Rapport sur les dangers naturels en Suisse – assurer aussi la sécurité de demain

Berne, 24.08.2016 - La Suisse doit encore déployer de gros efforts pour rester protégée contre les dangers naturels. C'est la conclusion du Rapport sur les dangers naturels en Suisse que le Conseil fédéral a adopté ce jour. Le rapport présente les principales mesures concernant la gestion future des dangers naturels. La protection contre ces dangers est une tâche commune de la Confédération, des cantons, des communes, des institutions de l'économie privée et de la population.

La Suisse mène une gestion très perfectionnée de la protection contre les dangers naturels, auxquels elle est particulièrement exposée en tant que pays de montagne densément peuplé. Les zones inondables comptent 1,8 million de personnes, 1,7 million d'emplois et 840 milliards de francs en biens d'une valeur notable. En outre, de nouveaux défis se dessinent à brève échéance auxquels la Suisse doit se préparer. Le climat de plus en plus chaud et les précipitations de ce fait de plus en plus fréquentes et violentes, sans oublier le développement urbain et l'infrastructure de plus en plus onéreuse (p. ex. voies de communication) augmentent les risques de dégâts causés par des événements naturels, notamment les crues. Le rapport sur les dangers naturels en Suisse prévoit plusieurs trains de mesures qui doivent garantir l'avenir de la sécurité et du développement économique de la Suisse.

Solutions moins coûteuses grâce à la détection précoce et à la prévention

Les mesures sont conçues pour investir dans la prévention de manière aussi efficace et économe que possible. Ainsi, la population, l'économie et l'environnement seront préservés des conséquences des événements naturels et ce sans dépenses publiques exagérées. L'important est de mener une gestion des risques intégrale : plus les risques de grande ampleur sont détectés tôt et ainsi évités, moins les mesures coûtent cher et plus leur planification peut être précise. Une partie de cette planification consiste en stratégies prévisionnelles visant l'adaptation aux changements climatiques. Tout investissement dans la protection contre les dangers naturels est payant, tout comme la préservation durable des ouvrages de protection en place, notamment des digues.

Selon le train de mesures concernant les dangers naturels en Suisse, les données de base existantes comme les cartes de dangers doivent être actualisées et intégrées dans l'aménagement de l'ensemble du territoire. Il faut aussi cartographier les phénomènes nouveaux comme le ruissellement de surface, c'est-à-dire le phénomène d'écoulement des eaux à la surface des champs et des routes. Dans le domaine de la construction, il faut en outre appliquer des normes uniformes qui tiennent compte des dangers naturels. De cette manière, il est possible d'améliorer la sécurité à un coût raisonnable et d'empêcher que les risques continuent de croître. Cela vaut en particulier pour les séismes.

Une tâche permanente pour la société tout entière

La protection contre les dangers naturels reste une tâche permanente de la Confédération, des cantons et des communes, qui inclut aussi les assurances, les associations professionnelles, l'enseignement et la recherche, sans oublier la population. Il faut en effet sensibiliser davantage la population au problème des dangers naturels et à la possibilité de prendre elle-même des mesures. La protection contre les crues, les chutes de pierres et autres dangers naturels est ainsi une tâche permanente. D'une part, les ouvrages de protection existants, par exemple le long du Rhône ou du Rhin alpin, doivent être renouvelés, afin de maintenir leur fonction de protection. D'autre part, il s'agit aussi de prendre en compte la nouvelle situation en matière de dangers naturels due aux changements climatiques et à l'évolution de la société et de l'économie. Enfin, pour combler les déficits que le rapport a mis en évidence et pour investir les moyens de manière optimale, il sera éventuellement nécessaire d'adapter les bases légales.

Encadré

En décembre 2012, Christophe Darbellay (PDC/VS), alors conseiller national, demandait un rapport qui décrive l'état actuel de la protection d'infrastructures majeures contre les chutes de pierres, les glissements de terrain, les éboulements et les écroulements, et qui expose les mesures susceptibles d'améliorer la gestion des dangers dans son ensemble. Le Conseil fédéral a chargé l'Office fédéral de l'environnement de rédiger le rapport « Gestion des dangers naturels en Suisse » pour présenter la situation générale dans le domaine des dangers naturels et désigner les domaines où il y a besoin d'agir en Suisse. Le rapport a été élaboré avec les principaux protagonistes du domaine des dangers naturels.


Adresse pour l'envoi de questions

Section Médias OFEV
Téléphone: +41 58 462 90 00
Courriel: mediendienst@bafu.admin.ch



Auteur

Conseil fédéral
https://www.admin.ch/gov/fr/accueil.html

Secrétariat général DETEC
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html

Office fédéral de l'environnement OFEV
http://www.bafu.admin.ch/fr

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/economie-consommation/communiques.msg-id-63318.html