Stratégie climatique à long terme 2050

L’Accord de Paris exige de ses Parties qu’elles élaborent une stratégie climatique à long terme. Ainsi, la stratégie de la Suisse montre comment atteindre l’objectif de zéro émission nette d’ici à 2050.

La Suisse prévoit de soumettre au Secrétariat des Nations Unies sur les changements climatiques sa stratégie climatique à long terme début 2021. Ainsi, elle s’acquitte d’un mandat confié dans le cadre de l’Accord de Paris (article 4.19). Les stratégies doivent être élaborées en fonction du principe selon lequel les Parties doivent tenir compte « de leurs responsabilités communes mais différenciées et de leurs capacités respectives, eu égard aux différentes situations nationales ».

Buts et teneur de la stratégie climatique à long terme

L’objectif de zéro net d’ici 2050 décidé par le Conseil fédéral en août 2019 sert de point de départ à la stratégie climatique à long terme. Afin de s’adresser de manière ciblée aux principaux secteurs d’activité, la stratégie présente des trajectoires de réduction des émissions pour les catégories suivantes : transports, bâtiment, industrie, déchets, agriculture, alimentation et marché financier. Celles-ci s’appuient sur les perspectives énergétiques que l’Office fédéral de l’énergie a publiées à la fin novembre 2020. À l’aide de divers scénarios, elles montrent les trajectoires des émissions vers l’objectif de zéro net, les développements technologiques nécessaires pour les atteindre ainsi que le rôle des technologies d’émission négative.

L’OFEV a élaboré la Stratégie climatique 2050 en collaboration avec différents offices fédéraux directement concernés.

Stratégies des autres pays

En novembre 2018, l’Union européenne (UE) a présenté une ébauche de sa stratégie climatique à long terme qui confirme son ambition de neutralité climatique en Europe d’ici 2050. Elle montre qu’une telle transformation peut s’opérer de manière socialement et économiquement supportable, et expose les premières priorités stratégiques. En font notamment partie la renonciation totale aux agents énergétiques fossiles pour l’approvisionnement en énergie et la mobilité (décarbonation), ou l’utilisation de technologies de captage et de stockage du CO2 (carbon capture and storage, CCS) pour équilibrer les émissions inévitables. Pour l’UE, ce projet de stratégie est le point de départ d’un vaste débat sur la politique climatique européenne jusqu’en 2050.

D’autres pays, notamment l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, le Canada et les États-Unis, ont déjà communiqué leur stratégie climatique à long terme. La plupart des États y réaffirment leur volonté de procéder à une décarbonation poussée voire complète ou d’arriver à zéro émission nette d’ici le milieu du siècle au plus tard. Certains ont même déjà inscrit ces objectifs dans leur législation. Par exemple, la Norvège souhaite atteindre la neutralité carbone en 2030, la Suède en 2045, et la France, le Royaume-Uni et la Nouvelle-Zélande, en 2050 au plus tard.

De nombreux autres pays sont en train de formuler leur stratégie climatique à long terme ou d’adapter une stratégie existante. Il existe désormais plusieurs plateformes et réseaux servant à échanger des expériences et des approches, et fournissant une assistance méthodologique. Leur but est de contribuer à l'élaboration de stratégies les plus ambitieuses possibles, solides et comparables au niveau international. Il y a lieu de citer notamment « 2050 Pathways Platform », plateforme à laquelle participent dorénavant près de 30 pays dont la Suisse.

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 24.12.2020

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/climat/info-specialistes/reduction-emissions/objectifs-reduction/objectif-2050/strategie-climatique-2050.html