperméabilisation du sol ne peuvent être recensées. Cette statistique est réalisée sur la base d’un relevé par échantillonnage. Les sondages et dépouillements pour la 1e statistique de la superficie ont été effectués entre 1979 et 1985, pour la 2e entre 1992 et 1997 et pour la 3e entre 2004 et 2009. Le 4e relevé, à partir d’images aériennes, est en cours depuis 2010; les résultats pour l’ensemble de la Suisse seront disponibles en 2022.

 
Dernière mise à jour le: 15.11.2017

Informations complémentaires

Liens

inidkatoren_hirun

Indicateurs

Recherche et liste de tous les indicateurs

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themen/thema-landschaft/landschaft--daten--indikatoren-und-karten/landschaft--indikatoren/indikator-landschaft.pt.html/aHR0cHM6Ly93d3cuaW5kaWthdG9yZW4uYWRtaW4uY2gvUHVibG/ljL0FlbURldGFpbD9pbmQ9TEEwMTEmbG5nPWZyJlN1Ymo9Tg==.html