Charriage

Le régime de charriage est perturbé par les centrales hydroélectriques, les aménagements réalisés sur les cours d'eau (p. ex. dépotoirs à alluvions) et les prélèvements industriels de gravier. Le régime de charriage perturbé peut être réactivé au moyen de diverses solutions techniques ou solutions d'exploitation.

Il existe aujourd'hui plusieurs mesures éprouvées. La loi sur la protection des eaux de 2011 impose la réalisation de mesures d'assainissement d'ici à 2030. Les possibilités de financement par la Confédération varient selon la nature de la perturbation et le projet (100 % pour les coûts imputables à l'assainissement de centrales hydroélectriques, 35 % à 80 % pour la revitalisation de cours d'eau endigués).

Pour les installations concernées, le canton élabore une étude sur le type et l’ampleur des mesures requises en vue d’un assainissement du régime de charriage et évalue leur pertinence écologique et leur caractère économique (art. 42c, al. 1, OEaux). Ces études tiennent compte aussi bien des centrales hydrauliques que des autres installations d’un bassin versant. Les modalités d’indemnisation concernant ces études sont décrites dans le document suivant :

Assainissement du régime de charriage au niveau d’une succession de centrales hydroélectriques

Les mesures d’assainissement du charriage au niveau des centrales hydroélectriques permettent d’augmenter le débit solide charrié, ce qui peut entraîner des répercussions diverses sur les centrales situées en aval et poser alors un certain nombre de questions concernant l’indemnisation. Le document suivant y donne des réponses.

Contact
Dernière modification 21.09.2018

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/eaux/info-specialistes/mesures-pour-la-protection-des-eaux/renaturation-des-eaux/charriage.html