Moustiques

Des mesures préventives comme la limitation des sites de ponte et la pose de moustiquaires peuvent freiner la prolifération des moustiques et empêcher leur intrusion dans les bâtiments. En raison du risque sanitaire, il est indispensable d’utiliser des produits anti-moustiques dans les régions du monde où sévit le paludisme.  

Vecteur potentiel d’agents pathogènes, le moustique tigre asiatique (Aedes albopictus) pique aussi le jour.
© Pixabay

Dans la nature, les moustiques à l’état larvaire, de même que ceux à l’âge adulte jouent un rôle important : ils servent de nourriture à de nombreuses espèces d’amphibiens, de poissons, d’oiseaux et d’insectes.

Les moustiques pondent leurs œufs dans l’eau ou à proximité. Là, les larves se développent et se transforment en pupes. Une fois adultes, les moustiques sortent de l’eau. Les mâles se nourrissent de nectar et d’eau, tandis que les femelles ont besoin de sucer du sang pour assurer la production d’œufs. En général, les femelles d’espèces indigènes piquent au crépuscule et la nuit, mais certaines espèces étanchent leur soif de sang le jour également.

La Suisse compte quelque 35 espèces de moustiques indigènes pour trois exotiques jusqu’à présent. Le moustique domestique commun (Culex pipiens) est un exemple d’espèce indigène largement répandue.

Pour l’heure, trois espèces de moustiques exotiques vivent en Suisse : le moustique tigre asiatique (Aedes albopictus), le moustique de brousse asiatique (Aedes japonicus) et le moustique de brousse coréen (Aedes koreicus). Elles sont agressives et piquent également le jour. Elles posent leurs œufs contre les parois de récipients où stagne de l’eau. Le moustique tigre asiatique peut transmettre des virus (dengue, chikungunya, zika) ainsi qu’une vingtaine d’autres agents pathogènes. En Suisse, il fait l’objet d’une surveillance et d’une lutte aux niveaux fédéral et cantonal. Tout moustique rayé noir et blanc trouvé doit être envoyé à l’un des quatre bureaux régionaux de signalement des espèces de moustiques exotiques (voir Détection précoce). 

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 12.05.2020

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/produits-chimiques/info-specialistes/sorgfaeltiger-umgang-mit-biozidprodukten/schaedlingsbekaempfung-v2/stechmuecken.html