Agrile du frêne – Agrilus planipennis

L’agrile du frêne est un organisme nuisible particulièrement dangereux. Depuis le 1er janvier 2020, il constitue un organisme de quarantaine prioritaire dans l’ordonnance du DEFR et du DETEC relative à l’ordonnance sur la santé des végétaux. Il doit donc être annoncé et combattu. L’agrile du frêne est originaire d’Asie de l’Est et s’attaque aux frênes, qui meurent un à trois ans après l’infestation. En Europe, il a été signalé pour la première fois en 2003 en Russie occidentale et en 2019 en Ukraine. 

L’agrile du frêne a été découvert en 2002 en Amérique du Nord. En dix ans, il a causé la mort de plus de 30 millions d’arbres dans les forêts et les zones urbanisées. La lutte contre ce ravageur a coûté des centaines de millions de dollars aux États-Unis depuis sa découverte.

Caractéristiques de l’agrile du frêne

  • Coléoptère de couleur vert foncé métallique
  • Corps allongé et effilé, mesurant jusqu’à 13 mm de longueur et 2 mm de largeur
  • Cycle biologique : 1 à 2 ans, vol de mi-mai à octobre
  • Trou d’émergence en forme de D (3 à 4 mm de large)
  • Propagation en Russie : 30 à 40 km par an (favorisée par les activités humaines)

Essences touchées

  • Frêne (Fraxinus spp.)

Confusion possible

Étant donné qu’aucune espèce d’agrile indigène n’est connue sur le frêne en Europe, les symptômes doivent forcément laisser supposer une attaque de A. planipennis.

Voies d’importation et situation d’infestation en Suisse

Le coléoptère n’a encore jamais été observé en Suisse ni dans l’Union européenne (UE). Cependant, en Russie, il s’est propagé vers l’ouest ces dernières années. Il a été observé pour la première fois dans la région de Moscou en 2003, puis en Ukraine en 2019 et enfin, à Saint-Pétersbourg en 2020. Le risque de l’importer comme passager clandestin de pays où il est présent est élevé. Au stade de larve, il peut survivre au voyage dans du bois (bois d’emballage, bois de chauffage p. ex.) puis se propager dans le pays d’arrivée. Pour l’éviter, des marchandises dites à risque en provenance de pays où le ravageur est présent sont soumises à des dispositions particulières lors de leur importation en Suisse et dans l’UE. Il existe par exemple des interdictions d’importation pour certaines essences d’arbres ou certains produits en bois. Dans d’autres cas, le bois doit être chauffé à haute température avant d’être importé.

Comme pour les autres organismes de quarantaine prioritaires, la Suisse et tous les États membres de l’UE se sont chacun engagés à surveiller activement leur territoire (en installant des pièges à insectes dans des lieux à risque, notamment), dans le but de détecter au plus vite toute infestation.

Le frêne est menacé

Étant donné que le frêne est la deuxième essence feuillue la plus répandue en Suisse, l’agrile du frêne pourrait causer des dégâts considérables. L’essence est déjà grandement menacée par le dépérissement des pousses du frêne en Suisse.

Informations sur la « stratégie frêne » et sur le dépérissement des pousses du frêne :

Matériel d’information

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 14.02.2022

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/forets/info-specialistes/pressions-sur-les-forets-suisses/organismes-nuisibles-dangereux-pour-les-forets/agrile-du-frene.html