Terreaux sans tourbe : poursuivre sur la voie du succès

31.03.2021 - C’est le printemps, et les Suisses retrouvent les plaisirs du jardinage. Familles vivant à la campagne, retraités cultivant un jardin familial ou étudiants pratiquant le jardinage urbain : la plupart des amateurs jardinent sans tourbe depuis 2020. Ce progrès est notamment dû à la coopération entre les acteurs de la branche et la Confédération.

Le jardinage de loisir est pratiqué majoritairement sans tourbe.
© iStock / eclipse_images

Comment la tourbe a disparu des terreaux en sacs

S’agissant de la tourbe dans les terreaux en sacs, la coopération entre les acteurs de la branche et la Confédération a indéniablement porté ses fruits, qui plus est dans une situation particulière, puisque des acteurs clés comme Coop, Migros et le fabricant de terreaux Ricoter travaillaient déjà à réduire l’utilisation de tourbe avant 2016. Leurs expériences et l’engagement de tous les signataires de la déclaration d’intention ont permis de réunir davantage d’acteurs de la chaîne d’approvisionnement et de développer l’offre de substrats sans tourbe destinée au jardinage de loisir.

« En renonçant à la tourbe dans nos terreaux en sacs, nous permettons à notre clientèle de mieux préserver l’environnement lors de leurs loisirs horticoles. »

Sascha Behnemann, responsable du secteur des fleurs et des plantes chez Lidl Suisse

En outre, les mouvements sociaux comme la Grève du climat et le jardinage urbain ont contribué à l’abandon de la tourbe dans les terreaux en sacs. La sensibilité croissante à l’égard de l’environnement, sans oublier les effets de la pandémie du coronavirus, ont provoqué un essor du jardinage de loisir.
Ce contexte se prête bien à une accélération de l’abandon de la tourbe dans d’autres domaines, en particulier l’horticulture productrice et le commerce horticole.

« Début 2020, de nombreuses entreprises horticoles ont subi les conséquences des mesures de lutte contre le coronavirus. Toutefois, l’année s’est révélée excellente pour l’horticulture : les gens sont retournés dans leurs jardins, ont acheté des plantes et de la terre, et la branche a ainsi enregistré un bilan positif pour l’année pandémique 2020. »

Josef Poffet, responsable du département production / commerce chez JardinSuisse

Collage-Torffrei-f
Les terreaux en sacs vendus par les signataires de la déclaration d’intention sont majoritairement exempts de tourbe.
© BAFU

Abandon de la tourbe dans les terreaux en sacs : quelques chiffres

En 2020, les terreaux en sacs vendus par les entreprises signataires comportaient encore près de 4 % de tourbe, et leur part de marché était d’environ 90 %. Les acteurs de la branche et l’OFEV mettent en œuvre le plan d’abandon de la tourbe adopté en 2012 par le Conseil fédéral et prennent aussi des mesures de réduction de la consommation de tourbe dans d’autres domaines d’utilisation.

« Maintenant que nous avons atteint ensemble l’objectif d’abandon de la tourbe, il s’agit de maintenir la part de tourbe à un niveau bas, afin de protéger la biodiversité des marais et de préserver le climat. »

Jérôme Meyer, directeur de Aldi Suisse SA

Volume total de substrats de terre transformés, y compris part de tourbe dans les terreaux en sacs pour le jardinage de loisir
Volume total de substrats transformés, y c. part de tourbe dans les terreaux en sacs pour le jardinage de loisir (données : Coop, Ernst Meier AG, Jumbo AG, Landi Schweiz AG, Lidl Schweiz AG, Fédération des coopératives Migros, Aldi Suisse SA, Compo Jardin AG, ökohum gmbh, Ricoter Préparation de Terres SA).
© FOEN

La part de tourbe dans les terreaux en sacs vendus par les entreprises signataires a déjà été réduite de moitié entre 2016 et 2018. Puis, de 2018 à 2020, elle a encore été divisée par deux pour tomber à 4 %. Malgré la forte hausse des quantités transformées de substrats de terre, la quantité absolue de tourbe a baissé de près de 23 000 m3 en 2020 par rapport à 2015. Cela correspond chaque année à une couche de tourbe d’1 m de hauteur sur 3,2 terrains de football.

« Il n’est pas possible de renaturer un marais : un marais sain croît d’un millimètre par an, et ses sphaignes ont jusqu’à 2000 ans. Cela nous pousse à nous tourner vers des substrats de remplacement. »

Frank Engesser, conseiller en production et horticulture chez ökohum gmbh

« Il est important pour nous de tenir compte également des effets environnementaux, des propriétés horticoles et du caractère régional des substituts de tourbe : l’abandon de la tourbe doit s’accompagner de substances de remplacement locales pour les substrats de terre. »

Beat Sutter, directeur de Ricoter Préparation de Terres SA

Comment aller encore plus loin ?

Le succès des mesures relatives aux terreaux en sacs permet de passer à l’étape suivante, soit la réduction de l’utilisation de tourbe dans le domaine de l’horticulture productrice et du commerce horticole. Si la branche a déjà fortement réduit l’utilisation de tourbe dans les pépinières et la production de plantes vivaces, le processus est en cours dans la culture de plantes ornementales : la production doit s’adapter aux propriétés différentes des substrats de terre sans tourbe. C’est un défi, car la sécurité des cultures s’en trouve réduite, dans un domaine où la pression en matière de prix est élevée. Un autre obstacle réside dans l’information encore largement lacunaire sur la part de tourbe contenue dans les produits d’importation.

