Indicateur forêts et bois

Dégâts causés aux forêts par des attaques de bostryches

Différents insectes peuvent coloniser les arbres les plus faibles et entraîner leur dépérissement. Les arbres fragilisés par l’âge, la maladie ou le stress sont ainsi éradiqués, ce qui renforce la santé et la capacité de résistance de la forêt. Mais si les insectes prolifèrent rapidement, par exemple à la suite de longues périodes de chaleur ou de sécheresse, ou après le passage d’une tempête, ils peuvent s’attaquer aux arbres sains. Dans le pire des cas, on assiste alors au dépérissement de forêts entières.

Evaluation de l'état
moyen moyen
Evaluation de la tendance
négative négative
Bois infesté 2017: 320 Bois infesté 2016: 220 Bois infesté 2015: 230 Bois infesté 2014: 160 Bois infesté 2013: 146 Bois infesté 2012: 72 Bois infesté 2011: 98 Bois infesté 2010: 153 Bois infesté 2009: 107 Bois infesté 2008: 107 Bois infesté 2007: 285 Bois infesté 2006: 727 Bois infesté 2005: 1015 Bois infesté 2004: 1350 Bois infesté 2003: 2067 Bois infesté 2002: 1168 Bois infesté 2001: 1310 Bois infesté 2000: 162 Bois infesté 1999: 86 Bois infesté 1998: 78
Bois infesté en tant que mesure des dégâts causés aux forêts par des attaques de bostryches (en milliers de mètres cubes)

Données du graphique: Excel
Source: Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage : Protection de la forêt suisse
Commentaire

Les attaques d’insectes ont fortement augmenté après la tempête Lothar survenue à l’hiver 1999/2000. Si elles ont beaucoup diminué après 2003, elles sont reparties à la hausse depuis 2013.

En 2017, les peuplements d’épicéa situés aux altitudes inférieures du Plateau et dans certaines régions des Grisons ainsi qu’au sud des Alpes ont été particulièrement touchés.

Les attaques de typograhes (Ips typographus) ont augmenté en 2013 avant de se stabiliser en 2014 à un niveau légèrement plus élevé. Si la situation était calme au nord du pays, elle s’est considérablement aggravée dans certaines régions de montagne, notamment dans les Grisons et en Valais. À l’échelle régionale, cette hausse s’explique largement par les dégâts dus aux tempêtes et aux bris de neige des deux années précédentes.

On ne peut dès lors pas parler de prolifération de masse des bostryches, mais la situation pourrait toutefois s’aggraver à moyen et à long terme, dans la mesure où l’on s’attend à une multiplication des événements extrêmes (p. ex. épisodes de sécheresse et tempêtes), conséquence des changements climatiques. Tant la hausse des températures que les tempêtes sont favorables à l’activité des bostryches.

Comparaison internationale

Une comparaison internationale de l’indicateur n’est possible que de manière limitée, car les relevés réalisés portent sur différentes essences et espèces de coléoptères. Ainsi, en Suisse, les relevés ne concernent que le typographe et l’épicéa ; à l’étranger, ils incluent parfois des essences et espèces de bostryches différentes ou supplémentaires. Remarque : à l’international, les dégâts sont recensés en nombre d’hectares de surface forestière.

Méthode

Les données sont collectées au moyen d’enquêtes réalisées auprès de tous les triages forestiers de Suisse. Seuls le typographe et l’épicéa font l’objet de relevés, ce qui représente 80 à 85 % des dégâts dus aux bostryches. Les attaques d’autres espèces d’insectes sont également relevées par le service Protection de la forêt suisse (WSS) via une enquête menée auprès des forestiers.

 
Dernière mise à jour le: 27.11.2018

Informations complémentaires

Liens

inidkatoren_hirun

Indicateurs

Recherche et liste de tous les indicateurs

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themen/thema-wald-und-holz/wald-und-holz--daten--indikatoren-und-karten/wald-und-holz--indikatoren/indikator-wald-und-holz.pt.html/aHR0cHM6Ly93d3cuaW5kaWthdG9yZW4uYWRtaW4uY2gvUHVibG/ljL0FlbURldGFpbD9pbmQ9V0gxMTcmbG5nPWZyJlN1Ymo9Tg==.html