Déchets alimentaires

Si des aliments ne sont pas consommés, leur production aura généré des émissions de CO2, contribué à la perte de biodiversité et utilisé les sols et les eaux en vain. Les pertes alimentaires évitables représentent 25 % de l'impact environnemental dû à l'alimentation en Suisse, ce qui correspond à près de la moitié de l'impact environnemental causé par le trafic individuel motorisé du pays. Avec le plan d'action contre le gaspillage alimentaire, le Conseil fédéral vise à réduire de moitié les pertes alimentaires évitables d'ici 2030 par rapport au niveau 2017. Ce plan est ainsi en accord avec l'objectif 12.3 de l'Agenda 2030 pour le développement durable.              

Food Waste
© Shutterstock

Pertes alimentaires évitables et inévitables

Pertes alimentaires et déchets alimentaires désignent toutes les denrées produites pour l’alimentation humaine que les humains ne consomment pas. On appelle gaspillage alimentaire ou, plus communément, food waste les pertes alimentaires évitables, c’est-à-dire la part comestible des denrées produites pour l’alimentation humaine que les humains ne consomment pas. Les pertes ou déchets inévitables constituent la part non comestible des aliments ou celle qu’une grande majorité de la population ne considère pas comme comestible dans notre culture.

 
 
 
 

Pertes alimentaires en Suisse, du champ à l’assiette

Environ un tiers des parties comestibles des aliments est perdu ou gaspillé entre le champ et l’assiette. Selon une étude de l'EPF de Zurich de Beretta et Hellweg (2019) sur le gaspillage alimentaire, la consommation suisse de denrées alimentaires génère, chaque année, quelque 2,8 millions de tonnes de déchets alimentaires en Suisse et à l’étranger (perspective de consommation), ce qui correspond à près de 330 kg de déchets alimentaires évitables par habitant et par an. Sur ces 2,8 millions de tonnes, environ 360 000 tonnes de pertes alimentaires sont générées à l’étranger lors de la production de denrées alimentaires importées par la Suisse. Les pertes à l'étranger ne sont pas prises en compte dans la perspective de l'élimination, car elles ne doivent pas être éliminées en Suisse. Par ailleurs, 240 000 tonnes de pertes alimentaires évitables sont comptabilisées en Suisse lors de la production de denrées alimentaires destinées à l’exportation. Celles-ci sont considérées pour leur élimination, mais elles ne rentrent pas dans le point de vue du consommateur Suisse car liée à des exportations.

 

Le tableau 1 présente la répartition des volumes de pertes alimentaires évitables et de leur impact environnemental en fonction des différents échelons de la chaîne de création de valeur :

 

Pertes alimentaires évitables en Suisse* Pertes alimentaires évitables et impacts environnementaux occasionnés par la consommation suisse tout au long de la chaîne de création de valeur**
Unité Tonnes de matière fraîche Tonnes de matière fraîche Impact environnemantal (UCE) en pourcentage

Agriculture

197’000 t

556'000 t

13%

Transformation

1'205'000 t

963'000 t

27%

Commerce de gros et de détail

279’000 t

279'000 t

8%

Restauration

210'000 t

210'000 t

14%

Ménages

778'000 t

778'000 t

38%

Total

2'669'000 t

2'786'000 t

100%

*sans pertes de denrées alimentaires dues aux importations : perspective de l'élimination
**y compris les pertes alimentaires dues aux importations et moins les pertes alimentaires dues aux exportations : perspective de consommation
Le tableau 2 montre comment les pertes alimentaires évitables sont valorisées ou éliminées :

Valorisation ou élimination

Pertes alimentaires évitables en tonnes de matière fraîche par an

Incinération

474’000 t

Compostage sur le terrain

359’000 t

Installations de compostage

205’000 t

Compostage de jardin 27’000 t

Méthanisation

516’000 t

Alimentation animale

1'030'000 t

Eaux usées

175'000 t

Total

2'786'000 t

Impact environnemental des pertes alimentaires évitables

Le système alimentaire représente environ 28 % de l’empreinte totale de la Suisse, dont un quart provient des pertes alimentaires évitables. La mise en œuvre de l’objectif suisse d’une réduction de moitié diminuerait de 10 % à 15 % l’impact environnemental et les émissions de gaz à effet de serre dues à l’alimentation.

Toutefois, l’impact environnemental d'une tonne de pertes alimentaires évitables dépend fortement de leur composition et de l’étape de la chaîne de valeur ajoutée à laquelle ils sont produits. Ainsi, il convient en priorité d’éviter de générer des déchets
alimentaires à partir d’aliments dont l'impact environnemental est particulièrement élevé ou qui sont produits en grandes quantités. Les catégories de denrées alimentaires qui produisent le plus gros impact environnemental par kilogramme de déchets alimentaires évitables sont la viande, les grains de café, les fèves de cacao, le beurre, les œufs, les produits importés par avion ainsi que les huiles et les graisses, le poisson et le fromage. En dépit de leur impact environnemental moindre, les pertes de fruits, de légumes et de pommes de terre ont également des conséquences sur l'environnement étant donné que ces aliments sont jetés en grandes quantités.

