Bilan des gaz à effet de serre lié à l’utilisation des terres (sols, végétation)

Le secteur de l’utilisation des terres recense les flux de gaz à effet de serre liés à l’utilisation des sols (p. ex. exploitation forestière et agriculture, zones habitées ou aires protégées) ou résultant de leur changement d’affectation (p. ex. construction d’habitations sur des surfaces anciennement cultivées). Contrairement aux autres secteurs, qui ne font que générer des émissions, le carbone contenu dans les sols et la végétation peut augmenter. Ainsi, le dioxyde de carbone (CO2) extrait de l’atmosphère y est stocké, ce que l’on appelle « puits de carbone ».

Les flux de gaz à effet de serre sont répartis en six catégories d’utilisation des sols : forêts, terres cultivées, prairies, zones humides, habitations et surfaces non productives. Le carbone stocké dans les produits en bois suisse est aussi comptabilisé. Le CO2 est, de loin, le principal gaz à effet de serre généré par le secteur de l’utilisation des terres. Le méthane (CH4) et le protoxyde d’azote (N2O) provenant des incendies, de la perte d’humus, des lacs de retenue et des sols marécageux drainés contribuent dans une moindre mesure aux émissions. À l’exception de l’année 2000, l’utilisation des terres en Suisse a permis de capter, par la végétation et les sols, plus d’éq.-CO2 qu’il n’en a été rejeté dans l’atmosphère. La Suisse a ainsi pu réduire ses émissions nettes de gaz à effet de serre dans son bilan annuel.

Évolution du bilan des gaz à effet de serre de l’utilisation des terres. Un bilan positif correspond à des émissions nettes de gaz à effet de serre (principalement du CO2) ; un bilan négatif signifie que davantage d’éq.-CO2 est absorbé que rejeté.

Les forêts constituent l’élément dominant dans le bilan des gaz à effet de serre de l’utilisation des terres en Suisse. Dans l’ensemble, l’exploitation forestière permet généralement un accroissement important des quantités totales de carbone stockées dans les arbres, le bois mort, les litières et le sol des forêts (« puits de carbone des forêts »). L’exploitation forcée entraînée par les fortes tempêtes (Vivian en février 1990, Lothar en décembre 1999) et les quantités accrues de bois récoltées au cours de certaines années (p. ex. en 2006, 2007 et 2014) sont aisément repérables. La gestion des forêts soutient la politique climatique lorsque le bois fait l’objet d’une utilisation en cascade qui favorise d’abord la fabrication de produits durables et de haute qualité qui sont dans un second temps valorisés sous forme de bois-énergie. Depuis 1990, davantage de bois a été utilisé dans de nouveaux produits (pour la construction ou le mobilier p. ex.) que libéré d’anciens produits. Le volume annuel que représente le puits de carbone constitué par les produits en bois a néanmoins eu tendance à baisser ces dernières années.

Les pratiques mises en œuvre dans l’exploitation agricole des terres cultivées et des prairies ont une influence sur la teneur en carbone des sols. Le labour favorise par exemple la perte d’humus, tandis que l’apport d’engrais de ferme ou le fait de laisser les résidus de culture dans les champs permettent d’augmenter la teneur en carbone des sols. Au-delà des pratiques agricoles, les cultures choisies et les conditions climatiques jouent un rôle capital et expliquent les variations annuelles. Les anciens marais asséchés font ici figure d’exceptions : ces sols fertiles libèrent de grandes quantités de gaz à effet de serre (CO2 et N2O) lorsqu’ils sont exploités de manière intensive.

Les zones humides n’occupent actuellement qu’une faible proportion du territoire national. Étant donné que les marais existants se trouvent aujourd’hui encore impactés par leurs utilisations antérieures (drainages essentiellement), il ne se forme plus de tourbe dans ces milieux et les anciens puits se sont en de nombreux endroits transformés en sources d’émission de gaz à effet de serre.

Depuis 1990, l’aménagement de nouvelles surfaces d’habitation n’a produit que des émissions comparativement faibles. Dans ce domaine, les émissions sont essentiellement dues aux travaux de construction nécessitant d’abattre des arbres.

Les surfaces non productives comme les parois rocheuses, les zones d’éboulis et les marges proglaciaires n’offrent guère de végétation et présentent des sols peu, ou pas du tout, développés. Ces surfaces jouent donc un rôle négligeable dans le bilan des gaz à effet de serre.

Par convention, le secteur de l’utilisation des terres n’est pas pris en compte dans le total de l’inventaire des gaz à effet de serre. Dans le cadre de l’examen de la réalisation des objectifs, le bilan des gaz à effet de serre de l’utilisation des terres doit néanmoins être comptabilisé selon des règles clairement définies. Le lien suivant permet d’accéder aux règles détaillées de la comptabilisation du bilan des gaz à effet de serre de l’utilisation des terres :


Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 12.04.2021

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/climat/etat/donnees/inventaire-gaz-effet-serre/utilisation-des-terres.html