Impacts des changements climatiques sur les eaux et les ressources en eau

Berne, 08.06.2012 - Le projet CCHydro de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) étudie les impacts des changements climatiques sur le régime hydrologique de la Suisse jusqu’en 2100. Les résultats obtenus sont présentés le 8 juin 2012 à Berne. Il montrent que le régime hydrologique va changer à long terme et que sa distribution saisonnière changera également. Il est probable que les crues et les étiages deviennent plus fréquents. L’étude menée dans le cadre du projet CCHydro permet à la Suisse de se préparer suffisamment tôt à ces changements.

Au cours des 20 prochaines années, le niveau annuel des ressources en eau de Suisse ne va pratiquement pas varier, à l'exception d'une augmentation temporaire des débits dans les zones fortement englacées. A long terme, les ressources en eau disponibles baisseront légèrement, ce qui sera dû à la hausse de la température de l'air liée aux changements climatiques et à l'élévation de la limite des chutes de neige. Les réserves de neige et de glace des Alpes vont par conséquent fortement diminuer (cf. encadré 1). Avec la redistribution saisonnière des précipitations (moins de précipitations en été et plus en hiver), on observera une modification des débits (cf. encadré 2).

Tels sont les principaux résultats du projet CCHydro mandaté par l'OFEV. Ils ont été présentés aujourd'hui lors d'une rencontre organisée à l'Université de Berne. En parallèle, l'OFEV publie le rapport de synthèse.

Le projet CCHydro avait pour objectif d'élaborer pour la Suisse des scénarios liés au cycle de l'eau et aux débits pour les périodes autour de 2035 et de 2085. Ces scénarios se basent sur d'autres scénarios climatiques nationaux conçus en même temps que le projet. Dans ce contexte, l'OFEV s'est surtout penché sur la question des changements qui vont survenir au cours des 100 prochaines années dans les domaines suivants: régime hydrologique, risque de crue et d'étiage et température des eaux.

Les impacts des changements climatiques sur le régime hydrologique sont déjà perceptibles

Le projet CCHydro montre que les événements de crue et en particulier d'étiage deviendront plus fréquents, notamment sur le Plateau, au Valais et au Tessin, ce qui se répercutera sur les écosystèmes et sur la gestion des cours d'eau en été. Ces changements hydrologiques, que l'on peut déjà observer, sont dus à la modification des conditions climatiques.

Le projet de recherche CCHydro prépare en temps utile des bases hydrologiques essentielles pour les réflexions et les décisions stratégiques. Les résultats obtenus permettent d'évaluer pour la première fois pour tout le territoire les impacts futurs des changements climatiques sur les différents éléments du cycle hydrologique et fournissent une contribution importante pour la stratégie «Adaptation aux changements climatiques en Suisse» adoptée par le Conseil fédéral (cf. encadré 3).

Doris Leuthard: «Agir dès aujourd'hui, c'est limiter les coûts»

La Conseillère fédérale Doris Leuthard considère que le rapport de synthèse est essentiel. Elle déclare: «les changements climatiques et leurs impacts sur le régime hydrologique de notre pays nous confrontent à de nouveaux défis, notamment dans les domaines de la protection contre les crues, de l'agriculture, de la gestion des eaux dans les agglomérations et de l'approvisionnement énergétique. Nous serons capables de maîtriser ces changements si nous nous en occupons suffisamment tôt et prenons les mesures nécessaires; c'est par exemple le cas dans le domaine de la protection contre les crues, où le besoin d'espace des cours d'eau doit être défini et adapté. L'adaptation aux changements climatiques n'ira pas sans frais. Agissons dès maintenant pour limiter les coûts des dommages à venir; si nous ne prenons aucune mesure immédiate, le prix à payer à long terme sera plus élevé.»


ENCADRÉ 1:
Glaciers et neige (rapport de synthèse)

Depuis la fin du petit âge glaciaire (vers 1850), le volume des glaciers suisses a diminué de moitié. Vu la hausse de la température attendue, le fonte des glaciers va encore s'accélérer. En 2100, il ne restera probablement que 20 à 30% du volume de glace actuel, en majeure partie dans le bassin versant du Rhône.

Chaque année, la fonte des neiges apporte près de 22 km3 d'eau aux débits des rivières suisses, ce qui correspond à environ 40% de l'ensemble des débits et est bien plus important que l'apport en eau dû à la fonte des glaciers (1 km3). A l'avenir, la limite des chutes de neige va monter à mesure que la température augmentera et les régions situées jusqu'à 3500 m d'altitude seront sans neige en été. D'ici à la fin du siècle, le manteau neigeux à tous les étages altitudinaux en dessous de 3500 m durera un mois de moins. De plus, l'épaisseur maximale du manteau neigeux va diminuer de plus de moitié, ce qui induira une baisse de près de 40% des réserves d'eau dépendant de cette couche neigeuse.


ENCADRÉ 2:
Débits

A court terme (2035), les débits en Suisse ne vont pratiquement pas changer, à l'exception d'une augmentation temporaire dans les zones fortement englacées. A long terme (2085), ils baisseront légèrement; le débit des rivières Tessin et Toce diminuera de quelque 10%.

La distribution saisonnière des débits va changer dans presque toute la Suisse: ils seront plus importants en hiver et moindres en été. Le régime des grandes rivières se modifiera également. 
Dans nombre de régions du Plateau, la période de crue potentielle sera par conséquent reportée et/ou prolongée.
Les étiages plus prononcés et les débits accrus dans les régions du Plateau diminueront nettement en été. Cela vaut également pour les grandes rivières. Dans les Alpes, une partie des étiages ne se produira plus en hiver mais à la fin de l'été.

Conséquences de ces changements sur la gestion des eaux:

  • les mesures de protection contre les crues sur le Plateau et dans le Jura doivent être révisées;
  • le risque aggravé d'étiage et le besoin important en eau durant l'été recèlent un potentiel de conflits entre les utilisateurs. Les règlementations légales dans les différents domaines (prélèvements d'eau, déversement d'eaux de refroidissement, règlements de régulation des lacs) doivent être examinées;
  • le besoin supplémentaire en réservoirs (à usage multiple) doit être étudié.


ENCADRÉ 3:
Stratégie «Adaptation aux changements climatiques en Suisse»

Le 2 mars 2012, le Conseil fédéral a adopté le premier volet de la stratégie «Adaptation aux changements climatiques en Suisse», qui définit les objectifs, les défis et les champs d'action possibles. Il veut ainsi se prémunir contre les canicules  et les crues. Pour le secteur de la gestion des eaux, quatorze champs d'action de degrés d'urgence différents sont décrits. La sécheresse et le danger croissant de crue ont été identifiés comme des défis intersectoriels. Le second volet de la stratégie décrit dans un plan d'action comment répondre aux défis posés. C'est en prévision de la préparation des bases hydrologiques scientifiques pour élaborer la stratégie en question que l'OFEV a décidé dès 2008 de lancer le projet CCHydro.


Adresse pour l'envoi de questions

Section Médias OFEV
Téléphone: +41 58 462 90 00
Courriel: mediendienst@bafu.admin.ch



Auteur

Office fédéral de l'environnement OFEV
http://www.bafu.admin.ch/fr

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/documentation/communique/anzeige-nsb-unter-medienmitteilungen.msg-id-44844.html