Performances environnementales de la Suisse : bilan mitigé

Berne, 27.11.2017 - Dans le rapport relatif à son troisième Examen environnemental de la Suisse, l’OCDE indique que, en dépit des progrès réalisés, de nombreuses pressions environnementales subsistent en Suisse. Des efforts supplémentaires doivent être déployés notamment dans les domaines de la préservation de la biodiversité et de la qualité de l’eau. Le 27 novembre 2017, le directeur de l’OFEV, Marc Chardonnens, et le secrétaire général adjoint de l’OCDE, Masamichi Kono, ont présenté le rapport aux médias à Berne.

Pour la troisième fois depuis 1998, l'OCDE a évalué les performances environnementales de la Suisse (cf. encadré). Son rapport porte principalement sur la biodiversité, sur l'eau ainsi que sur la croissance économique en ressources, et contient 42 recommandations.

En comparaison des autres pays de l'OCDE, la Suisse fait figure de bon élève s'agissant de la consommation énergétique de l'économie et de l'amélioration de l'efficacité avec laquelle elle utilise les ressources. Sa participation à nombre d'initiatives et groupes de travail internationaux est également saluée, de même que son engagement pour un secteur financier qui tienne davantage compte des critères de durabilité environnementale.

Avancées supplémentaires nécessaires

Dans son rapport, l'OCDE pointe aussi du doigt la subsistance de pressions exercées sur l'environnement et identifie des lacunes dans la politique environnementale helvétique. Ainsi, à ce jour, la Suisse n'est pas parvenue à entièrement découpler croissance économique et empreinte écologique. Les habitudes de consommation de la population ont en effet un impact sur l'environnement et, avec 742 kg par an et par habitant, la Suisse fait partie des pays d'Europe qui produisent le plus de déchets urbains. L'OCDE estime que le pays a besoin d'un nouvel élan pour pouvoir figurer parmi les figures de proue de l'éco-innovation. Le rapport mentionne également les pressions environnementales parfois importantes exercées sur les eaux en raison de l'utilisation intensive de la force hydraulique, des pesticides en agriculture et des micropolluants provenant des ménages ainsi que de l'industrie.

La biodiversité sous pression

Concernant la conservation de la biodiversité, la Suisse est en retard par rapport à d'autres pays de l'OCDE. L'étendue, la qualité et la mise en réseau des sites protégés sont insuffisantes. La pression exercée sur la biodiversité demeure importante, notamment en raison du mitage du territoire et du morcellement des paysages dus à l'aménagement d'infrastructures, ou encore en raison des émissions d'ammoniac et de l'utilisation de pesticides dans l'agriculture. Un tiers des espèces et la moitié des principaux habitats sont ainsi menacés en Suisse. Pour autant, l'OCDE reconnait les efforts accomplis par la Suisse pour tenir compte de la biodiversité dans les différents domaines politiques. Elle estime que le Plan d'action Biodiversité doit être appliqué dans les meilleurs délais et doté de moyens appropriés. L'organisation admet toutefois qu'il est possible que ces mesures ne suffisent pas à conserver la biodiversité.

Bilan de l'OFEV

L'Office fédéral de l'environnement (OFEV) se félicite de l'Examen environnemental de la Suisse 2017 réalisé par l'OCDE. Marc Chardonnens, directeur de l'OFEV, a indiqué que les résultats et recommandations consignés dans le rapport seraient étudiés et utilisés comme base de travail avec les cantons et les groupes d'intérêts pour poursuivre l'objectif de réduction des atteintes portées à l'environnement.

Les recommandations de l'OCDE en vue de l'amélioration de la gestion des éléments nutritifs et des pesticides dans l'agriculture seront mises en œuvre dans le cadre de la Politique agricole 2022 et du Plan d'action Produits phytosanitaires adopté par le Conseil fédéral. La réalisation, déjà lancée, du Plan d'action Biodiversité doit permettre d'améliorer la qualité et la mise en réseau des sites protégés, mais aussi de mieux tenir compte de la biodiversité dans les autres domaines politiques et d'éliminer les fausses incitations en matière de financement public. Afin de parvenir à une économie qui préserve les ressources, l'OFEV s'appuie sur les mesures contenues dans le rapport « Économie verte - Mesures de la Confédération pour préserver les ressources et assurer l'avenir de la Suisse » de 2016, et élabore actuellement une stratégie de prévention des déchets. L'observation de l'environnement et l'information doivent être améliorées afin que la population puisse avoir une image réaliste de l'état de l'environnement.

Examen environnemental de l'OCDE
Les Examens environnementaux font partie des missions principales de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). Ils doivent aider les pays à améliorer leur politique environnementale. Pour ce faire, l'OCDE examine les développements, les stratégies et les résultats dans le domaine de l'environnement, établit des conclusions et formule des recommandations. Les pays sont invités à dresser un bilan intermédiaire de la mise en œuvre de ces dernières cinq ans après la parution du rapport d'examen. L'OCDE établit par la suite un autre rapport dans lequel elle présente ses conclusions.
Les deux précédents rapports portant sur la Suisse remontent à 1998 et 2007. Ainsi, en 2016 et 2017, l'OCDE a examiné pour la troisième fois les performances environnementales du pays. Elle s'est penchée sur les progrès réalisés en matière de croissance économique en ressources et dans deux secteurs spécifiques pour lesquels la Suisse s'était elle-même fixé des objectifs, à savoir l'eau et la biodiversité. La procédure d'examen comprend des questionnaires, une correspondance, une entrevue ainsi qu'une visite du pays concerné.


Adresse pour l'envoi de questions

Section Médias OFEV
Téléphone: +41 58 462 90 00
Courriel: mediendienst@bafu.admin.ch



Auteur

Office fédéral de l'environnement OFEV
http://www.bafu.admin.ch/fr

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/affaires-internationales/communiques.msg-id-68945.html