Quels déchets alimentaires polluent le plus l'environnement ?
Figure 1 : Unités de charge écologique (UCE) par kilogramme de déchet alimentaire évitable dans les ménages et la restauration. Plus la catégorie de denrée alimentaire se situe dans le haut de la figure, plus son impact environnemental par kilogramme est élevé. La réutilisation des déchets alimentaires permet par exemple de substituer des aliments pour animaux ou du compost. La figure tient compte du bénéfice de ces valorisations pour l'environnement.
© OFEV

En outre, l’impact environnemental d’une denrée alimentaire augmente à chaque étape de transformation et/ou de transport, car ces processus utilisent des ressources et rejettent des émissions correspondantes. De plus, les pertes qui interviennent dans l'industrie de la transformation et, en partie, dans la production agricole peuvent, de manière générale, être mieux valorisées (notamment sous forme d'aliments pour animaux) qu'aux autres étapes de la filière alimentaire. Les produits substitués (principalement les aliments pour animaux) donnent droit à des crédits environnementaux.

 
 
 
Impact environnemental dû aux pertes alimentaires évitables en Suisse
Figure 2 : Impact environnemental des pertes alimentaires tout au long de la chaîne de valeur ajoutée suisse en milliards d’unités de charge écologique (UCE). La figure tient compte des pertes qui interviennent dans les chaînes de livraison étrangères des biens consommés en Suisse (perspective de la consommation). Les pourcentages montrent les contributions des différentes étapes de la filière alimentaire.
© OFEV

Plan d'action contre le gaspillage alimentaires

Le 6 avril 2022, le Conseil fédéral a adopté un plan d'action contre le gaspillage alimentaire en réponse au postulat Chevalley 18.3829.

Le plan d’action contre le gaspillage alimentaire s’adresse à toutes les entreprises et organisations des chaînes d’approvisionnement et de création de valeur du secteur alimentaire ainsi qu’à la Confédération, aux cantons et aux communes. Il poursuit trois objectifs :

  1. D’ici à 2030, réduire de moitié les pertes alimentaires en Suisse par rapport au niveau de 2017.
  2. Fixer des objectifs de réduction sectoriels avec les branches.
  3. Diminuer autant que possible l’impact environnemental des pertes alimentaires évitables en structurant et en priorisant les mesures de manière correspondante.

Le plan se déroulera en deux phases, de 2022 à 2025 et de 2026 à 2030. La première phase (2022 à 2025) comprend sept mesures prises par le secteur économique concerné, sous sa propre responsabilité, cinq mesures prises par les pouvoirs publics et deux mesures concernant l'information et la formation.

En 2025, la Confédération publiera des données actualisées sur les pertes alimentaires à tous les échelons des chaînes d’approvisionnement et de création de valeur (agriculture, industrie de transformation, commerce, restauration et ménages) et analysera si les mesures du plan d’action sont suffisantes.


Accord intersectoriel sur la réduction des pertes alimentaires

L'accord intersectoriel sur la réduction des pertes alimentaires est un élément important du plan d'action. L'accord crée un cadre pour appliquer de manière coordonnée des mesures autonomes de l'économie, pour faire connaître les bonnes pratiques ainsi que pour encourager et communiquer les progrès au niveau intersectoriel. En signant la convention, toutes les parties prenantes s'engagent à réduire de moitié les pertes alimentaires évitables d'ici 2030. Les entreprises et associations du commerce, de la restauration, de l'industrie de transformation et de l'agriculture fixeront des objectifs de réduction mesurables à chaque étape de la chaîne de création de valeur alimentaire et prendront des mesures appropriées. Tous les signataires rendront compte chaque année de leurs pertes alimentaires évitables et des mesures de réduction qu'ils auront prises. L'OFEV communiquera régulièrement les réductions globales obtenues.

L'accord a été signé le 12 mai 2022 par la conseillère fédérale et cheffe du DETEC Simonetta Sommaruga et 28 dirigeants d'entreprises et d'associations du secteur alimentaire suisse.

L'accord intersectoriel peut être signé en tout temps par d'autres entreprises et associations du secteur alimentaire. Vous souhaitez contribuer à réduire de moitié les pertes alimentaires évitables ? Alors adressez-vous à nous (coordonnées dans l'encadré en haut à droite): 


Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 07.07.2022

Début de la page

Contact

Office fédéral de l'environnement OFEV
Division Économie et Innovation

Adresse postale:
CH-3003 Berne

Emplacement:
Monbijoustrasse 40, 3003 Berne

Tél.: +41 58 463 03 66

E-mail

Imprimer contact

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/dechets/guide-des-dechets-a-z/biodechets/types-de-dechets/dechets-alimentaires.html