Organismes nuisibles dangereux pour les forêts

Avec les changements climatiques et l’augmentation de la circulation des personnes et des marchandises à travers le monde, de plus en plus d’espèces gagnent de nouveaux habitats, loin de leur territoire d’origine, et s’y établissent, menaçant parfois considérablement l’environnement, l’économie et la santé publique. Vu sa situation géographique et ses nombreux liens commerciaux avec le monde entier, la Suisse est particulièrement touchée par ce phénomène. Des organismes nuisibles pour la forêt sont souvent transportés avec du matériel végétal ou des emballages en bois et finissent par apparaître en forêt.

Qu'il s'agisse d'insectes, de vers ronds (nématodes), de phytoplasmes, de bactéries, de champignons, de virus ou de viroïdes, ces organismes menacent les arbres et les arbustes, non seulement dans les forêts mais aussi en dehors.

Organismes nuisibles particulièrement dangereux

Selon leur degré de propagation et les moyens de lutte, on distingue les organismes nuisibles dangereux (OND) et les organismes nuisibles particulièrement dangereux (ONPD), également appelés organismes de quarantaine.

Les ONPD sont des espèces exotiques qui présentent un potentiel de dommages très élevé et ne se rencontrent pas encore en Suisse, ou alors seulement très localement. Les autorités ont ainsi ordonné des mesures de protection (quarantaine) pour en empêcher l'introduction et la propagation. Il en est de même dans les autres pays d'Europe. Si ces organismes nuisibles redoutés apparaissent malgré les mesures de protection, ils doivent être signalés aux autorités phytosanitaires et être combattus. Les ONPD présents en Suisse sont mentionnés dans les annexes de l'ordonnance sur la protection des végétaux (OPV). La liste est harmonisée à l'échelle européenne. L'OPV indique les mesures de protection à prendre. Ordonnance de l’OFEV sur les mesures phytosanitaires au profit de la forêt (OMP-OFEV) ainsi que les directives ainsi que l'aide à l'exécution en matière de protection des forêts de l'OFEV donnent plus de précisions sur certains organismes.

Exemples d'organismes nuisibles particulièrement dangereux:

Empêcher l'introduction et la propagation des ONPD

Pour protéger les forêts suisses des effets dévastateurs des ONPD, il faut empêcher ces organismes de s'introduire et de se propager. Seules une prévention ciblée et une lutte systématique en cas d'infestation permettent d'atteindre cet objectif. En Suisse, c'est le Service phytosanitaire fédéral qui est responsable des mesures officielles de contrôle et de lutte, en collaboration avec les cantons. Il développe des stratégies de lutte contre certains ONPD pour mieux parer aux dangers biotiques actuels et futurs menaçant les forêts du pays.

Aide à l’exécution Protection des forêts

Aide Protection des forêts

Directives sur la gestion des organismes nuisibles pour les forêts. 2018

Organismes nuisibles dangereux

De nombreux organismes autres que les organismes de quarantaine peuvent nuire aux forêts. Il s'agit d'espèces indigènes qui se sont tellement propagées en dehors de leur aire d'origine qu'il n'est plus possible de les éliminer. Pour ces organismes nuisibles qualifiés de dangereux, les autorités n'édictent pas obligatoirement des directives, mais émettent des recommandations au cas par cas en vue de limiter les dégâts. Les bostryches, le Chalara fraxinea, responsable du flétrissement du frêne, ou l'ailante n'en sont que quelques exemples. La Confédération a publié un manuel de gestion du cynips, le principal ravageur du châtaigner, en vue d'en contrôler la propagation et d'en empêcher ou ralentir l'introduction dans les régions encore indemnes.

Exemples d'organismes nuisibles dangereux :

La base de données du service Protection de la forêt suisse fournit des informations générales sur les insectes, les vers ronds (nématodes), les phytoplasmes, les bactéries, les champignons, les virus et les viroïdes menaçant les forêts.

Infoflora fournit des informations sur les végétaux menaçant les forêts.

Priorisation des organismes nuisibles potentiellement dangereux

Début 2016, le conseil de direction de la Conférence des inspecteurs cantonaux des forêts et la division Forêts de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) ont chargé un groupe de travail composé de représentants de la Confédération et des cantons de prioriser les espèces nuisibles à la forêt en mettant l’accent sur les dommages forestiers. L’objectif était d’établir une ou plusieurs listes des principaux organismes nuisibles à la forêt et de définir les critères pour l’évaluation des dommages. Les résultats sont présentés ici de manière transparente et permettent de prendre en compte d’éventuelles spécificités cantonales ou régionales.

La priorisation est un nouvel instrument pour la Confédération et les cantons qui permet de planifier les ressources humaines et financières en se concentrant sur les principaux enjeux de la protection des forêts contre les agents biotiques. Au plan opérationnel, elle constitue un instrument complémentaire en vue d’engager les moyens nécessaires pour faire face aux menaces biotiques sur les forêts, par exemple dans le cadre des conventions programmes. Les recommandations décrites dans l’annexe seront consolidée dans le cadre de révisions régulières.

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 08.02.2018

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/forets/info-specialistes/pressions-sur-les-forets-suisses/organismes-nuisibles-dangereux-pour-les-forets.html