Indicateur climat

Emissions CO2 des combustibles et carburants

Le dioxyde de carbone (CO2) est le plus important gaz à effet de serre d'origine humaine. Il est principalement issu de la combustion d’agents énergétiques fossiles, que sont avant tout le mazout et le gaz naturel (combustibles), ainsi que l'essence et le diesel (carburants).

Evaluation de l'état
moyen moyen
Evaluation de la tendance
insatisfaisante insatisfaisante
Emissions CO2

Données du graphique: Excel
Source: OFEV
Montant de la taxe CO2 sur les combustibles fossiles 2022: 120 Montant de la taxe CO2 sur les combustibles fossiles 2021: 96 Montant de la taxe CO2 sur les combustibles fossiles 2020: 96 Montant de la taxe CO2 sur les combustibles fossiles 2019: 96 Montant de la taxe CO2 sur les combustibles fossiles 2018: 96 Montant de la taxe CO2 sur les combustibles fossiles 2017: 84 Montant de la taxe CO2 sur les combustibles fossiles 2016: 84 Montant de la taxe CO2 sur les combustibles fossiles 2015: 60 Montant de la taxe CO2 sur les combustibles fossiles 2014: 60 Montant de la taxe CO2 sur les combustibles fossiles 2013: 36 Montant de la taxe CO2 sur les combustibles fossiles 2012: 36 Montant de la taxe CO2 sur les combustibles fossiles 2011: 36 Montant de la taxe CO2 sur les combustibles fossiles 2010: 36 Montant de la taxe CO2 sur les combustibles fossiles 2009: 12 Montant de la taxe CO2 sur les combustibles fossiles 2008: 12

Données du graphique: Excel
Source: BAFU
Commentaire

La taxe sur le CO2 perçue sur les combustibles fossiles constitue un important instrument de réalisation des objectifs d’émissions fixés aux plans national et international. Le montant de la taxe sur le CO2 est augmenté si les émissions de CO2 liées aux combustibles, une fois corrigées des variations climatiques, dépassent les seuils fixés. Aussi la taxe est-elle passée, par tonne de CO2, de 36 francs à 60 francs en janvier 2014, puis à 84 francs en janvier 2016, à 96 francs en janvier 2018 et à 120 francs en janvier 2022. Pour l’heure, la législation ne prévoit aucune augmentation ultérieure du montant de la taxe sur le CO2.

Les émissions liées aux combustibles ont connu, après correction climatique, un nouveau recul en 2021: elles sont inférieures de 32,8 % à celles de 1990 et de 2,3 % à celles de 2020. Cette diminution est principalement due à l’augmentation de l’efficacité énergétique des bâtiments ainsi qu’au recours accru aux énergies renouvelables pour le chauffage.  

En 2021, les rejets de CO2 liés aux carburants ont augmenté de 1,5 % par rapport à 2020. Ils restent toutefois nettement inférieurs aux émissions de 2019, avant le début de la pandémie de coronavirus. Dans l’ensemble, les émissions ont baissé de 4,2 % par rapport à 1990 (année de référence). Ce sont non seulement les effets de la pandémie qui ont permis aux émissions de ne pas augmenter davantage, mais aussi la part croissante qu’occupe l’électromobilité dans la circulation routière.

L'état est jugé moyen et l’évolution insatisfaisante.

Comparaison internationale

Les émissions de CO2 selon la statistique du CO2 représentent une partie des émissions de gaz à effet de serre prises en compte par la loi sur le CO2, le Protocole de Kyoto et l’Accord de Paris. Pour une comparaison internationale, consultez l’indicateur «Emissions de gaz à effet de serre par habitant».

Méthode

Les émissions de CO2 énergétiques selon la statistique du CO2 représentées ici couvrent l’ensemble des émissions de CO2 liées aux carburants, ainsi que les émissions de CO2 liées aux combustibles déterminants pour la taxe sur le CO2, après correction climatique.

On obtient les émissions de CO2 énergétiques selon la statistique du CO2 en additionnant les émissions spécifiques des carburants et combustibles fossiles. Ces émissions sont calculées selon la formule: émissions = activité annuelle * coefficient d’émission. L’activité est une mesure de l’ampleur d’une activité, ici, la consommation annuelle d’un combustible (p. ex. mazout, gaz naturel) ou d’un carburant (p. ex. diesel, essence, kérosène, benzine d’aviation). Les émissions liées aux combustibles sont en outre corrigées sur la base des degrés-jours et de l’ensoleillement pour tenir compte des variations météorologiques. Source: Statistique globale suisse de l'énergie (Office fédéral de l’énergie).

Toute modification des méthodes, amélioration des données sources ou correction rétroactive d’erreurs impose de recalculer l’ensemble de la série chronologique.

 
Dernière mise à jour le: 11.07.2022

Informations complémentaires

Liens

inidkatoren_hirun

Indicateurs

Recherche et liste de tous les indicateurs

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themen/thema-klima/klima--daten--indikatoren-und-karten/klima--indikatoren/indikator-klima.pt.html/aHR0cHM6Ly93d3cuaW5kaWthdG9yZW4uYWRtaW4uY2gvUHVibG/ljL0FlbURldGFpbD9pbmQ9S0wwMDEmbG5nPWZyJlN1Ymo9Tg==.html