Micropolluants dans les cours d’eau

La lutte contre les micropolluants constitue un défi majeur pour la protection des cours d’eau. Ces substances parviennent dans les eaux via les stations d’épuration ou à partir de sources diffuses telle l’agriculture. L’OFEV élabore des stratégies visant à réduire la teneur en micropolluants dans les cours d’eau.

La qualité des eaux superficielles s'est considérablement améliorée depuis les années 1970. Si certains produits toxiques ont disparu ou ont été interdits, les apports de micropolluants dans les cours d'eau constituent un défi de plus en plus important pour la protection des eaux. Présents dans d'innombrables produits d'usage courant, ces substances peuvent porter atteinte aux organismes aquatiques même à très faible concentration. Au vu des connaissances actuelles, les concentrations relevées dans les eaux superficielles sont sans danger pour la santé humaine. Plusieurs études montrent cependant que la contamination des eaux par les pesticides a un effet dévastateur sur la biodiversité aquatique. 

État des cours d’eau suisses

Cover État des cours d’eau suisses

Résultats de l’Observation nationale de la qualité des eaux de surface (NAWA) 2011–2014. 2016

Une contamination variable selon la taille des cours d'eau 

C'est surtout dans les régions exploitées de façon intensive du Plateau suisse que les micropolluants atteignent de fortes concentrations.

Les micropolluants présents dans les petits et moyens cours d'eau dans les régions d'utilisation intensive du sol proviennent le plus souvent de sources diffuses. Après des précipitations, il n'est pas rare d'enregistrer des pics de substances actives entrant dans la composition de biocides et de produits phytosanitaires.

Les micropolluants présents dans les moyens et grands cours d'eau comportent un problème supplémentaire : ils proviennent généralement des eaux traitées par les stations d'épuration (STEP) et présentent des dilutions variables. On trouve ainsi dans les cours d'eau des résidus de médicaments ou de produits cosmétiques qui ne peuvent être éliminés par les STEP.

Sources ponctuelles de pollution 

La plupart des produits utilisés dans les zones densément peuplées parviennent dans les eaux via les stations d'épuration (STEP). Les eaux usées industrielles et artisanales parviennent dans les eaux soit directement par la STEP de l'entreprise, soit indirectement via une STEP communale. Les STEP dégradent avant tout les nutriments et n'éliminent que partiellement, voire pas du tout, les micropolluants. Au cours des prochaines années, la situation devrait s'améliorer grâce à la mise en place d'une étape supplémentaire de traitement.

L'indicateur « Micropolluants organiques dans les eaux » de l'OFEV présente les régions dans lesquelles il faut s'attendre à voir les cours d'eau contenir une charge notable en micropolluants organiques issus de sources ponctuelles (produits chimiques, médicaments, biocides, perturbateurs endocriniens). En Suisse, on recense plus de 30 000 substances entrant dans la composition des produits d'usage courant.

Sources diffuses de pollution

Certains micropolluants parviennent dans les cours d'eau non pas via les STEP mais à partir de sources diffuses, comme l'agriculture, les zones urbanisées (par les déversoirs d'orage et les collecteurs d'eau pluviales) ou les infrastructures de transport. Une analyse complète de la situation montre l'importance de ces micropollutions dues à des apports diffus.

Dans le cadre d'un programme NAWA-SPE, toute une série de pesticides a par exemple été découverte dans cinq cours d'eau suisses de taille moyenne. Dans 78 % des échantillons, la concentration cumulée de pesticides était supérieure à 1 µg/l. Un dépassement de la valeur limite spécifiée dans l'ordonnance sur la protection des eaux était observé pour 31 substances. Une atteinte aux organismes aquatiques - due notamment aux pesticides - n'est donc pas exclue.

La mise en place de mesures spécifiques doit permettre de réduire les micropolluants provenant de sources diffuses. Le Conseil fédéral a ordonné l'élaboration d'un plan d'action visant à garantir la réduction des risques et une utilisation des produits phytosanitaires qui soit axée sur la durabilité. La question de l'apport de produits phytosanitaires dans les eaux doit notamment y être abordée.

La révision actuelle de l'ordonnance sur la protection des eaux offre la possibilité de définir des valeurs numériques (limites) pour les micropolluants.

Plus de 100 pesticides dans les cours d'eau (PDF, 1 MB, 01.03.2014)Le programm NAWA Spe montre la forte pollution en pesticides de cours d'eau suisses - article tiré de Aqua & Gas 3/2014, en allemand avec résumé en français)

Amélioration des méthodes de suivi 

Des progrès notables ont été accomplis ces dernières années dans les méthodes appliquées à la surveillance de l'état des eaux. Les micropolluants étant présents en concentrations infimes, leur détection est une tâche particulièrement complexe.

Si des méthodes d'évaluation de la pollution par les micropolluants des sources ponctuelles comme des sources diffuses existent déjà, des dispositions légales contraignantes font toujours défaut. La révision de l'ordonnance sur la protection des eaux devrait permettre de remédier à cette situation.

Stratégie d’évaluation pour les micropolluants de sources non ponctuelles (PDF, 4 MB, 01.10.2014)Etude réalisée sur mandat de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV)

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 14.07.2016

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/eaux/info-specialistes/etat-des-eaux/etat-des-cours-deau/qualite-des-cours-deau/micropolluants-dans-les-cours-deau.html