Infrastructure écologique

La Suisse a besoin d’une infrastructure écologique fonctionnelle, que ce soit dans l’espace rural comme dans l’espace urbain, sur le Plateau, dans le Jura et dans les Alpes. Afin de renforcer ce réseau de vie pour la Suisse, la Confédération prend des mesures dont la mise en œuvre dépend fortement de la coopération entre les différents acteurs concernés.



Une infrastructure écologique est un réseau de surfaces importantes pour la biodiversité. Elle sert à préserver, à valoriser, à restaurer et relier les milieux naturels et proches de l’état naturel de grande valeur écologique suisses. L’infrastructure écologique se compose d’aires centrales et d’aires de mise en réseau de qualité et en quantité suffisantes, réparties de manière appropriée dans l’espace.
Les aires centrales sont des surfaces dédiées spécifiquement à la protection des milieux et des espèces. Elles offrent des habitats suffisamment vastes et de haute qualité aux communautés d’espèces.

Les aires de mise en réseau viennent compléter les aires centrales avec des habitats supplémentaires de haute valeur écologique. Elles jouent un rôle central pour la survie des espèces : elles sont notamment essentielles à la recherche de nourriture et à la reproduction et permettent à la faune de se protéger en cas de dérangement.

Des études scientifiques ont montré que la conservation et la promotion de la biodiversité requéraient au moins un tiers de la superficie totale de la Suisse.

Mesures pour plus de biodiversité

Le recul constant de la biodiversité montre que les efforts déployés jusqu’à présent par la Confédération, les cantons et les tiers ne sont pas suffisants pour garantir sa conservation à long terme. À ce jour, la Suisse ne dispose pas encore d’une infrastructure écologique fonctionnelle. Afin d’y remédier, l’OFEV prend des mesures à différents niveaux: 

Stratégie Biodiversité Suisse

Dans sa « Stratégie Biodiversité Suisse », la Confédération a posé les bases de la création d’une infrastructure écologique. Le plan d’action correspondant concrétise cette exigence au moyen de mesures urgentes et de projets pilotes.

Conception « Paysage suisse »

La Conception « Paysage suisse » définit la conservation et la mise en réseau des milieux naturels de grande valeur écologique comme objectif de qualité. Elle exige des politiques sectorielles aux niveaux fédéral et cantonal qu’elles contribuent à la mise en place de l’infrastructure écologique.

Conventions-programmes

Dans le cadre des conventions-programmes, les cantons sont responsables de la planification de l’infrastructure écologique sur leur territoire cantonal. Afin de les soutenir dans ce processus, l’OFEV a rédigé un guide de travail.

Infrastructure écologique (PDF, 3 MB, 11.11.2021)Guide de travail pour la planification cantonale Convention-programme 2020-2024

Zones protégées et autres aires centrales

Les zones protégées et les autres aires centrales constituent la base de l’infrastructure écologique.
On compte parmi les aires centrales les biotopes nationaux, régionaux et locaux tels que les zones alluviales, les sites de reproduction de batraciens, les marais ou encore les prairies et pâturages secs (selon la loi fédérale sur la protection de la nature et du paysage, LPN), le Parc national suisse, les zones centrales des parcs naturels périurbains (LPN), les réserves d’oiseaux d’eau et de migrateurs d’importance nationale ou internationale, les districts francs fédéraux (LChP) et les réserves forestières (LFo).

Les zones internationales (telles que les sites Ramsar et Émeraude), les zones protégées par des tiers (notamment par Pro Natura, pour autant que la protection soit contraignante) et les surfaces de promotion de la biodiversité (LAgr) particulièrement précieuses font également parties des aires centrales.

Aires de mise en réseau

Il ne suffit pas de créer des zones protégées isolées pour conserver la biodiversité sur le long terme. C’est pourquoi il est également nécessaire d’établir des biotopes et des corridors de haute valeur écologique qui viennent compléter les aires centrales. Les aires de mise en réseau ont également pour rôle de relier les aires centrales au-delà des frontières cantonales / nationales.

Les exemples suivants comptent parmi les aires de mise en réseau: les espaces réservés aux eaux valorisés selon la loi fédérale sur la protection des eaux (LEaux) ou les tronçons de cours d’eau revitalisés conformément à l’ordonnance sur la protection des eaux (OEaux), les sites marécageux d’importance nationale richement structurés (LPN), les corridors à faune d’importance suprarégionale et les passages à faune ou les lisières de forêt larges et étagées.

Signalisation des zones protégées suisses

Un système uniforme de signalisation des zones protégées s’applique dans toute la Suisse depuis 2016. La signalisation et les informations destinées aux visiteurs permettent d’augmenter la visibilité des zones protégées dédiées à la conservation de la biodiversité et de mettre en évidence les règles de comportement à respecter.
L’OFEV a élaboré un manuel visant à assurer la mise en œuvre du système de signalisation.

Aires protégées suisses: manuel de signalisation

Cover Aires protégées suisses: manuel de signalisation

Communication de l’OFEV en tant qu’autorité d’exécution. 2016

Informations complémentaires

Contact
Dernière modification 18.07.2022

Début de la page

https://www.bafu.admin.ch/content/bafu/fr/home/themes/biodiversite/info-specialistes/infrastructure-ecologique.html