Mesures contre le bruit de la circulation routière

Le bruit routier peut être réduit significativement par des mesures à la source comme des revêtements phonoabsorbants, l’utilisation de pneus silencieux, l’introduction de réductions de vitesse et une conduite adaptée. Si ces mesures étaient combinées entre elles et mises en œuvre à large échelle, la majeure partie de la population serait protégée du bruit nocif et incommodant du trafic routier.

En Suisse, env. 14% de la population est exposée à un bruit routier excessif. Le modèle de calcul du bruit routier à l’échelle nationale (source sonBASE) permet d’estimer le potentiel de réduction du bruit routier pour les différentes mesures à la source. Les calculs montrent que la proportion de personnes exposées pourrait être divisée par deux grâce à l'utilisation généralisée de chaque mesure séparément. Si dans le modèle, deux mesures sont combinées, la proportion de personnes exposées au bruit pourrait même être réduite à 1 %. Les calculs issus du modèle peuvent alors servir de base de réflexion à la priorisation des mesures; toutefois, leur mise en œuvre dans la pratique doit également être cohérente avec les conditions considérées (par exemple, le type de route).  

Potentiel estimé des mesures individuelles à la source contre le bruit du trafic routier
Graphique: potentiel estimé des mesures individuelles à la source contre le bruit du trafic routier
Potentiel estimé des mesures combinées à la source contre le bruit du trafic routier
Graphique: potentiel estimé des mesures combinées à la source contre le bruit du trafic routier

Revêtements de routes phonoabsorbants

A partir de 25 km/h environ avec une conduite constante, le roulement des pneus sur la chaussée est la principale source de bruit émanant d'une voiture. Les revêtements de routes phonoabsorbants se caractérisent par une surface fine produisant peu de bruit et par une teneur en vides capable d'absorber partiellement le bruit produit. L'écart entre la capacité de réduction sonore des revêtements traditionnels et celle des revêtements les plus performants (état neuf) peut atteindre 9 dB, ce qui correspond à un trafic routier  réduit à un huitième de son niveau actuel. La gêne ressentie (perception subjective) est d'autant plus atténuée que les revêtements phonoabsorbants ont pour effet de réduire les sons particulièrement aigus. Tout comme pour les revêtements traditionnels, l'absorption du bruit diminue après quelques années.

Limitations de vitesse

Réduire la vitesse autorisée est une mesure simple pour rendre le trafic routier moins bruyant. En abaissant la vitesse de 50 km/h à 30 km/h par exemple, on réduit les émissions sonores d'environ 3 dB, ce qui correspond à une diminution du trafic d'environ 50 %. Dans ce domaine également, la réduction de la gêne ressentie est plus grande que la réduction effective du bruit, les pointes de bruit incommodantes étant éliminées de façon plus que proportionnelle

Pneus silencieux

A partir de 25 km/h environ, le roulement des pneus sur la chaussée est la principale source de bruit émanant d'une voiture. Des pneus silencieux ont la capacité de réduire ce bruit d'au moins 2 dB, sans altérer d'autres caractéristiques techniques telles que la distance de freinage. L'étiquette pneus devenue obligatoire depuis le 1er aout 2014 fournit aux consommateurs une meilleure information sur les émissions sonores de chaque pneu.

Conduite routière responsable

Une conduite routière responsable, notamment dans les  zones d'habitation, contribue à réduire les nuisances sonores. Étant donné que, à faible vitesse, le bruit du moteur est la principale source de bruit d'un véhicule, il est possible, dans ces zones-là en particulier, de rendre les déplacements moins bruyants en optant pour un style de conduite produisant peu d'émissions sonores. Un tel comportement a également comme avantage d'empêcher les pointes de bruit incommodantes et de réduire la consommation de carburant ainsi que les émissions de CO2.

Assainissement des routes

La loi sur la protection de l'environnement et l'ordonnance sur la protection contre le bruit, en vigueur depuis 1987, obligent les propriétaires des routes à assainir les tronçons qui causent un bruit excessif.

  • L'assainissement des routes principales et des autres routes, qui aurait dû être achevé jusqu'e fin mars 2018, relève de la compétence des cantons. Les contributions fédérales allouées pour l'assainissement du bruit routier sont prolongées jusqu'à fin 2022. Le 21 février 2018, le Conseil fédéral a adopté une révision de l'ordonnance sur la protection contre le bruit (OPB), qui entrera en vigueur le 1er avril 2018.
  • Les routes nationales, qui aurait dû être assainies jusqu’à fin mars 2015 selon l'ordonnance, sont sous la responsabilité de l'Office fédéral des routes (OFROU).

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 09.03.2018

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/bruit/info-specialistes/mesures-contre-le-bruit/mesures-contre-le-bruit-de-la-circulation-routiere.html