Eaux: protection des eaux à l’échelon international

Alors qu’un cinquième de la population de la planète n’en a pas assez, la protection de l’eau potable constitue une priorité mondiale. Forte de ses expériences en matière de gestion de l’eau douce, la Suisse tient à contribuer aux efforts internationaux destinés à préserver cette ressource essentielle.


La Suisse: château d'eau de l'Europe

Bassins versants en Suisse. Source: HADES.

La Suisse est connue pour sa richesse en eau: elle abrite 6% des réserves d’eau douce d’Europe, alors qu’elle n’occupe que 0,4% du territoire européen. Par ailleurs, deux des plus grands fleuves du continent, le Rhin et le Rhône, prennent leur source dans le massif du Gothard. Chaque année, la Suisse reçoit sous forme de précipitations une quantité d’eau (1456 mm) qui équivaut presque au double de la moyenne européenne (770 mm). 

Le Rhin, qui se jette dans la mer du Nord, draine la plus grande partie du territoire suisse (67%). En conséquence, les bassins versants des cours d’eau qui s’écoulent vers la Méditerranée (Rhône 18%), l’Adriatique (Pô, 9.3%) et la mer Noire (Danube, 4.4%) sont sensiblement plus petits.


Conventions sur l'eau

Les eaux ne connaissent pas de frontière. Sans parler des lacs, il existe 286 rivières ainsi des centaines d'aquifères transfrontières.

La Convention de 1992 sur la protection et l'utilisation des cours d'eau transfrontières et des lacs internationaux, développée pour la région de la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU), est devenue globale en 2016, sur proposition de la Suisse., Son objectif est de promouvoir la coopération internationale afin de préserver la qualité des eaux et garantir l'utilisation durable des eaux de surface et des eaux souterraines transfrontières. La Convention part de l’impératif d'adopter une gestion intégrée des ressources en eau. Son travail soutenu par un secrétariat à Genève comprend de nombreux groupes de travail sur l’eau et les changements climatiques, les bénéfices de la coopération transfrontière, les relations à l’agriculture et l’énergie, etc. 

Convention de Ramsar sur les zones humides

La Convention sur les zones humides est un traité intergouvernemental qui sert de cadre à l'action nationale et à la coopération internationale en matière de conservation et d'utilisation rationnelle des zones humides et de leurs ressources. Cet instrument traite aussi bien de la gestion de la diversité biologique comme de l’eau. 


Forum mondial de l'eau 

Afin de répondre à la problématique de la croissance de la population mondiale et en vue d’une meilleure gestion des ressources en eau douce, le Conseil mondial de l’eau, une organisation non gouvernementale, a mis sur pied le Forum mondial de l'eau (FME). Tous les 3 ans, un Forum mondial de l'eau, réunion informelle, est organisé par un pays, Il réunit aussi bien les gouvernements, les organisations internationales, le secteur privé et les organisations non gouvernementales. 


Semaines mondiales de l’eau de Stockholm

Les Semaines mondiales de l’eau ont lieu chaque année à Stockholm en Suède et réunissent aussi bien les gouvernements, que les académiciens et les ONGs. Elles approfondissent des thèmes spécifiques innovateurs. Elles sont aussi l’occasion de décerner le Grand Prix de l’eau, prix prestigieux, « Nobel » pour l’eau, ainsi que le Prix pour l’Industrie de l’eau. 


Commissions internationales pour la protection des eaux

Non seulement la Suisse abrite plus de 6 % des réserves d'eau douce d'Europe, mais deux des plus grands fleuves du continent, le Rhin et le Rhône, y prennent leur source. Elle assume les responsabilités qui lui incombent en matière de protection des eaux à l'égard des pays voisins et participe activement aux travaux des commissions internationales pour la protection des eaux.

La Convention pour la Protection du Rhin a institué la Commission internationale pour la protection du Rhin, qui réunit la France, l’Allemagne, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suisse ainsi que la Commission européenne. Avec l’Autriche, le Liechtenstein, la Région belge de Wallonie et l’Italie, ces États coopèrent pour préserver et restaurer l’écosystème du Rhin. Les activités menées dans ce contexte sont destinées principalement à garantir le développement durable de cet écosystème et de son milieu alluvial ainsi qu’un bon état de toutes les eaux du bassin versant. Un des objectifs du Programme Rhin 2040, adopté en 2020, est de rétablir complètement la libre migration des poissons : les espèces migratrices devraient ainsi pouvoir se déplacer de nouveau entre la Mer du Nord et les chutes du Rhin à Schaffhouse et peupler de nouveaux habitats.


Station d'observation internationale à Weil am Rhein

Pour assurer une observation continue de la qualité des eaux du Rhin, la Suisse a collaboré avec le land de Bade-Wurtemberg pour créer une station d'observation internationale à Weil am Rhein. Cette station est gérée par l'Office de l'environnement et de l'énergie du canton de Bâle-Ville et fait partie du système de prévention et d'alerte de la CIPR.


Convention OSPAR

La charge d'azote déversée par les stations d'épuration constitue aujourd'hui l'une des causes majeures de l'alarmante pollution du milieu marin. La Suisse prône une réduction de ces polluants pour décontaminer le Rhin et la mer du Nord.

Contact
Dernière modification 13.12.2019

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/eaux/info-specialistes/protection-des-eaux-a-lechelon-international.html