« Le caractère non problématique de l’abandon de la tourbe dans le domaine du jardinage de loisir ne doit pas faire illusion : réduire l’utilisation de tourbe dans la culture de plantes ornementales est autrement plus complexe. »

Erwin Meier Honegger, directeur d’Ernst Meier AG

Des études et des tests pratiques réalisés sur mandat de la Confédération ont montré que la production sans tourbe était possible. L’Office fédéral de l’environnement soutient la conversion des entreprises en proposant une offre de conseils pour les pépinières et la culture de plantes ornementales . Des acteurs de la branche engagés et des producteurs de terreaux soutiennent aussi la réduction de la tourbe dans l’horticulture professionnelle par leurs cultures expérimentales et transmettent leurs vastes connaissances dans le cadre du conseil à la clientèle.

« Avec l’abandon de la tourbe dans les terreaux en sacs, un premier pas a été franchi. Mais il y a encore du chemin à parcourir : nous nous engageons pour un abandon de la tourbe dans les plantes ornementales. »

Lukas Frey, responsable des outils de jardinage chez Coop

Pélargoniums cultivés sans tourbe
© T. Ruprecht

Que peuvent faire les consommateurs concernant les plantes en pot ?

En raison des défis de production, de la pression sur les prix et du taux d’importation élevé, l’offre de plantes en pot sans tourbe est réduite. Si des plantes en pot sans tourbe sont proposées à la vente, on peut supposer qu’elles seront désignées comme telles. Une grande part des plantes sans tourbe ou avec une part de tourbe réduite sont disponibles dans les petites jardineries, notamment dans le secteur des plantes sauvages et des plantes vivaces.

Le label Bourgeon de Bio Suisse donne une indication sur les plantes avec une faible teneur en tourbe : toutes les plantes sauvages suisses produites biologiquement sont déjà exemptes de tourbe ; les plantes pour massif, les plantes de balcon et les plantes vivaces suivront d’ici à 2025. Actuellement, la part de tourbe peut atteindre 50 % dans les plantes en pot produites selon les exigences du label Bourgeon de Bio Suisse, y compris les herbes, et 70 % dans les substrats pour jeunes plants ou plants. C’est pourquoi il est important que les consommateurs réclament des plantes en pot sans tourbe dans le commerce et montrent ainsi qu’il existe une demande.

« Migros attache beaucoup d’importance à la nature et au jardinage, c’est pourquoi nous avons accéléré l’abandon de la tourbe. Depuis quelques années, nous ne vendons plus que des terreaux en sacs sans tourbe. Vous aussi, contribuez à rendre les jardins, les massifs et les pots de fleurs de Suisse encore plus durables et à protéger le climat. »

Mirjam Sacchelli, spécialiste de la durabilité auprès de la Fédération des coopératives Migros

En tant que consommateur, comment pouvez-vous soutenir l’abandon de la tourbe ?

  • Prêtez attention à la mention sans tourbe sur les sacs de terreau et les emballages de plantes. Il faut aussi lire attentivement les descriptions des produits bio.
  • Demandez des produits sans tourbe au personnel, tant pour les terreaux en sacs que pour les plantes.
  • Utilisez des plantes indigènes dans votre jardin et sur votre balcon. Étant bien adaptées à nos sols plutôt calcaires et alcalins, elles n’ont pas besoin de substrats acides à base de tourbe.
  • Pour les terreaux en sacs, recherchez des substituts de tourbe provenant de préférence de cultures régionales, de résidus renouvelables n'entrant que faiblement en concurrence avec d'autres utilisations ou de déchets tels que les écorces, les tiges de maïs ou le compost de déchets verts.

Comment l’extraction de tourbe nuit à l’environnement

Constituée de terre marécageuse séchée, la tourbe est un produit naturel qui ne se renouvelle que très lentement, les marais produisant environ 1 mm de tourbe par année. L’extraction de la tourbe nécessite l’assèchement de marais, détruisant ainsi de précieux habitats de la faune et la flore. Les marais forment des écosystèmes uniques pour les espèces qui ne sont présentes que dans ce type de biotope. Si les marais ne couvrent que 3 % de la surface terrestre, ils emmagasinent néanmoins un tiers environ du dioxyde de carbone (CO2) stocké dans le sol, surpassant ainsi la capacité de stockage des forêts. Lorsqu’elle entre en contact avec l’oxygène, la tourbe est décomposée par des organismes dégradant l’oxygène, ce qui libère du CO2 et du protoxyde d’azote. La tourbe est très appréciée en raison de sa facilité de transport, de ses caractéristiques de transformation et de sa bonne capacité de rétention d’eau. Toutefois, elle conserve ces propriétés uniquement jusqu’à sa décomposition par les organismes du sol. L’effet positif sur la structure du sol et la croissance des plantes n’est donc que de courte durée.

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 31.03.2021

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/economie-consommation/dossiers/terreaux-sans-tourbe-poursuivre-sur-la-voie-du-succes.html