Indicateur air

Atteintes à la santé dues à la pollution atmosphérique

Les polluants atmosphériques peuvent provoquer de l'asthme, des toux chroniques, des bronchites ou d'autres affections des voies respiratoires et des poumons. Dans les cas extrêmes, ils peuvent même entraîner des décès prématurés. Les catégories les plus touchées par la pollution atmosphérique sont les personnes âgées, les enfants, les fœtus et les personnes malades. Les enfants en bas âge sont prédisposés aux infections des voies respiratoires, étant donné que leur système immunitaire et leurs poumons ne sont pas pleinement développés à la naissance. Chez les asthmatiques, l'air pollué peut déclencher des crises et, chez les personnes âgées, provoquer des inflammations susceptibles d'affaiblir leurs défenses immunitaires. Le système circulatoire est lui aussi affecté, étant donné qu'il doit compenser le déficit en oxygène. Les conséquences peuvent aller jusqu'à l'arythmie cardiaque et l'infarctus.

Evaluation de l'état
mauvais mauvais
Evaluation de la tendance
positive positive
Décès prématurés dus à la pollution de l'air 2015: 2200 Décès prématurés dus à la pollution de l'air 2010: 2840 Décès prématurés dus à la pollution de l'air 2005: 3500 Décès prématurés dus à la pollution de l'air 2000: 3700

Données du graphique: Excel
Source: Infras, Ecoplan (2018)
Commentaire

Malgré les nombreuses mesures prises ces dernières années pour améliorer la qualité de l'air, la charge en polluants reste problématique. Elle cause environ 2200 décès prématurés par an.

Chaque année, les maladies respiratoires et cardiovasculaires dues aux polluants atmosphériques sont à l’origine d’environ 14 000 jours d’hospitalisation en Suisse. La pollution de l’air entraîne quelque 12 000 cas de bronchite aiguë chez les enfants et environ 2300 nouveaux cas de bronchites chroniques chez les adultes, limitant ainsi ces derniers dans leur activité pendant près de 3,5 millions de jours. Les coûts de santé liés aux polluants atmosphériques atteignent quelque 6,5 milliards de francs par an, dont 3,3 milliards sont liés aux transports (impacts en matière de transport routier, ferroviaire, aérien et maritime).

En Suisse, les effets à long terme de la pollution atmosphérique sur la santé sont étudiés dans le cadre de l’étude de cohorte SAPALDIA (Swiss Cohort Study on Air Pollution and Lung and Heart Diseases in Adults). Celle-ci, ainsi que d’autres recherches internationales, ont montré que la santé des adultes et des enfants s’améliore relativement rapidement lorsque la pollution de l’air diminue. Les mesures prises pour améliorer la qualité de l’air ont donc un impact positif mesurable sur la santé de la population.

Méthode

Diverses études menées sur les PM10 notamment, premières responsables des problèmes de santé publique, ont permis de quantifier et de chiffrer les répercussions de la pollution en termes de coûts. Ces analyses ont été effectuées par des épidémiologistes, des spécialistes de l’hygiène de l’air et des économistes.

Base pour l'évaluation de la tendance
Evolution visée Valeur initiale Valeur finale Variation en % Evolution observée Evaluation
Diminution 2000 2015 -40.54% Diminution positive
 
Dernière mise à jour le: 06.06.2019

Informations complémentaires

Liens

inidkatoren_hirun

Indicateurs

Recherche et liste de tous les indicateurs

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themen/thema-luft/luft--daten--indikatoren-und-karten/luft--indikatoren/indikator-luft.pt.html/aHR0cHM6Ly93d3cuaW5kaWthdG9yZW4uYWRtaW4uY2gvUHVibG/ljL0FlbURldGFpbD9pbmQ9TFUwMjMmbG5nPWZyJlN1Ymo9Tg==.html