Quantité des eaux souterraines

Les niveaux des eaux souterraines et les débits des sources fournissent des informations sur l’état et l’évolution de la quantité des eaux. Ils varient considérablement en fonction des précipitations et de la température à la surface.

Les eaux souterraines en roches meubles des grandes plaines du Rhône, de l’Aar, du Tessin, de la Reuss, de la Limmat, de la Thur et du Rhin sont, en grande partie, alimentées par l’infiltration des cours d’eau. S’agissant des eaux souterraines des aquifères en roches meubles et en roches cohérentes des autres régions, l’alimentation se fait essentiellement par infiltration des eaux de pluie et de celles provenant de la fonte des neiges, en fonction de l’altitude. De par ces diverses conditions à la recharge de la nappe, les niveaux des eaux souterraines et les débits des sources fluctuent au cours des saisons, engendrant ainsi des régimes des eaux souterraines différents selon les régions.

État actuel de la quantité des eaux souterraines

L’état et l’évolution des niveaux des eaux souterraines et des débits des sources sont évalués en continu par les puits et les captages de source de l’Observation nationale des eaux souterraines NAQUA. Ils renvoient une image – quoique atténuée et tamponnée – des conditions météorologiques à la surface. Les précipitations persistantes, notamment en hiver, favorisent le renouvellement des eaux souterraines. À l’inverse, les longues périodes de sécheresse diminuent les niveaux des eaux souterraines et les débits des sources.

Évolution de la quantité des eaux souterraines dans le temps

La Suisse connaît fréquemment des périodes de plusieurs années caractérisées par des niveaux des eaux souterraines bas ou élevés, selon les tendances météorologiques à long terme (température et précipitations). Cette généralité est toutefois marquée par des différences régionales nettes. Suite à la sécheresse de 2011 et aux chaleurs estivales de 2015, les eaux souterraines ont atteint un niveau exceptionnellement bas. En revanche, les précipitations supérieures à la moyenne de l’hiver 2012/2013, de l’été 2014 et du printemps 2015 se sont traduites par des niveaux des eaux souterraines élevés.

Évolution des niveaux des eaux souterraines et des débits des sources de 2011 à 2015 : valeurs mensuelles des stations de mesure NAQUA.

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 26.03.2019

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/eaux/info-specialistes/etat-des-eaux/etat-des-eaux-souterraines/quantite-des-eaux-souterraines.html