Changements climatiques

Les arbres qui amorcent leur croissance aujourd’hui connaîtront durant leur existence des conditions climatiques fort différentes des conditions actuelles. Comme le montrent les résultats du programme de recherche « Forêts et changements climatiques » mené depuis 2009 par l’Office de l’environnement (OFEV) et l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), il faut s’attendre à ce que les forêts, fortement touchées par ces changements, ne soient plus en mesure de fournir d’importantes prestations. La capacité d’adaptation de l’écosystème forestier doit être augmentée grâce à une gestion appropriée.

Compte tenu de la rapidité des changements climatiques, il n'est pas certain que les forêts soient en mesure de s'adapter et de continuer à fournir leurs multiples prestations (production de bois, protection contre les dangers naturels, espace de détente, etc.) sans intervention humaine. La température moyenne de la Suisse a augmenté d'environ 1,9 °C depuis le début de l'industrialisation. Si, comme le demande l'Accord de Paris sur le climat, le réchauffement mondial est limité à 1,5 ou 2 °C, il faudra s'attendre à une hausse supplémentaire de 1 à 2 °C.

Pour les forêts suisses, ce réchauffement entraînera une élévation des zones de végétation de 500 à 700 m. En effet, dans les forêts de montagne de basse altitude, les feuillus remplaceront de plus en plus les résineux, aujourd'hui dominants. Par ailleurs, la hausse des températures et l'augmentation de la fréquence et de l'intensité des épisodes de sécheresse durant la période de végétation génèrent un stress pour les arbres, accentuant ainsi le danger d'incendie de forêt et d'infestation par des organismes nuisibles. L'épicéa, notamment, est particulièrement exposé aux attaques de scolytes en cas de sécheresse prolongée. Il deviendra de plus en plus rare à basse altitude alors que d'autres essences plus tolérantes à la sécheresse, comme le chêne sessile, y trouveront des conditions de plus en plus favorables.

Les soins apportés aux forêts par les forestiers et les propriétaires de forêt devraient d'ores et déjà tenir compte de ce nouveau contexte. Pour fournir à ces acteurs des bases techniques solides, l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) et l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) ont lancé le programme de recherche « Forêts et changements climatiques » (voir encadré 1). Les résultats de ce programme donnent, pour la première fois en Europe centrale, une vue d'ensemble des impacts des changements climatiques sur les essences forestières et les multiples prestations fournies par les forêts.

Garantir les prestations forestières malgré la nouvelle donne climatique

Les résultats montrent que si les forêts peuvent amortir les changements climatiques, leur capacité d'adaptation est toutefois limitée. Il faut s'attendre à ce qu'elles ne soient plus en mesure de fournir la totalité de leurs prestations (protection contre les dangers naturels, production de bois, de plus en plus utilisé comme matière première et comme combustible, ou espace de détente). Une perturbation de grande ampleur, comme l'incendie de forêt qui s'est déclenché lors de la canicule de 2003 au-dessus de Loèche (VS), peut anéantir la fonction protectrice de la forêt contre les dangers naturels et nécessiter des mesures onéreuses (reboisement et construction d'ouvrages paravalanches). Il faudra plusieurs décennies pour rétablir l'effet protecteur de cette forêt. Avec les changements climatiques, il faut s'attendre à une recrudescence de ce type de perturbations.

Données stationnelles pour la gestion des forêts face aux changements climatiques

Les travaux menés dans le cadre du programme de recherche « Forêts et changements climatiques » (2009-2018) de l’OFEV et du WSL visaient également à élaborer des outils de décision à l’intention de la pratique sylvicole. L’une des questions centrales était de savoir comment les stations forestières évoluaient sous l’effet des changements climatiques et quelles essences pouvaient être recommandées à l’avenir. À cet effet, le classement actuel des types de stations en Suisse devait être complété par une approche basée sur des écogrammes intégrant la « dimension » des changements climatiques.

Le rapport élaboré à cette fin décrit les méthodes et les résultats qui ont été discutés avec des acteurs de la pratique sur la base d’exemples concrets lors de « tests forestiers ». La méthode développée (par type de station) fournit des indications sur la façon de tenir compte des changements climatiques dans le choix des essences. Elle permet de continuer d’utiliser des instruments de planification éprouvés et bien acceptés dans la pratique, qui jouent aussi un rôle essentiel pour les cantons et la Confédération dans les conventions-programmes sur les forêts protectrices, la biodiversité en forêt et les soins aux jeunes peuplement.

Parution d’une série d’articles dans la revue spécialisée « La Forêt »

Barbara Allgaier Leuch, Kathrin Streit, Sabine Augustin et Peter Brang ont publié une série d’articles dans le cadre du programme de recherche « Forêts et changements climatiques » mené par l’OFEV et le WSL.

Notices du WSL pour le praticien: La forêt suisse face aux changements climatiques

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 06.07.2018

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/forets/info-specialistes/pressions-sur-les-forets-suisses/changements-climatiques.html